En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Qui dit printemps, dit allergies, rhume des foins...
 

Eczéma, rhinite, asthme, allergie alimentaire... alors que ces phénomènes ne cessent de se répandre, en particulier au printemps, un pneumo-allergologue répond à toutes vos questions.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • christian pène
    christian pène     

    effectivement le patient doit bénéficier d'UN seul remède sa vie durant , une phase de traitement principal qui dépend de l'individu, suivie d'un traitement d'entretien à vie...pendant le traitement principal , le malade doit prendre la même quantité minimale tous les jours , mais la radiesthésie permet d'ajuster la posologie jour par jour....

    j'utilise des dilutions aussi élevées que possible , actuellement 240CH ; j'indique au malade comment refaire du remède suivant la mémoire de l'eau....

    j'en suis mêmme arrivé au remède homéopathique universel (j'en ai même plusieurs)

  • deoxynucleicacid.therapy
    deoxynucleicacid.therapy     

    Bonjour,

    Il faut changer la CARTE INFORMATIVE GENIQUE HOLISTIQUE.


    280 § L’ ORGANON DE L’ ART DE GUERIR

    Pendant toute la durée du traitement on augmente la dose du remède analogique
    tant qu’il ne provoque aucun nouveau symptôme pénible, jusqu’à ce que le malade
    se trouvant dans un état d’amélioration générale, commence à ressentir
    à nouveau à un degré moindre une ou plusieurs de ses douleurs primitives.
    Ceci annonce, alors qu’on augmente peu à peu les doses très modérées
    et modifiées chaque fois par des secousses (§ 247) que la guérison est proche,
    que le principe vital n’a en effet presque plus besoin d’être affecté par la maladie médicinale semblable, pour perdre le sentiment de la maladie naturelle (§ 148)
    et indique la façon dont le principe vital qui se libère maintenant de l’affection naturelle commence à ne souffrir que légèrement de cette maladie médicinale homéopathique
    qu’on appelle aggravation homéopathique.

    SAMUEL HAHNEMAN

Votre réponse
Postez un commentaire