En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
La façade du Conseil d'Etat, où était examiné ce jeudi le cas de Vincent Lambert.
 

Le rapporteur public s'est prononcé en faveur d'une nouvelle expertise médicale sur la personne de Vincent Lambert, tétraplégique en état végétatif chronique, lors de l'audience au Conseil d'Etat jeudi.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • galway14
    galway14     

    On ne peut que regretter, pour la famille, pour ses parents comme pour son épouse que la vie de Vincent Lambert soit suspendue à nouveau à une décision du Conseil d’Etat. Cette attente doit être terrible. Mais ce nouveau report montre que la situation n’est pas si évidente, il ne s’agit pas d’un acharnement thérapeutique, contrairement à ce qu’on peut lire et entendre parfois. Vincent Lambert n’est pas atteint d’une maladie qui à terme l’amènerait à la mort. Il a seulement besoin d’un assistance pour se nourrir et s’hydrater, et de toute l’attention qu’une personne handicapée peut avoir besoin (détecter sa souffrance autant qu’on le peut, lui parler même si on ne sait pas s’il entend ou comprend).
    Combien d’autres personnes ne sont-elles pas dans cette situation, certes à des niveaux moins extrêmes. Quel seuil fixons-nous pour décider qu’une vie vaille la peine d’être continuée ou arrêtée ? Le fait qu’une personne ne puisse pas s’exprimer, nous permet-il de prendre à sa place une décision aussi grave ? En tant que personnes bien portantes, capables de se déplacer seuls et de considérer la nutrition et l’hydratation plutôt comme des moments agréables et non des nécessités vitales (un bon petit plat, une bonne bouteille avec des amis), sommes-nous à même de juger de façon impartiale ? Et quand bien même une personne exprimerait le souhait de se suicider, n’avons-nous pas le devoir de rappeler qu’il ne faut jamais désespérer ? Ne faudrait-il pas écouter ici l’avis des nombreuses personne qu’un avis médical avait estimées mortes cliniquement sans espoir de rétablissement et qui sont maintenant bien vivantes ?

  • jojobbb
    jojobbb     

    La médecine est devenue INHUMAINE, ce n'est pas un cas isolé !

  • Evelyne75
    Evelyne75     

    C'est LAMENTABLE comme décision, c'est dans l'air du temps de devoir toujours attendre, ne pas prendre des responsabilités toujours s'en remettre à d'autres instances. Quelle souffrance, quelle douleur, quel déchirement pour l'ensemble de tous les membres de cette famille, responsables qui se "jouent" de la VIE de tous.

  • quidambof
    quidambof     

    çà va encore durer longtemps cette mascarade ???

Votre réponse
Postez un commentaire