En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Les demandeurs d'emploi sont aussi concernés par le projet d'avis du Cese sur le stress au travail.
 

Suicides de salariés, détresse des chômeurs: la prévention des risques psychosociaux au travail doit être améliorée, estime le Conseil économique, social et environnemental. Il préconise notamment d'étudier l'impact des restructurations en amont et d'assurer un suivi des chômeurs.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • mumu21
    mumu21     

    tres bien dit,bijoux bandit !!!!! cela a des repercussions... cela pourrit la vie !!!!!!!!!!!!

  • Sylvia
    Sylvia     

    +1

  • Sylvia
    Sylvia     

    +1

  • bijouxbandit
    bijouxbandit     

    Un emploi est une “chance”, un bien précieux qu’il faut défendre, préserver pour ne pas être le premier à partir à la charrette de licenciement .Pour bénéficier de cette chance (?), pour garder son travail, les employés ont tout accepté, augmentation des cadences, de la pression, heures supplémentaires non payées, déclassement… ce qui fait que de nos jours, l’entreprise n’est plus un lieu de travail, mais de compétition, de pression, malheur à celui qui craque, qui n’atteint pas son objectif, qui semble fatigué… Pour consommer, il faut de l’argent, pour avoir de l’argent, il faut un boulot, pour avoir un boulot il faut avaler des couleuvres, ce qui rend les gens plus agressifs car au boulot ils doivent prendre sur eux, mais en dehors, ils peuvent agresser la personne qui hésite à tourner à gauche ou à droite en voiture. Cette violence interne est tellement contrôlée par l’entreprise que quand un cadre est licencié, il peut se suicider (il culpabilise, s’il est licencié il est un nul…) alors qu’on pourrait s’attendre à ce qu’il prenne un fusil à pompe et qu’il fasse un carton sur son directeur des relations humaines. M^mee pas, il retourne la violence sur lui-même et il se tue, cela nous montre la puissance culpabilisatrice de l’entreprise…

Votre réponse
Postez un commentaire