En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Acquittement pour un gendarme qui avait tué un gitan
 

La Cour d'assises du Var a acquitté ce vendredi Christophe Monchal, un gendarme jugé pour avoir tué en 2008 un gitan qui tentait de s'enfuir des locaux d'une brigade alors qu'il était entravé.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

229 opinions
  • CAPTAIN DROOPY
    CAPTAIN DROOPY     

    Les gendarmes bien que rattachés désormais au Ministère de l'intérieur sont toujours des militaires, contrairement aux policiers qui sont des fonctionnaires. Comme militaires, ils ont un droit d'usage des armes particuliers car ils ont des missions particulières comme par exemple le transfèrement des détenus, d'un centre de détention vers un autre ou devant les tribunaux, missions que ne font pas les policiers. Il s'agit alors d'une extension du droit d'usage des armes donné aux surveillants de prison pour faire cesser l'évasion d'un détenu. En quittant le centre de détention, l'arme des gendarmes est approvisionnées devant le détenu et il lui ait rappelé qu'en cas d'évasion, après sommation il sera fait usage des armes. Le Code de la défense prévoyait également le cas d'un individu placé en garde à vue qui tente de s'échapper, après sommation, l'usage des armes était donc légal.
    Les policiers eux n'ont que la légitime défense. Imaginez par exemple le cas d'un criminel qui fait un hold up, cagoulé et armé, il tue un policier, un vigile ou un simple témoin puis s'engoufre dans un véhicule et part. Le policier à ce moment là ne peut pas faire usage de son arme pour arrêter l'individu ou le véhicule, il n'y a pas de légitime défense. Alors imaginez un peu quels recours auront les policiers pour identifier ce criminel, sachant qu'il fera brûiler toute trace de son crime avec le véhicule...restera la dénonciation hasardeuse d'un repenti, ou la boule de cristal...
    Alors avant de faire des commentaire non réfléchis, pensez à cette situation. Plutôt que de supprimer le droit d'usage des armes spécial accordé aux militaires de la gendarmerie, tout en l'encadrant et l'adaptant à certainse situation dont l'interpellation d'un criminel flagrant, il faudrait que nos parlementaires pensent un peu à tout ça.

  • CAPTAIN DROOPY
    CAPTAIN DROOPY     

    Rétablissons un peu les faits, arrêtez de dire que ce gendarme est un assassin, c'est humiliant pour tous les gendarmes qui ne font qu'appliquer les Lois. Sauf de modifier les articles du Code de la défense qui prévoient l'usage des armes par les militaires de la gendarmerie, ce qui est un autre problème et un autre débat.
    7 reprises, ce qui démontre bien qu'il n'a jamais voulu tuer, mais arrêter une fuite. Ce qui est également démontré par le fait que ce ne sont pas les premières balles tirées qui ont atteint le fuyard et qu'aucune d'entre elles n'était létale.
    C'est à dire qu'aucune de ces balles n'a occasionné la mort instantanée. Si Joseph GUERDNER s'était arrêté après avoir été touché par la première balle, il serait encore en vie car il aurait été immédiatement secouru par les gendarmes. Il a été touché avant d'escalader et franchir la clôture de la gendarmerie et donc avant de se réfugier dans l'école voisine et grimper encore dans un arbre pour s'y dissimuler, arbre duquel il est tombé, vidé de son sang.
    Si après avoir été touché, il n'avait pas persisté dans sa détermination de fuite, sa mère et ses enfants n'auraient pas à le pleurer.

  • danreb
    danreb     

    cette affaire met en exergue surtout le peu de temps, quelques secondes à peine, qu'à le représentant de l'ordre pour gommer, si l'on peut dire, une défaillance dans la surveillance d'un détenu placé en garde à vue -
    dans un premier temps, jamais, cet individu n'aurait du s'échapper - malheureusement, souvent par manque de personnel, la surveillance s'est relâchée et ce dernier, sans aucun doute habitué des gardes à vue et sûrement des locaux, savait parfaitement les moments où prendre la fuite était possible -
    ensuite attaché aux deux poignets et à une cheville, la rapidité de la fuite semble compromise - personnellement je pense qu'il aurait pu être rattrappé manu militari -le militaire a tiré par la fenêtre à sept reprises, après les sommations d'usage - six de trop pour moi -
    le délinquant a été touché à trois reprises ce qui laisse supposer, bien qu'il est réussi à grimper dans un arbre, que sa fuite devait manquer de tonicité -
    tuer pour effacer une erreur commise dans l'exercice de ses fonctions, ne peut permettre, sous le couvert de la légitime défense qui n'en n'est pas une, de se dédouanner aussi rapidement -
    en dernier lieu je dirai que la politique de la peur actuelle, axée sur les roms et la communauté gitane et gens du voyage, a eu un impact sur le verdict rendu par les jurés d'assises -

  • IODA83
    IODA83     

    Liber 75 ici ce n'est pas un cas de légitime défense .... donc ne confond pas tout. Le droit a été respecté et c'est ça qui est normal

  • IODA83
    IODA83     

    Myamoto, que sais-tu de ce brave gitan ???? Qui t'a dit qu'il n'a jamais laissé quelqu'un sur le carreau ???? Que penses tu des gens qui ont été enlevé par lui et ses comparses ? Aimerais-tu être le suivant sur sa liste ou celle de ses potes ???? Alors avant de parler et de dire n'importe quoi réfléchit. La loi est là, elle a été respectée par le gendarme, pas par ce brave gitan

  • IODA83
    IODA83     

    Si tu avais suivi l'histoire au lieu de la prendre en route tu aurais su : 1/ il avait une menotte à une seule cheville, ce qui ne l'a pas empêché de courir, 2/ menotter aux poignets par devant et non par derrière, cela ne l'empêche pas de sauter quoi que ce soit et voire même de se pêter le pouce pour enlever une menotte, qui vous dit qu'il ne l'a pas fait. Croyez vous que les journalistes connaissent l'histoire de A à Z

  • IODA83
    IODA83     

    Parce que toi tu réfléchis ???? Et bien pauvre france si tout le monde réfléchit comme toi.
    Je voudrais bien te voir dans son cas, on verrait peut être qui est le peureux.
    La loi est là pour encadrer, pour être appliquée, le gendarme l'a fait en son âme et conscience, et avec réflexion en plus, car il savait ce qui allait se passer pour lui après. Sinon il se serait abstenu

  • IODA83
    IODA83     

    GAILLOU avant de traiter quelqu'un de peureux, vas-y, fais ce qu'il fait. Ce gendarme a été courageux, il a fait son taf. S'il avait été peureux, il n'aurait pas tirer, aurait pris la décision de laisser le gitant faire encore du mal, voire tuer quelqu'un vu qu'il n'était pas à son coup d'essai dans les VAMA et agressions. Alors avant de traiter quelqu'un regarde toi dans une glace ...

  • IODA83
    IODA83     

    Si tu as suivi le procès, il a bien dit qu'il regrettait qu'il y ait eu un mort, mais pas d'avoir fait son boulot. Donc un bon professionnel, c'est ton comportement qui est à vomir pas le sien

  • IODA83
    IODA83     

    Juste pour ton info, gendarme = militaire. Tout militaire a le droit sur un terrain militaire d'user de son arme et notamment lors d'une évasion.
    Pour ton info encore, une brigade de gendarme est une caserne militaire.... cqfd, donc droit de tirer, dos ou pas dos à partir du moment où les sommations ont été faites, et là cela a été le cas

Lire la suite des opinions (229)

Votre réponse
Postez un commentaire