En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Deux mille cinq cent "emplois d'avenir professeur" créés en un mois
 

REIMS (Reuters) - Deux mille cinq cent "emplois d'avenir professeur", destinés aux étudiants boursiers issus de zones défavorisées, ont été créés...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

24 opinions
  • MarAliènor
    MarAliènor     

    Vous avez raison! Les petits chanceux ne sont pas passés loin de l'aide aux devoirs prodiguée par des étudiants en 2ème, 3ème, voir 4ème année d'études supérieures. A la place ils ont eu "Maman" coiffeuse de son état possédant un magnifique bac-4, des connaissances sur rien et un avis sur tout. Oh oui, vraiment quelle chance!

  • Mélu24
    Mélu24     

    Flash info!
    Les étudiants boursiers, et ceux justifiant au minimum d'un niveau bac+2 et se destinant à être professeur (bac+5!), sont précisément issus de la classe moyenne! Loin du cliché des "kikou-lols" dont vous vous gargarisez. J'ajoute un petit point de vocabulaire basique mais apparemment nécessaire; "prioritaire" ne signifie pas et n'a jamais signifié "seul bénéficiaire". De plus tout le monde ne parle que des zones urbaines mais les zones rurales sont également prioritaires!
    Bien à vous,
    Une EAP, boursière (oh le vilain mot), Périgourdine (nb. 2-4 PAS 9-3), fille de pharmaciens et future professeur atterrée par tant de bêtise et d'ignorance grasse.

  • any380
    any380     

    Ce que je crains c'est que le financement des ces contrats se fassent au détriment des contrats aidés administratifs ou de surveillance au sien des établissements scolaires dont bénéficient les personnes en grande précarité.

  • Etudiant parisien
    Etudiant parisien     

    Je dois avoué être totalement choqué par de nombreux commentaires que j'ai pu lire ici, et surtout par leur fausseté. Et je pense savoir de quoi je parle, puisque j'ai été recruté dans le cadre du programme des Emplois d'Avenir Professeur (EAP).
    Tout d'abord, beaucoup de personnes me paraissent mal, voire pas du tout, informées concernant les missions demandées aux jeunes de l'EAP : à aucun moment il ne s'agit de remplacer un professeur, de donner des cours seul devant une classe, ou même de corriger des copies. En fait, il s'agit de permettre à des jeunes se destinant au métier de professeur d'acquérir une expérience concrète, sur le terrain, quant à la vie d'un établissement scolaire, et les méthodes d'enseignement. Le jeune est pour ce faire encadré par l'équipe pédagogique et la direction de l'établissement, et notamment sous la forme d'un tutorat de la part d'un professeur titulaire.
    Ensuite, je tiens à dire que je ne suis pas socialiste et que je n'ai pas voté par François Hollande lors des élections présidentielles. Aussi, je tiens à mettre en évidence les mensonges de la campagne promotionnelle qui entoure l'EAP : le montant des rémunérations est faux (pour ma part, ce sera plutôt autour de 600€ que 900, et fluctu en fonction du degré de droit à la bourse sociale). Ensuite, dire que ce sont les jeunes des milieux défavorisés qui auront accès au programme est faux : ces jeunes, qui ont fréquenté des établissemens sensibles et qui ont les capacités de poursuivre un enseignement universitaire sont seulement prioritaire. Et pour cause en ce qui me concerne, je vis depuis deux ans à Paris dans le 16ème arrondissement pour mes études, et j'étais scolarisé dans un lycée du Vaucluse, très loin du climat de tensions sociales qu'on peut notamment observer dans les établissement de banlieue des grandes villes.
    Ensuite, je tiens à vous rassurer sur la manière dont sont recrutés les jeunes de l'EAP : le jeune candidat dépose un dossier auprès de l'Académie dont il dépend. Un dossier assez pointilleux, avec la demande d'une lettre de motivation. Une commission spécifique étudie ensuite les candidatures, examine les dossiers et les résultats scolaires. Ce n'est qu'à partir de là qu'elle rencontre ensuite les jeunes qui paraissent corrects, les contacte pour leur proposer une entretient à l'issu duquel une proposition de contrat pourra être faite, sans obligation de la part de l'Académie. Donc non, ce n'est pas le "pire du pire" qui est recruté comme j'ai pu le lire. Je me sens d'ailleurs assez insulté. Car certes je suis boursier, issu de la classe moyenne comme nombre de personnes, mais néanmoins cela n'a pas empêché mes parents de me donner une éducation, cela ne m'a pas empêché d'obtenir mon baccalauréat avec mention, et d'aujourd'hui poursuivre avec succès des études universitaires.
    D'ailleurs, lorsque je vois le niveau d'élocution et d'orthographe de certains commentaires qui parlent d'apprentissage du "langage 9-3" et du "verlan", je me dis qu'ils sont assez peu légitimes dans leurs remarques...
    Je vous souhaite à tous et toutes une bonne continuation.

  • romarine
    romarine     

    On nous "berçe" de vivre dans une république juste ! Mais pourquoi alors privilégier certaines situations sociales ? Il ne faut pas oublier que les élèves concernés perçoivent déjà des bourses et autres avantages de l'état.
    Pour moi, s'ils veulent réussir ils ont les mêmes chances que les autres.
    Pensons nous aux élèves de parents appartenant à la classe moyenne qui ne perçoivent ni bourses ni avantages sociaux ?
    Où est la république juste et impartiale et notre enseignement qui donne la chance à tous ?
    Je ne comprends pas ce choix.

  • chicuelo
    chicuelo     

    En parlant de langue française, je vous rappelle que celle-ci permet d'utiliser la ponctuation...

  • Kaptain Kirk
    Kaptain Kirk     

    C'est déjà le cas: les jeunes diplômés sont expédiés dans les zones les plus difficiles!

  • Bonnie Parker
    Bonnie Parker     

    que mes enfants soient assez vieux pour être sortis du système scolaire! OUF!

  • Charly boss
    Charly boss     

    Ce ne sont pas des chômeurs mais des étudiants. La contre partie est que l'état pourra, dès leur diplôme d'enseignant en poche, les envoyer dans les zones sensibles, l'idéal pour dégoûter un jeune enseignant sans expérience.

  • Pshitt
    Pshitt     

    2500 emplois ??? financés par la dette ??? Ils osent appeler cela emploi d'avenir ???? et ils vont en créer comme cela 150.000 ?? Hollande va réussir a faire chuter la courbe du chômage avec la dette !!!!!!

Lire la suite des opinions (24)

Votre réponse
Postez un commentaire