En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Le pharmacien et le médecin aurait participé à un trafic de Subutex (illustration)
 

Dans cette affaire de trafic de Subutex, substitut à l'héroïne, un médecin avait déjà été mis en examen. L'avocat du pharmacien reconnaît tout au plus des erreurs de gestion.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • contributeur11
    contributeur11     

    Il ne s'agit pas de trafic, c'est un terme non adapté : au pire, peut on parler de prescriptions non adaptées et encore, cela reste à prouver.
    Ce qui semble bizarre dans ce dossier, c'est que on laisse un praticien établir près de 25000 ordonnances pour réagir, enfin, et le mettre en cause. Si on fait le calcul, pour 285 patients présumés, ça fait une ordonnance tous les onze jours en moyenne. Alors que dans plupart des cas, les ordonnances se font pour 28 jours, le patient pouvant se voir délivré son médicament par semaine, quinzaine ou de manière mensuelle.
    On se demande donc pourquoi la CPAM de Moselle et notamment le médecin conseil référent TSO57 n'a pas réagi plus vite : la CPAM a-t-elle fait des avertissements multiples non suivis d'effets (mais le dossier s'étale sur 25 mois...), ou voulait elle voir se constituer un dossier très étayé pour mettre en cause ce praticien ??
    Tout ça semble bien curieux...

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    C'est marrant de voir la rapidité les personnes présentées dans un article comme étant soupçonnés de quelque chose sont condamnés par l'opinion publique à la seule lecture de quelques lignes rapportées. Un problème d'éducation ?

  • deuxc
    deuxc     

    Non, pas un pharmacien, un épicier.

Votre réponse
Postez un commentaire