En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Les salles de consommation sont destinées aux toxicomanes de rue, précarisés et en rupture.
 

L'Académie nationale de pharmacie est contre mais l'association anti-addictions apporte son soutien au projet du gouvernement d'ouvrir des salles de consommation de drogue.

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

8 opinions
  • tubalcain
    tubalcain     

    Les salles de shoot sont le seul moyen de remettre en contact des toxicos en rupture sociale et en grande précarité sanitaire avec les professionnels de santé qui ont des armes pour les sortir de là et les sauver d'une mort assurée. Mettez vous ça dans le crâne.

  • Alan taf
    Alan taf     

    Non ils ont raison. Le monde change. Pas toujours en bien mais pas vous visiblement

  • Alan taf
    Alan taf     

    Non on essaie de répondre et de lutter différemment pour éviter les seringues partout

  • yapapire qeux
    yapapire qeux     

    pourquoi ouvrir des salles de shoot ? Zlatan joue très bien en plein air !

  • Alan taf
    Alan taf     

    Il faut des salles de shoot. .ne rien faire est criminel

  • rebelle80
    rebelle80     

    On juge la prostitution, alors que beaucoup de femmes survivent grâce à ça, on laisse s'installer des sex shops, grands lieux de
    débauche, alors maintenant les salles de shoot, vraiment un gouvernement de dépravés !!!!!!!!!!!!!!!!

  • Colentonio69
    Colentonio69     

    Ras le bol de ce PS et ses expérimentations. Nous ne sommes pas des rats de laboratoire. Ce gouvernement ne fait que de diviser les français !!! Ils sont très très dangereux

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Les uns proposent la lutte contre l'addiction, les autres proposent la libre consommation avec des services financés par le contribuables, et une obligation de "contrôle de qualité" dont on se demande bien comment est-ce qu'il pourra être réalisé. Par contre je vois bien les procès se profiler et l'argent public aller dans la poche des familles qui réapparaîtront comme par magie dans l'entourage d'un drogué "qui n'avait pas d'autre choix que de se tourner vers l'état pour accéder aux conditions d'hygiène".

Votre réponse
Postez un commentaire