En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Une quarantaine d'enfants venus du Maroc vivent dans les squares du 18e arrondissement.
 

Depuis des semaines, des dizaines de mineurs arrivés du Maroc errent dans le 18e arrondissement de Paris, souvent dans les squares. Ils disent être venus chercher une vie meilleure mais sont livrés à eux-mêmes. Certains refusent d'être pris en charge, sniffent de la colle et commettent des vols.

Newsletter BFMTV Midi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • Bajul
    Bajul     

    Que vont t'ils faire plus tard ??? Je m'en doute ........

  • lazareto
    lazareto     

    et pendant ce temps là N°6 méne grande vie

  • emma schroetter
    emma schroetter     

    A l'occasion d'un voyage humanitaire au Maroc en 2007, j'ai rencontré des orphelins qui survivaient dans le port de Casablanca. Ils dormaient dans les cales des bateaux à quai et sniffaient de la colle toute la journée. J'ai été frappé par leur très jeune âge, entre 6 et 10 ans, et leur nombre aussi. En lisant votre article, j'ai immédiatement pensé que l'un d'entre eux pouvaient être un de ces orphelins croisés jadis à Casablanca. Selon moi, les recherches de famille entamées par l'état français resteront vaines. Ces jeunes gens ont été abandonnés très jeunes par des familles qui n'en voudront pas plus aujourd'hui. De plus, eux-mêmes seraient bien incapables de reconnaitre un oncle, un cousin ou autre aujourd'hui. Il y a cependant des solutions a explorer dans le tissu associatif marocain : certaines associations s'occupent des enfants abondonés au Maroc. C'est avec elles que l'état français devrait travailler pour leur offrir un avenir meileur dans leur pays d'origine.

Votre réponse
Postez un commentaire