Affaire Bettencourt: Nicolas Sarkozy mis en examen pour abus de faiblesse

L'ancien président de la République Nicolas Sarkozy a été mis en examen par le juge d'instruction Jean-Michel Gentil jeudi pour abus de faiblesse, dans le cadre de l'affaire Bettencourt.

M.G. avec AFP
Le 21/03/2013 à 16:32
Mis à jour le 22/03/2013 à 7:25
Nicolas Sarkozy a été mis en examen pour abus de faiblesse jeudi soir. (Kenzo Tribouillard-AFP)

L'ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, a été mis en examen jeudi soir pour abus de faiblesse par le juge d'instruction Jean-Michel Gentil, à Bordeaux, après avoir été entendu par le magistrat de 17 heures à 22 heures.

Son avocat Me Thierry Herzog a dénoncé "une décision incohérente et injuste", et a annoncé son intention de "former immédiatement un recours". "Je saisirai en conséquence immédiatement la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Bordeaux pour former un recours et pour demander la nullité, notamment de cette mise en examen", a-t-il déclaré.
    
Cette décision du juge d'instruction Jean-Michel Gentil a été prise à l'issue d'une confrontation à laquelle ont participé au moins quatre membres du personnel de Liliane Bettencourt, selon des sources concordantes. Elle a été confirmée dans la soirée par le parquet. "Au terme de cet acte, Nicolas Sarkozy, qui bénéficie de la présomption d'innocence - s'est vu notifier une mise en examen du chef d'abus de faiblesse commis en février 2007 et courant 2007 au préjudice de Liliane Bettencourt Schuller", peut-on lire dans le communiqué adressé par le parquet de Bordeaux.

La mise en examen de l'ancien président de la République porte désormais à 17 le nombre de personnes mises en examen.

Plus tôt dans l'après-midi, l'ancien président, selon des sources proches du dossier, a été notamment confronté à l'ex-majordome des Bettencourt Pascal Bonnefoy, dont l'arrivée au Palais de Justice, à la mi-journée, a été rapportée par un témoin. Une rencontre pour vérifier si l'ancien chef de l'Etat s'était rendu une ou plusieurs fois chez la milliardaire pendant sa campagne en 2007, et s'il l'a vue. L'entrevue s'est terminée aux environs de 17 heures.

Ensuite, l'ancien président et son avocat auraient changé de pièce pour une audition par le juge, qui s'est terminée aux alentours de 22 heures, avec l'annonce surprise de sa mise en examen.

Une seule visite selon Sarkozy

Sarkozy, convoqué par le juge Jean-Michel Gentil dans le cadre du dossier sur les abus de faiblesse dont aurait été victime l'héritière de L'Oréal depuis septembre 2006, date à laquelle les experts font remonter le début de l'affaiblissement mental de la milliardaire, avait été placé sous le statut de témoin assisté par le juge le 22 novembre 2012, à l'issue de douze heures d'audition.

Sarkozy a toujours affirmé s'être rendu au domicile des Bettencourt une seule fois pendant sa campagne présidentielle de 2007, pour y rencontrer brièvement André Bettencourt, le mari de l'héritière de l'Oréal, décédé en novembre de la même année.

 

À LIRE AUSSI:

>> Bettencourt : Nicolas Sarkozy placé sous le statut de témoin assisté

>> Nicolas Sarkozy en cinq affaires judiciaires

>> Affaire Bettencourt: le financement de la campagne 2007 de Sarkozy dans le viseur de la justice

 

Toute l'actu Société

La question du jour

Cure d'économies: le gel du point d'indice des fonctionnaires est-il justifié?