En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Pour Martin Hirsch, directeur de l'AP-HP, ici le 4 décembre 2013, "renoncer à ces riches patients serait contre-productif".
 

Le patron de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) s'est expliqué sur la polémique autour de l'accueil réservé à un riche émir à Ambroise-Paré, dans un entretien au JDD dimanche: "Nous avons besoin de (l'argent de ce patient) pour soigner les plus modestes".

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

16 opinions
  • FXJZ
    FXJZ     

    Le fameux Boutéflika le président algérien est redevable d'une grosse facture pour les soins en France, il a des arriérés énormes ...et il revient toujours.

  • deuxc
    deuxc     

    Nous faisons repentance, que voulez-vous, c'est ainsi. On fait souvent repentance.

  • deuxc
    deuxc     

    Pourquoi ne fréquentent-ils pas leurs hôpitaux, ces émirs? Juste une question...

  • nessie0808
    nessie0808     

    Au moins les emirs payent la facure eux. Je connais plusieurs famille d'algeriens (pardon, francais) qui font venir toute la famille resté au bled pour tout ce qui est operation chirurgicale, etc...... puis ceux ci repartent tranquille. Ca c'est choquant, mais les emirs ils payent..

  • Truecolor
    Truecolor     

    Pour une intervention " programmée ", on ne passe pas par les urgences ...

  • Truecolor
    Truecolor     

    a d'autres ... Évidement qu'il y eu forcément des conséquences sur les autres patients .. Je pense surtout au personnel. J'imagine que ce monsieur a bénéficié d'un service VIP .. et c'est bien triste quand on sait comme les hopitaux pleurent leur manque d'effectif .. .

  • tubalcain
    tubalcain     

    Le "fermeture" de tout un étage de l'hôpital public est une action de nature à réduire l'offre de soins à la population et donc oui, de pénaliser les malades. Toute parole contraire constitue une escroquerie intellectuelle.

  • deuxc
    deuxc     

    Et si ses congénères prenaient envie, par imitation, de faire de même? Jusqu'à combien de privatisations d'établissements publiques hospitaliers pourrions nous aller? Il va peut-être falloir aussi déloger des Français hospitalisés, afin de laisser place libre?

  • volcan
    volcan     

    Il a du souffle celui-là.... La france bradée dans un vide grenier...

  • Lana Che
    Lana Che     

    "pour soigner les plus modestes" dites-vous…. la belle blague : sachez que parmi les plus modestes il y a des hommes et des femmes qui ne sont pas en situation régulière en France, et qui se font soigner, loger, nourrir, aider grâce à nos cotisations. Que cet argent aide nos retraités les plus démunis et là, je serai d'accord.

Lire la suite des opinions (16)

Votre réponse
Postez un commentaire