En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, le 8 juin 2015
 

La justice avait interdit le film Love de Gaspar Noé aux moins de 18 ans après avoir été saisie par une association "proche de l'extrême droite", juge la ministre de la Culture qui réfléchit à de nouveaux critères pour classifier les oeuvres cinématographiques.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

8 opinions
  • homme24
    homme24     

    des crimes et préparation d'attentats et fabrication de bombes aussi

  • homme24
    homme24     

    elle ferait mieux de s'occuper des cigarettes et de la drogue dans les films

  • Xdreamy
    Xdreamy     

    De nos jours, les ados ont accès à tout et n'importe quoi sur internet, donc, cette polémique sur la pornographie au cinéma n'est-elle pas surannée.............!!!!!

  • dani42
    dani42     

    Le porno est partout et à la portée de tous. Bien ou mal ? Cette discussion est un peu dépassée.

  • RedOne
    RedOne     

    Mais bien sûr Fleur Pellerin, la solution est de laisser les enfants regarder des scènes pornographiques. Elle est où votre moral ? Un de retour à l'ordre moral est plus que nécessaire.

  • ocean
    ocean     

    a l ' heure , d 'internet , reflexion un peu dépassé

  • NIKITA
    NIKITA     

    DECADENCE OFFICIALISEE

  • valgego
    valgego     

    Que la réglementation sur la diffusion des films évolue, pourquoi pas, l'on ne peut interdire à la maison ce que l'on se fait fort d'enseigner à l'école primaire avec du personnel hyper- qualifié . Maintenant, faire l'amalgame avec la diffusion en public dans les hauts lieux de l'histoire, d' oeuvres d'art dont l' horreur à elle seule gâche le patrimoine de la France du XVIIIème, et donne de la femme une image aussi dégradante, il fallait oser, elle l'a fait, la fine fleur de l'élite culturelle en mal de lecture. Personnellement pour l'oeuvre d'art, j'ai longtemps hésité entre la bouche d'égoût et la sortie, avant de m'apercevoir qu'elle pouvait servir aux deux, d'ailleurs "l'artiste" ne s'y est pas trompé puisqu'il a dit qu'il conservait à l'oeuvre prise pour un dépotoir, les graffitis et détritus qui lui donnaient du cachet .

Votre réponse
Postez un commentaire