En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Gouvernement et syndicats campent sur leurs posisions au sujet de la réforme des retraites
 

PARIS (Reuters) - Le face-à-face se tend entre l'exécutif et les opposants à la réforme des retraites au lendemain d'une nouvelle journée de...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

7 opinions
  • Armando_95
    Armando_95     

    Ramassis de stupidité...

  • anticon
    anticon     

    Marteler de faux arguments ne les transforment pas en vérité. Tes références aux autres pays europeens sont éronnées et quant à la pénibilité je dirait simplement que quand l'age de départ à la retraite est passé à 60 ans on n'a pas dit SAUF pour les employés de bureau qui n'ont pas ou peu de pénibilité! Pour finir ton gourou à dit, lui même qu'il ne toucherait pas à la "retraite à 60 ans" et pour ce qui est des "vastes supercheries" je citerais seulement woerth, pasqua, ortefeux (condamné), chirac et tapie (petits accords entre amis)et la cerise sur le gâteau les tricheries de dati et sarko sur leur CV et soi disant diplômes obtenus et grandes écoles suivient!!!!!!!

  • anticon
    anticon     

    Que veux tu démontrer là ??? La différence entre le public et le privé ? on n'a pas besoin de toi. Monter les Français les uns contre les autres? la clique sarko n'a pas besoin de toi non plus! Par contre donner du travail aux 400 000 JEUNES CHÔMEURS ça remplirait les caisses, taxer au même titre que les salaires les revenus du capital ça remplirait les caisses, taxer au même titre que les salaires les salaires DEGUISES tels que les stock-options, les dividendes et les parachutes dorés ça remplirait les caisses, diminuer les exonérations des entreprises, ces mêmes entreprises qui continuent de licencier à la pelle ça remplirait les caisses, supprimer le bouclier fiscal ça remplirait les caisses etc etc...

  • justemonavis
    justemonavis     

    Un peu de jugeote, quand même! 5 millions de personnes dans la rue= 5 millions de personnes à la rue, ça fait environ 5% de la population hexagonale, si je sais bien compté. Mais entre 52 ans (âge de départ à la retraite de cheminots) et 62 ans ( âge de départ à la retraite prévue dans le privé), ça fait plus de 15%! Il faut dire que noq sudistes et cgtistes ont des travaux plus pénibles que les maçons, platriers, agriculteurs qui, eux, bossent et parfois cotisent pour les premiers. C'est ça, la solidarité à la française! Enfin, c'est juste mon avis!

  • danycrhis
    danycrhis     

    ministre woert coupable a l'insu de sont plein gres

  • smartiz
    smartiz     

    analyse gil82, cela fait vraiment plaisir de lire vos ecrits, ça nous change de toutes les betises, injures de toutes sortes, qui sont monnaies courantes sur le blog.sinceres salutations

  • gil82
    gil82     

    Depuis quelques jours enfin quelques courageux PS ont osés dire la vérité sur ce dossier, 62 ans est économiquement incontournable ! Nous serions nous sinon les seuls en Europe ? Où même l'Espagne et son gouvernement PS avec ces soit disant 35 ans (dixit Ségolène Royal : ce qui est totalement faux !), y est contrainte. M. Chérèque lui-même (parce qu'il doit être plus honnête que Thibault surement ?), ne parle plus des 62 ans et 42 ans (Rappel en France LE PRIVE part à 61,3 ans de moyenne : LE PRIVE !). Alors maintenant ils parlent de quoi les syndicats ? De la pénibilité : Vaste supercherie syndicale* ! Elle existe, oui, c'est une certitude bien sur, mais la seule chose vérifiable est malheureusement le taux de handicap (Passé de 20 à 10% dans cette loi: Grâce au PS !) Alors comment mesurer la pénibilité en 2010 ? Elle est sur trois critères d'études de base, et elle est un vrai casse tête pour l'ensemble des divers milieux du médical et des milieux sociaux. CRITÈRES : 1/ La demande psychologique-2/ La latitude décisionnelle-3/ La récompense perçue. Ensuite, pris un à un ou combinés, ces critères permettent l'analyse des rapports entre pénibilité au travail et état de santé des 50 ans et plus. Étude européenne menée dans 10 pays, commencée en 2003-2004 et en est toujours cours). * VASTE SUPERCHERIE SYNDICALE, car, ils font appel à la fainéantise individuelle, un sondage récent dit que 86% des salariés "estiment" avoir un travail pénible (Et moi j'en fais parti bien entendu, comme mon voisin et surement vous aussi !). Alors qu'une étude, Européenne, qui se base sur une fourchette entre 2h et 20h et plus hebdomadaire de travail pénible, elle désigne pour 2003 : 56% des salariés (9 800 000 personnes, effectuent un travail avec ces critères !). * VASTE SUPERCHERIE SYNDICALE, car leurs boulots de responsables actifs serait aujourd'hui, de présenter par professions, des dossiers construits de pénibilités : "En cours en Allemagne !" * VASTE SUPERCHERIE SYNDICALE, car monter de tels dossiers, signifierait devoir prendre des mesures concrètes, et économiques, et serait aussi se mettre à dos, des salariés mécontents ! * VASTE SUPERCHERIE SYNDICALE, le livre blanc 1990 de M. Rocard, parlait déjà alors de la difficulté "objective" de définir globalement la pénibilité, et que, seule une longue et profonde concertation avec les syndicats, pourrait les définir, branches par branches : Et depuis 1990 ? * VASTE SUPERCHERIE SYNDICALE, car cette loi comme toutes les autres n'est pas inscrite dans le marbre, elle est modifiable, des amendements sont possibles aujourd'hui et demain. Que nos syndicats Français demandent à faire parti de la commission pluridisciplinaire territoriale qui doit être mise en place pour faire avancer ce dossier sur la définition de la pénibilité au travail, individuel et/ou collective, sur le handicap, et d'autres paramètres ? CONCLUSION : Je suis personnellement POUR les syndicats en France, mais ni Chérèque ni Thibault, je rêve de syndicalistes responsables, qui ne se contentent pas de meugler après coup, mais comme dans d'autres pays, des syndicats qui proposent et non pas qui indisposent.

Votre réponse
Postez un commentaire