Valls réitère ses "regrets" devant l'Assemblée

Mercredi après-midi, à l'Assemblée, le ministre de l'Intérieur a été interpellé par le chef de file des députés UMP, Christian Jacob, sur ses propos accusant la droite du "retour du terrorisme" en France.

Adrienne Sigel
Le 14/11/2012 à 15:24
Mis à jour le 14/11/2012 à 16:17

Valls accuse la droite : "Le retour du terrorisme dans ce pays, c'est vous"


Pierre Lellouche : "Valls a pété les plombs"


Propos de Valls sur le terrorisme : Hollande recadre son ministre de l'Intérieur


Interpellé par le chef de file des députés UMP, Christian Jacob, lors de la séance des questions au gouvernement, à l'Assemblée nationale, mercredi, Manuel Valls a répété, en guise de réponse, qu'il "regrette" ses propos, prononcés mardi au sein de l'hémicycle, donnant la droite pour responsable du "retour du terrorisme" en France.

"Faire l'union pour combattre le terrorisme"

"Maintenant M.Valls, la décence et la dignité vous imposent de surmonter votre orgueil et de vous excuser", a ainsi lancé Christian Jacob au ministre de l'Intérieur, en début de séance. "Pas de banaliser vos propos par de petits regrets, mais d'avoir le courage et la grandeur de présenter des excuses en bonne et due forme à la représentation nationale et aux Français".

"Je regrette les propos que j'ai tenu ici, dans cette Assemblée", a répondu Manuel Valls.
"Il y a, sur ce sujet, la nécessité de faire l'union entre toutes les forces politiques pour combattre le terrorisme", a-t-il poursuivi, sous les applaudissements de l'hémicycle, dont une partie s'est levée pour saluer son geste.

Toujours pas d'excuses

Le ministre de l'Intérieur n'a, en revanche, pas présenté ses excuses aux députés de l'opposition, comme le lui demandait Christian Jacob.

Manuel Valls avait déjà évoqué ses "regrets" mercredi matin, au micro de Jean-Jacques Bourdin, sur BFMTV, sans s'excuser.












Élections

Les résultats dans votre ville

La question du jour

Cure d'économies: le gel du point d'indice des fonctionnaires est-il justifié?