En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
L'Hôtel Dieu, le plus vieil hôpital de Paris, va fermer ses urgences.
 

Le plus vieil hôpital de Paris, en mauvaise santé financière, va fermer son service d'urgences le 4 novembre prochain.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • gkierzek
    gkierzek     

    Je lis l'interview de Mireille Faugère (http://www.lesechos.fr/economie-politique/politique/actu/0202762010134-mireille-faugere-la-fermeture-des-urgences-a-l-hotel-dieu-n-est-pas-une-mesure-d-economie-566308.php) et suis effaré des arguments donnés et repris pour la fermeture des urgences.
    Ces dernières ont été refaites neuves il y a 4 ans, idem pour les urg médico-judiciaires; l'IRM, scanner radio sont parfaitement aux normes également et les lits d'hospitalisation, réa et ophtalmo sont rénovés depuis moins de 5 ans (derniers travaux fév 2012: opthtalmo 450 000 euros).
    Cet hôpital doit rester un hôpital de proximité (seul des 9 premiers arrondissements de Paris) avec les services actuels parfaitement aux normes (je vous invite à venir les visiter). Leur fermeture est une gabegie d'argent public investi, d'autant que la transformation en bureaux sera extrêmement couteuse et non financée.
    Le pseudo projet de centre médical est une illusion, ne correspondant ni aux besoins (Cf analyse de l'Union syndicale des centres de santé en PJ) ni aux réalités économiques (coût ? aucun chiffre avancé,...).
    Il faut maintenant avoir le courage de dire aux Parisiens et franciliens qu'ils attendront 12h à Lariboisière au lieu des 8 actuelles; qu'en cas d'attentat ou crise sanitaire, le coeur de Paris (13 millions de visiteurs sur le parvis chaque année, 1 millions sous nos pieds quotidiennement RER/métro,...) est vide d'hôpital. A la place des bureaux. MF a raison: cela ne fera pas d'économies -ca coutera de l'argent pour ne plus soigner- et condamne un peu plus l'offre publique de soins.
    Dr Gérald KIERZEK, Urgences Hôtel-Dieu

Votre réponse
Postez un commentaire