UMP : Sarkozy initie une fragile sortie de crise

Au bord de l'implosion, l'UMP pourrait sortir de la crise... à condition que François Fillon et Jean-François Copé se mettent d'accord sur un référendum qui demanderait aux militants s'ils veulent revoter.

V. G avec AFP
Le 27/11/2012 à 21:36
Mis à jour le 27/11/2012 à 21:54
Jean-François Copé, Nicolas sarkozy et François Fillon. (AFP)

Un second vote ne garantirait pas une sortie de crise de l’UMP


Présidence de l’UMP : le camp Fillon fait la liste des irrégularités du scrutin


Crise à l'UMP : Copé propose un référendum sur l'opportunité d'un nouveau vote


UMP: Juppé favorable à un référendum et à un nouveau vote


Au bord de l'implosion depuis 10 jours, l'UMP pourrait avoir trouver une porte de sortie. La condition : que François Fillon et Jean-François Copé se mettent d'accord sur un référendum... qui demanderait aux militants s'ils veulent revoter pour la présidence du parti.

Si l'idée d'un nouveau vote (sans fin), initiée par Nicolas Sarkozy et proposée par Jean-François Copé, a été acceptée par François Fillon, reste encore à se mettre d'accord sur les modalités de son organisation.

L'accord n'était toujours pas scellé mardi soir, alors que la crise à l'UMP qui a pris un tour nouveau avec l'amorce d'une scission à l'Assemblée nationale. Les fillonistes ont, en effet, déposé les statuts d'un nouveau groupe parlementaire : le Rassemblement-UMP (RUMP), composé de 68 députés.

Face à l'accélération des événements, Jean-François Copé a demandé à François Fillon de renoncer à cette initiative, tout en proposant ce référendum pour sortir de l'impasse. Un "deal" dont Nicolas Sarkozy serait en fait l'instigateur.

Nicolas Sarkozy à la manoeuvre

Les deux rivaux, devenus des adversaires résolus pour le contrôle du premier parti d'opposition, se sont rencontrés mardi après-midi. Une rencontre qui a eu lieu dans le bureau de Jean-François Copé à l'Assemblée nationale, à la demande de Nicolas Sarkozy.

Pour l'ancien président de la République, actif en coulisses, "tout est préférable à une scission", selon David Douillet qui s'est entretenu avec lui.

Et maintenant ? Si François Fillon a accepté le principe du référendum, il a posé ses conditions : obtenir "des garanties strictes d'impartialité". "Il ne faut pas que cela se fasse dans les mêmes conditions que pour la présidence de l'UMP", a renchéri le député filloniste Eric Woerth.

>>  DOCUMENT - La lettre de Fillon à Copé

Un référendum en décembre ou janvier, peut-être

Selon Jean-François Copé, le référendum pourrait avoir lieu en décembre ou en janvier.

En attendant un accord final, le groupe Rassemblement-UMP a officiellement déposé, dans la soirée, sa déclaration politique et la liste de ses 68 membres à la présidence de l'Assemblée nationale.

Résultats élections européennes 2014
La question du jour

Fruits et légumes: êtes-vous prêt à payer plus cher pour avoir plus de goût?