En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Photographie prise en novembre 2012 montrant une figurine d'ange devant la porte du domicile des parents d'Andy, à Albitreccia, en Corse.
 

Le jeune homme, qui a aujourd'hui 20 ans, est jugé en appel pour le meurtre de sang-froid de ses parents et de ses deux frères. En première instance, il avait été déclaré irresponsable.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • Sienner
    Sienner     

    Je peux comprendre le principe de non responsabilité pénale liée à l'absence de discernement et de contrôle de ses actes, mais il reste que l'individu a tué sous le coup de la folie, et qu'il est donc susceptible d'accès de folie meurtrière ou, pour être plus politiquement correct, on peut dire que quand il perd le contrôle de ses actes, les actes qu'il commet sont plutôt sérieux ! Qu'est-ce qui garantit qu'il sera pas "victime" d'une nouvelle perte du discernement ? Puisqu'on parle sans arrête du principe de précaution, ne vaudrait il pas mieux l'interner en HP au cas où?

  • Jean Aimarre2
    Jean Aimarre2     

    Et oui, les ados peuvent être aussi, intelligent, froid et calculateur. Simuler la folie est possible même à un jeune âge. Un test de Q.I aurait pu aider et c'est plus difficile à feinter. Les différents niveaux d'exercices, sont mélangés et la logique est toute personnelle. Et puis aucun traitement nécéssaire et une vie parfaitement normale sont une piste à explorer de plus près.

  • pseudoma
    pseudoma     

    c'est étonnant qu'il ne se soit pas vraiment tué après les avoir tués.

Votre réponse
Postez un commentaire