En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Nicolas sarkozy déclare l'état responsable dans l'abandon des harkis
 

par Jean Décotte PERPIGNAN (Reuters) - Nicolas Sarkozy a officiellement reconnu samedi la responsabilité du gouvernement français dans "l'abandon"...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • om 34
    om 34     

    oui quelle honte cinquante apres quelle reconnaisance apres les avoir humilies dans des camps traiter comme des moins que rien comment se fait il que les harkis soit si proches de la droite apres tout ce quil nous ont fait de gaulle certain ont la memoire courte enfin

  • lulude paris
    lulude paris     

    sarkozy en est a essayer de faire de la recupération pour esperer d'etre elu mais lui pourquoi pendant son mandant comme pour le reste il n'a rien fait
    du n'importe quoi le probleme principal des français au cas ou sarkozy ne le sais pas l'emploi le pouvoir d'achat et la sécurité quand il parle de cela ce tricheur qui contourne les choses de peur de les abordzer tres courageux ce président menteur

  • pasiconqueca68
    pasiconqueca68     

    Encore une fois l'Etat ce n'est plus lui,il est tout neuf en politique,lui n'a aucune responsabilité dans RIEN.

  • ouin ouin
    ouin ouin     

    c'est la droite et pas la gauche qui a abandonné les harkis,ce n'est pas le peuple francais qui n'en a rien à faire ,mais sarko a besoin de voix il est pret à tout ce petit bonhomme

  • Gaêl 78
    Gaêl 78     

    Ben tient, comme par hazard c'est maintenant qu'il le reconnait...et pas quand il va faire une comémoration à Colombey les deux Eglises...
    Le timing est bien choisit !
    Au moins, lui, ne les aura pas traité de " sous hommes " , comme les socialos

Votre réponse
Postez un commentaire