En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Feu vert conditionnel de l'asn pour le renforcement de fessenheim
 

STRASBOURG (Reuters) - L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a donné mercredi son accord à la solution retenue par EDF pour renforcer la base...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • anony
    anony     

    Quel gâchis !
    Le gouvernement ferait mieux de revoir sa position qui n'est que pour faire plaisir à EELV. Une position bassement politique. Aucun pragmatisme, alors qu'on est en pleine crie économique.
    Si l'ASN juge apte cette centrale à tourner encore 10 ou 20 ans, pourquoi prend t'on plaisir à nous tirer une balle dans le pied ???
    Dans ce pays on préfère chouchouter les

  • livier68
    livier68     

    « L'arrêt du fonctionnement du CNPE contribuerait à accentuer la désindustrialisation du territoire alsacien », affirme-t-elle, chiffres à l'appui. (*). » Les analystes du cabinet d'expertise ont fait le calcul : « L'impact sur l'emploi (direct, indirect et induit) d'une fermeture de Fessenheim serait de l'ordre de 2 200 postes sur les zones d'emploi de Colmar et de Mulhouse, soit trois fois les effectifs du seul CNPE ».
    Cela représente, précisent-ils, plus de la moitié des emplois de la communauté de communes. En plus de ses salariés (734 en 2011), le centre nucléaire a en effet fourni l'an passé du travail à 789 entreprises qui lui ont facturé au total 135 millions d'euros de prestations liées notamment à une longue période de visite décennale. Ces dépenses ont généré indirectement 1 693 emplois qui se base sur un ratio d'un emploi pour 80 000 euros de chiffre d'affaires. Certains sous-traitants ont d'ailleurs des salariés qui travaillent en permanence sur le site. Leur nombre, indique l'étude, va « de 200 à 300 personnes en période basse à 1 500 à 1 700 en période haute ». Parmi ces sous-traitants et fournisseurs, ils sont 43 –localisés dans la zone d'emploi de Mulhouse– à réaliser avec le CNPE un chiffre d'affaires supérieur à 100 000 euros. À l'image d'Endel, pour qui la centrale représente 70 % de l'activité. Ce sont eux, estime le cabinet d'expertise, qui sont « susceptibles d'être les plus vulnérables à un arrêt d'exploitation de la centrale ». Par ailleurs, relève l'étude, l'ensemble des agents EDF du site (qui ont représenté en 2011 une masse salariale de 61 millions d'euros) et des salariés des sous-traitants, ainsi que leurs familles, sont aussi des consommateurs. À ce titre, « ils génèrent une activité économique au niveau local » qui « peut être estimée à 900 emplois sur les zones de Mulhouse et Colmar ». Les salariés de la centrale et leurs familles (1 924 personnes au total) sont également des administrés, qui vivent tous, zone d'astreinte oblige, dans un rayon de 30 kilomètres autour de la centrale. Plus d'un quart d'entre eux est installé dans la seule commune de Fessenheim qui risque donc, en cas de départ de ces agents, d'être privée de 43 % de sa population. La fermeture du centre nucléaire aurait enfin un impact loin d'être négligeable sur le tissu économique et social. Le site d'EDF « contribue en effet à la vie locale à travers les impôts et taxes d'exploitation », relève l'étude de Syndex. « Ceux-ci ont représenté plus de 49 millions d'euros en 2011 » dont 10 % reviennent au conseil général, 13 % aux communes et 2 % à la Région. En définitive, conclut le cabinet d'expertise, c'est une population de plus de 5 000 personnes sur les zones d'emploi de Colmar et Mulhouse qui est aujourd'hui concernée par l'activité d'exploitation du CNPE de Fessenheim ». Et qui pourrait donc demain être affectée par sa fermeture. (*) La Comcom Essor du Rhin comprend les communes de Fessenheim, Blodelsheim, Hirtzfelden, Munchhouse, Roggenhouse, Rumersheim-le-Haut et Rustenhart

  • livier68
    livier68     

    La fermeture de la centrale de Fessenheim aura un impact sur 2 200 emplois directs, indirects et induits. Elle affecterait également fortement le tissu économique et social des secteurs de Colmar et de Mulhouse.
    Les syndicats de la centrale de Fessenheim le répètent depuis maintenant des mois : ils ne se battent pas seulement pour les quelque 750 salariés du CNPE. Leur combat contre la fermeture annoncée du site dépasse largement le cadre de l'usine. Et pour cause : un arrêt de la centrale aurait, selon eux, des répercussions sur une bonne partie du tissu économique haut-rhinois.

  • smartiz
    smartiz     

    sur le bec des ecolos!.....ça fait plaisir!

Votre réponse
Postez un commentaire