En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Yann Galut
 

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • LILLOIS
    LILLOIS     

    les français vont vous virer mais en totalité

  • Winston
    Winston     

    Les séditieux comme ce député frondeur veulent nous faire croire que les sympathisants socialistes seraient aussi sectaires qu'eux. La réalité est toute autre. Les électeurs socialistes, dont ils devraient s'inquiéter à l'approche de 2017, ont choisi François Hollande en 2011 et assez largement. Les électeurs savaient parfaitement alors qu’ils ne choisissaient pas pour les représenter un extrémiste de gauche révolutionnaire mais un social-démocrate bon teint, deloriste et réformiste, pro-européen ouvert à l’économie de marché. Les frondeurs prennent donc les électeurs de François Hollande pour des naïfs, des enfants ou des amnésiques en réécrivant l’Histoire. Ensuite toutes les enquêtes d'opinion montrent que les mêmes électeurs, après avoir plébiscité Valls, mettent aujourd’hui aux nues Emmanuel Macron, pas réputé lui non plus pour être un radical de gauche. Etant donné le décalage entre ce que disent ces fêlons, capables du pire dans leur inconséquence, on vient de le voir, et la réalité de ce que pense et souhaite l’électorat de François Hollande, il serait peut-être temps d’ouvrir les yeux et de constater qu’on ne peut pas quand on est majoritairement pour un modèle de pensée réformiste et social-démocrate, être représentés par des gens qui sont limite à la gauche de Mélenchon et qui n’ont d’autre objectif, avec le concours acharné de ce dernier, que de faire tomber le gouvernement.
    Il n’y a pas de volonté majoritaire chez les électeurs socialistes pour défendre des vieilles lunes marxistes comme ils le prétendent. François Hollande avant toute chose a été élu pour gérer au quotidien et adapter son programme à la réalité économique et sociale du pays. Voilà son mandat et ce qu’attendent ses électeurs. Les frondeurs et Montebourg ne font rien d’autre que d’opérer une prise en otage des électeurs de gauche modérés, comme moi, qui ne souhaitent absolument pas revenir en arrière avec les utopies de 1945 mais qui préfèrent aller de l’avant et adapter la France au monde d’aujourd’hui.
    Il faut donc, quand on est fidèle à la pensée réformiste sociale-démocrate, déconstruire et combattre le discours de ces frondeurs qui viennent réécrire, sans gêne aucune, l’histoire des primaires de 2011 et celle de la campagne de 2012. Il n’y a pas de réconciliations possibles avec des gens qui ne reconnaissent pas le courant largement majoritaire réformiste qui s’est imposé à plus de 70 % au dernier congrès du PS, qui mettent en danger la majorité dont ils sont issus, et par là-même la stabilité politique du pays. Il faut de la clarté désormais, affirmer notre sensibilité politique qui n’a rien à voir avec celle de Mélenchon qui veut nous sortir de l’Europe ou de Montebourg qui veut dé-mondialiser et refuser ce dictat moral que veulent nous imposer ces saboteurs.

  • Winston
    Winston     

    Les séditieux comme ce député frondeur veulent nous faire croire que les sympathisants socialistes seraient aussi sectaires qu'eux. La réalité est toute autre. Les électeurs socialistes, dont ils devraient s'inquiéter à l'approche de 2017, ont choisi François Hollande en 2011 et assez largement. Les électeurs savaient parfaitement alors qu’ils ne choisissaient pas pour les représenter un extrémiste de gauche révolutionnaire mais un social-démocrate bon teint, deloriste et réformiste, pro-européen ouvert à l’économie de marché. Les frondeurs prennent donc les électeurs de François Hollande pour des naïfs, des enfants ou des amnésiques en réécrivant l’Histoire. Ensuite toutes les enquêtes d'opinion montrent que les mêmes électeurs, après avoir plébiscité Valls, mettent aujourd’hui aux nues Emmanuel Macron, pas réputé lui non plus pour être un radical de gauche. Etant donné le décalage entre ce que disent ces fêlons, capables du pire dans leur inconséquence, on vient de le voir, et la réalité de ce que pense et souhaite l’électorat de François Hollande, il serait peut-être temps d’ouvrir les yeux et de constater qu’on ne peut pas quand on est majoritairement pour un modèle de pensée réformiste et social-démocrate, être représentés par des gens qui sont limite à la gauche de Mélenchon et qui n’ont d’autre objectif, avec le concours acharné de ce dernier, que de faire tomber le gouvernement.
    Il n’y a pas de volonté majoritaire chez les électeurs socialistes pour défendre des vieilles lunes marxistes comme ils le prétendent. François Hollande avant toute chose a été élu pour gérer au quotidien et adapter son programme à la réalité économique et sociale du pays. Voilà son mandat et ce qu’attendent ses électeurs. Les frondeurs et Montebourg ne font rien d’autre que d’opérer une prise en otage des électeurs de gauche modérés, comme moi, qui ne souhaitent absolument pas revenir en arrière avec les utopies de 1945 mais qui préfèrent aller de l’avant et adapter la France au monde d’aujourd’hui.
    Il faut donc, quand on est fidèle à la pensée réformiste sociale-démocrate, déconstruire et combattre le discours de ces frondeurs qui viennent réécrire, sans gêne aucune, l’histoire des primaires de 2011 et celle de la campagne de 2012. Il n’y a pas de réconciliations possibles avec des gens qui ne reconnaissent pas le courant largement majoritaire réformiste qui s’est imposé à plus de 70 % au dernier congrès du PS, qui mettent en danger la majorité dont ils sont issus, et par là-même la stabilité politique du pays. Il faut de la clarté désormais, affirmer notre sensibilité politique qui n’a rien à voir avec celle de Mélenchon qui veut nous sortir de l’Europe ou de Montebourg qui veut dé-mondialiser et refuser ce dictat moral que veulent nous imposer ces saboteurs.

  • grognon
    grognon     

    De toute façon dans le meilleur des cas, la moitié des députés de gauche ne retrouveront pas leur siège.

    LILLOIS
    LILLOIS      (réponse à grognon)

    et les cèderont au F.N.

Votre réponse
Postez un commentaire