En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
La justice poursuit un homme ayant abandonné sa fillette dans une voiture pour aller danser
 

Un père de 36 ans a abandonné sa fille de quatre ans et demi dans une voiture pour aller danser dans une discothèque de Riquewihr (Haut-Rhin), dans la nuit de vendredi à samedi. Jugé dans dix jours, il risque deux ans de prison et 30 000 euros d'amende.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

43 opinions
  • mamie94
    mamie94     

    Pensez-vous,s'il est malade,invalide ou âgé elle devra répondre aux obligations des enfants de subvenir à ses parents au titre de l'obligation familiale!Il arrive que des enfants non élevés par leurs géniteurs doivent payer pour eux.

  • padoue
    padoue     

    Ne vous inquiétez pas ou plutôt si,notre décadence pourra continuer dans les années à venir;Le pire c'est que les enfants en sont les premières victimes,bande d'irresponsables!!!

  • Michel de Noisiel
    Michel de Noisiel     

    alninéro, c'est mon job de faire sortir les crétins de leur terriers, pas besoin de dératisation pour cela, ils se dénoncent d'eux mêmes et tombent dans leurs pièges de fiel et de jurons. Le problème est que des comme toi, il en existe encore quelques uns et qu'il faut s'en occuper sans se presser. Le temps fera le reste. Merci pour cette démonstration sans commentaire et bon vent. Encore un qui va aller se plaindre auprès du grad papa modérateur tant pis cela n'empèchera pas les choses la chasse aux crétins d'exister.

  • J-Stephane
    J-Stephane     

    Afin de ne pas porter préjudice à l’enfant il ne faut surtout pas empêcher l’enfant de voir son père mais il faut s’assurer que l’enfant ne soit jamais seul avec lui.

  • =Rhôdan=
    =Rhôdan=     

    -La lecture de la plupart de ces posts est très intéressante par ce qu’elle révèle. Des gens qui sont dans l’incapacité de regarder les humains autrement qu’en les triant en deux catégories : les bons et les méchants, comme dans les westerns qui me passionnaient quand j’avais huit ans avant que je comprenne que la nature humaines et les relations aux choses essentielles (amour, vie, mort, mémoire, transmission intergénérationnelle etc) ne pouvaient se réduire à cette vision binaire digne du monde informatique où toute analyse, toute pensée sont occultées. C’est le Colysée où, avec un pouce tourné vers le haut ou tourné vers le bas, la folie de la foule décidait de la vie ou de la mort des hommes qu’on lui avait mis en pâture. Depuis 2000 ans le monde n’a pas beaucoup changé, la technologie n’a pas aboli l’absence de jugement, de compassion, d’humanité. Le drame c’est que ces gens qui parlent de prison immédiate, de prison à vie, de confiscation de procès, de déchéance de la parentalité ne font que reproduire l’éducation sans doute assez folle qu’ils ont subie où les parents leur administraient sanctions, rétorsions, punitions, exclusion, chantage relationnel de manière violente, abusive sans cet espace de dialogue et d’échange où peut s’opérer l’élaboration psychique qui donne accès à la pensée et à la liberté. Toute cette négativité refoulée tente de se réélaborer dans cette extériorisation de jugement abrupts. Puissent-elles trouver des âmes un peu plus fines qui les ouvrent à une vision plus nuancée du monde, à la capacité d’élargir leur champ de conscience, d’échanger des idées pour trouver la réponse à des énigmes loin de la toute puissance infantile. Ouvrons des bibliothèques mais surtout donnons l’envie de les fréquenter…
    -J'ajoute que l'indignation ça coûte pas cher; ça permet de se désolidariser à bon compte du groupe des méchants et de continuer son petit négoce personnel avec le bien et le mal sans culpabilité.

  • =Rhôdan=
    =Rhôdan=     

    ou le monde de ceux qui n'ont pas grandi----------La lecture de la plupart de ces posts est très intéressante par ce qu’elle révèle. Des gens qui sont dans l’incapacité de regarder les humains autrement qu’en les triant en deux catégories : les bons et les méchants, comme dans les westerns qui me passionnaient quand j’avais huit ans avant que je comprenne que la nature humaines et les relations aux choses essentielles (amour, vie, mort, mémoire, transmission intergénérationnelle etc) ne pouvaient se réduire à cette vision binaire digne du monde informatique où toute analyse, toute pensée sont occultées. C’est le Colysée où, avec un pouce tourné vers le haut ou tourné vers le bas, la folie de la foule décidait de la vie ou de la mort des hommes qu’on lui avait mis en pâture. Depuis 2000 ans le monde n’a pas beaucoup changé, la technologie n’a pas aboli l’absence de jugement, de compassion, d’humanité. Le drame c’est que ces gens qui parlent de prison immédiate, de prison à vie, de confiscation de procès, de déchéance de la parentalité ne font que reproduire l’éducation sans doute assez folle qu’ils ont subie où les parents leur administraient sanctions, rétorsions, punitions, exclusion, chantage relationnel de manière violente, abusive sans cet espace de dialogue et d’échange où peut s’opérer l’élaboration psychique qui donne accès à la pensée et à la liberté. Toute cette négativité refoulée tente de se réélaborer dans cette extériorisation de jugement abrupts. Puissent-elles trouver des âmes un peu plus fines qui les ouvrent à une vision plus nuancée du monde, à la capacité d’élargir leur champ de conscience, d’échanger des idées pour trouver la réponse à des énigmes loin de la toute puissance infantile. Ouvrons des bibliothèques mais surtout donnons l’envie de les fréquenter…

