En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
La découverte de l'équipe américano-canadienne permettra d'examiner les mécanismes à l'oeuvre dans la trisomie 21. Cette anomalie chromosomique touche 70.000 personnes en France.
 

Des chercheurs nord-américains ont réussi à désactiver partiellement le troisième chromosome 21 que possèdent les personnes trisomiques. Réalisée in vitro, l’expérience permettra aux chercheurs d’étudier les mécanismes mis en oeuvre par la trisomie 21, qui touche 70.000 personnes en France.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

8 opinions
  • mumu21
    mumu21     

    si on peut diagnostiquer et soigner et bien c'est le top !!! BRAVO aux chercheurs.

  • boris2747
    boris2747     

    Vive l'extinction du colibri !

  • Pnume
    Pnume     

    Faux!

  • Pnume
    Pnume     

    Pauvre dégénéré va défendre tes prêtres pédophiles et tes politiciens consanguins!

  • ColibRIC41AC
    ColibRIC41AC     

    Nouvelle avancée sur la trisomie 21 :
    Pendant que le Parlement vote la destruction légale des embryons humains à des fins douteuses, des chercheurs ont réussi à neutraliser le chromosome en excès responsable de la trisomie 21 dans des cellules mises en culture, une percée qui pourrait contribuer à mieux comprendre cette pathologie, voire à ouvrir, peut-être un jour, la voie à des traitements.
    Les individus atteints de syndrome de Down sont nés avec trois, au lieu de deux, copies du chromosome 21. Jusque là la correction d'un chromosome entier était restée hors de portée, y compris in vitro, selon Jeanne Lawrence, auteur principal de l'article des chercheurs de l'école de médecine de l'Université du Massachusetts publié mercredi par la revue scientifique Nature. Les chercheurs ont inséré un gène dans le chromosome excédentaire et l'ont utilisé comme interrupteur pour l'éteindre en quelque sorte. Pour aboutir à ce résultat, ils se sont servis d'un gène appelé "XIST", qui intervient au cours du développement embryonnaire, pour inactiver l'un des deux chromosomes X des femelles chez les mammifères. L'expérience a été conduite à partir de cellules provenant de trisomiques et reprogrammées pour retourner à un état quasi embryonnaire, de cellules souches pluripotentes induites (iPS), afin d'obtenir différentes sortes de tissus de l'organisme.
    Autrement dit : aucun embryon humain n'a été détruit pour cette nouvelle avancée scientifique. 17/07/13 Salon Beige

  • ColibRIC41AC
    ColibRIC41AC     

    tocard, parce que le lobby bigot catho a empeché beaucoup de choses dans ce pays depuis la révolution maçonnique.
    Elle a surement pas empeché la décadence morale et la prolifération d'abrutis dans ton genre.

  • Pnume
    Pnume     

    Une découverte qui aurait pu être faite en France. Merci à la fondation Lejeune et au lobby bigot catho pour avoir plombé la recherche française pendant 10 ans.

  • sinti84
    sinti84     

    dubocu tu est sauvé !!

Votre réponse
Postez un commentaire