Amiens : 16 policiers blessés et des millions d'euros de dégâts

La nuit de lundi a vu éclater de multiples violences à Amiens dans le nord de la France. Seize policiers ont été blessés lors des affrontements avec une centaine de jeunes. Une école maternelle et une salle de sport ont également été détruites.

Hugo Leenhardt | Valériane Porcher
Le 14/08/2012 à 13:47
Mis à jour le 14/08/2012 à 14:00

Selon la préfecture de la Somme, une centaine de jeunes rassemblés dans le quartier d'Amiens-Nord  ont commencé lundi soir vers 21h "à harceler les forces de l'ordre venues sécuriser le quartier après des heurts dimanche soir". Ce périmètre fait partie des quinze zones de sécurité prioritaire ciblées par le gouvernement. Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur est attendu sur place cet après-midi.

Tirs de chevrotine

Les policiers ont été blessés par des tirs de chevrotine et de mortier de feux d'artifice et des jets de projectiles, lors de ces affrontements qui se sont poursuivis jusqu'à 04H00 du matin. Le policier le plus gravement touché a reçu quinze jours d'ITT (incapacité totale de travail), a-t-on précisé de même source. Les forces de l'ordre ont répliqué avec des gaz lacrymogènes et des tirs de gomme-cogne sans faire de blessé, a ajouté la préfecture. Un hélicoptère de la gendarmerie, équipé de caméras thermiques, a également été mobilisé. Les quelque 150 policiers présents sur place n'ont procédé à aucune interpellation.

Une "scène de désolation"

Trois vols de voiture avec violences, dont un particulièrement violent, ont également eu lieu dans la nuit, selon la préfecture. Une dizaine de véhicules et une soixantaine de poubelles ont été incendiés et les vitres d'un poste de police du quartier ont également été brisées. "Quand est-ce que ça va s'arrêter, on n'en peut plus", a réagi un habitant du quartier qui promenait son chien mardi matin et qui a souhaité conserver l'anonymat.

Le maire d'Amiens, Gilles Demailly (PS), a évoqué une "scène de désolation", avec des bâtiments publics touchés "pour la première fois", dont une école maternelle en partie incendiée et complètement saccagée et un centre sportif complètement détruit. Selon lui, les dégâts vont se chiffrer "en millions d'euros".

La question du jour

Série de crashs aériens: avez-vous plus peur de l'avion?