En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Vincent Peillon s'est exprimé sur la question de la théorie du genre ce 29 janvier, à la sortie du conseil des ministres.
 

Le ministre de l'Education nationale a envoyé mercredi soir une lettre aux responsables d'établissements dans laquelle il leur demande de "rencontrer les parents" qui ont retiré leurs enfants de l'école pour "leur expliquer la réalité". Objectif: mettre fin à la rumeur sur la "théorie du genre".

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

171 opinions
  • mamily
    mamily     

    "Convoquer les parents " un peu de pédagogie Mr Peillon !!! les parents ne sont pas vos enseignants ni vos élèves !!!

  • Fibonacci
    Fibonacci     

    +1000

  • jo1934edunom
    jo1934edunom     

    On nous dit que la théorie du genre n’existe pas mais que l’on veut simplement lutter contre les inégalités. En commençant par la lutte contre les stéréotypes ! Et parmi les premiers stéréotypes auxquels on pense , il y a évidemment ‘’le petit garçon qui joue aux voitures’’ alors que ‘’la petite fille joue à la poupée’’.
    Très bien, mais qui ne voit qu’on arrive très vite au stéréotype de ‘’l’enfant qui dit : j’ai un papa et une maman’’ ? C'est celui-là que l'on veut ''déconstruire''!
    Mais c’est bien sûr ! On voit le lien avec le mariage homosexuel ( plus l’adoption) . Si Egalité de droit il y a, alors ‘’tous les mariages se valent’’ !
    Et surtout il ne faut pas ‘’stigmatiser’’ l’enfant qui a 2 papas ou 2 mamans .
    Comme dit Bertinotti , tous les types de familles existent, et donc la famille ‘’papa-maman-enfant’’ ne doit pas être un stéréotype ! Ce n’est qu’un modèle parmi d’autres !

    Bel enfumage que tout cela ! Les français se réveillent et voient où les a menés le ‘’mariage pour tous’’ !
    On a imposé le ‘’mariage homosexuel’ par la loi. Maintenant, on poursuit et veut l’imposer anthropologiquement et culturellement en ‘’changeant les mentalités’ par l’éducation et l’école.
    Le problème, c’est qu’en choisissant de ‘’déconstruire’’ les stéréotypes afin de mieux faire accepter le mariage homosexuel, on est en train de déconstruire la société française.
    Et les français ne sont pas d’accord !

  • Persona Non Grata
    Persona Non Grata     

    Peillon écrit ! si ! si ! si ! il écrit : MAMAN porte une robe ! PAPA aussi peut porter une robe ! et pour que les plus petits comprennent BIEN on le dessine aussi ö les jolis dessins : MAMAN porte une robe ! PAPA porte une robe !

  • backlash
    backlash     

    donc le responsable c'était Dieu et l'éducation défaillante qu'il a donné à Satan ? intéressant

  • Ansaldo
    Ansaldo     

    Moi je l'appel une déviance !

  • Ansaldo
    Ansaldo     

    Non à l'éducation de la théorie du genre à l'école ! Non à l'endoctrinement de nos enfants ! Non un garçon ne choisissent pas d'être une fille ou un garçon en école primaire ! Non à la déviance de l'éducation nationale ! Non à l'endoctrinement socialiste de nos enfants ! Non à l'école de la médiocrité ! Non à la réa-location des budgets des écoles qui réussissent vers celles des médiocres. Non ! Non ! Non !!!!! C'est cher mais la prochaine rentrée sera en école privée pour mes enfants !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • Trahi
    Trahi     

    Satan était un chérubin qui s'est rebellé contre Dieu, d'autres anges le suivent et deviennent ses suppôts ou complices ou serviteurs pour manipuler la majorité des humains vers le mal destructeur

  • Trahi
    Trahi     

    Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes. L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées.
    Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif. Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, par la télévision, des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser.
    On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux. En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté.
    Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration, que la seule peur – qu’il faudra entretenir – sera celle d’être exclus du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires au bonheur. L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est : un veau, et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau. Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu.
    Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutienne devront ensuite être traités comme tels. On observe cependant, qu’il est très facile de corrompre un individu subversif : il suffit de lui proposer de l’argent et du pouvoir.
    Extrait du Meilleur des mondes d’Aldous Huxley (1932).

  • Trahi
    Trahi     

    Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif. Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, par la télévision, des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser.
    On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux. En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté.
    Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration, que la seule peur – qu’il faudra entretenir – sera celle d’être exclus du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires au bonheur. L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est : un veau, et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau. Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu.
    Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutienne devront ensuite être traités comme tels. On observe cependant, qu’il est très facile de corrompre un individu subversif : il suffit de lui proposer de l’argent et du pouvoir.
    Extrait du Meilleur des mondes d’Aldous Huxley (1932

Lire la suite des opinions (171)

Votre réponse
Postez un commentaire