  • Michel de Noisiel
    Michel de Noisiel     

    Je lis tellement d’ineptie sur ce forum et que le manque de respect pour la fonction présidentielle ainsi que les institutions publiques que j’en perd mon Latin. Sur ce thème, il me sera très difficile de prendre partie pour la cause du père, même si je ne comprend pas le mobile de son acte. Effectivement le lynchage médiatique n’est qu’un appel à la soumission du peuple au verdict des médias. Je dis : il faut laisser les juges faire leur travail. Souvenez-vous de l’affaire « Outreau » La pression des médias par l’exhibition de faits multiples de cas de pédophilie à déstabilisé la conscience d’un juge qui s’est mis à croire que tous les parents étaient pédophiles. Celà à conduit au fiasco judiciaire que l’on sait. Pour ma part, en se conduisant comme ils le font, en présentant leur texte selon une formule accusatoire, certains journalistes outrepassent leurs droits. Non qu’ils présent, une information, mais selon la forme et l’usage du texte. Ils préjugent et condamnent à la place du juge. Alors certains juges surchargés de travail, manquant cruellement de temps et de moyens pour traiter une affaire, se laissent glisser dans le sens de l’opinion médiatique qui conclue le jugement à leur place. Notre devoir de citoyen est le respect de l’institution et non la critique facile comme cet individu qui tente une critique contre le juge qui aurait permis la garde à ce père inconscient.
    Les juges travaillent dans des conditions déplorables et ont le sentiment d’être lâchés par leur institution de tutelle. En effet le principe veut qu’on oppose deux institutions ( police et justice) qui au contraire devraient être amenées à coordonner leurs actions pour plus d’efficacité dans la lutte contre les « mauvais comportements ». Certains juges recèlent un sentiment d’insécurité par rapport à leurs décisions et leurs jugements. Par ailleurs, lobbies et corporations disposent de moyens supérieurs à celles qui seraient attribuées aux professions de justice. Cet état de chose est voulue pour maintenir la justice dans la précarité. Par ailleurs, il est vrai comme l’exprime le posteur « Yuuul » La politique de « l’angélisme féminin » dessert plus la femme qu’elle ne la protège en réalité. Ma « mission d’enquête » sur la justice m’a amené à entrevoir les dégâts générés par cette politique du tout pour la femme. J’ai enregistré plus de 60% de fausses accusations de violence faites aux femmes par leur conjoint. Je fus donc attristé par les stratégies mises en place par ces charmantes sirènes que j’idolâtrais moi-même sans mesure. Mais dont je fus témoins m’a fait réfléchir. Cette jeune femme qui m’a raconté comment elle s’est arrangée pour accuser son propre conjoint de viol, après des relations consenties, tout-ça parce que son conjoint à apprit qu’il était trompé et qu’il voulait divorcer. Après d’avoir été incarcéré, il fut libéré après qu’il fut prouvé qu’elle avait inventée de toute pièce cette accusation. Pas plus loin qu’aujourd’hui, un homme plutôt courageux poli, de bonne foi et sincère se bat pour continuer à demeurer dans son logement dont il est propriétaire. Son épouse tenterait d’user toutes sortes de ruse et d’utilisation illégitime de la justice à fin de le faire expulser de son logement. Elle tente d’utiliser des personnes extérieures pour commettre des voies de fait contre son époux qui fut blessé à plusieurs reprises etc. Un ingénieur d’une société d’armement de grande notoriété, a cru lui aussi à l’angélisme d’une très charmante jeune femme qu’il a épousé suite à une annonce publicitaire. Cette jeune femme à cru voir en mon apparente naïveté le complice idéal afin de soutirer les biens de son époux accusé de violence. Le but de cette femme n’était rien d’autre de rafler la mise du patrimoine de cette famille afin de financer les actions d’une secte siégeant outre Atlantique. En fait, je finis par me poser la question de relation entre le développement de l’homosexualité et la radicalisation des mesures destinées à éradiquer la légitimité de l’égalité de l’homme et de la femme face à la justice. Certains y verraient même « une nouvelle stratégie de guerre de religion » opposant les cultes à bannir contre ceux qui prétendent détenir la vérité absolue et utilisent la femme comme « dénonciatrice idéale de l’homme Satan ». Bref, cela ne m’empêche pas de continuer à idolâtrer la femme à en mourir, car sans elle je n’existerai plus…
    Au fai, non rien...

  • Macondo
    Macondo     

    On ne soulignera jamais assez les ravages fait par David Guetta.

  • Macondo
    Macondo     

    Sachant qu'il sortirait bourré il avait peut-être pensé laisser le volant à sa fille pour rentrer à la maison ?? Encore un qui a laissé son cerveau au vestaire.

  • kevH
    kevH     

    une honte de laisser son enfant dans la voiture autant la laisser à la maison au moin elle est au chaud; mais qu'il ne garde plus jamais d'enfant de sa vie il n'est pas digne d'ètre père!!!!!!!

Lire la suite des opinions (43)

Votre réponse
Postez un commentaire