Royal regrette d'avoir refusé le ministère de la Justice

La présidente de la région Poitou-Charentes aurait, selon elle, pu remporter l’élection législative si elle avait accepté la Chancellerie.

L.B avec AFP
Le 04/01/2013 à 10:48
Mis à jour le 04/01/2013 à 11:03
 (Alain Jocard - AFP )

Royal à Hollande : "Il faut passer à nouvelle phase"


Ségolène Royal, présidente PS de la région Poitou-Charentes, regrette de ne pas avoir accepté le ministère de la Justice. Selon elle, elle aurait pu remporter son élection législative de La Rochelle.

Interrogée par VSD cette semaine sur des rumeurs lui accordant le portefeuille de la Justice, celle qui fut la candidate des socialistes à la présidentielle de 2007 en voit l'origine dans "le fait qu'on m'avait proposé d'être Garde des Sceaux. J'ai refusé parce que j'avais dit que je serais candidate à la présidence de l'Assemblée nationale. J'aurais dû accepter : le fait d'être ministre m'aurait aidée à gagner la législative".

Ségolène Royal a été battue en juin 2012 à la Rochelle par un dissident PS, Olivier Falorni. Une entrée au gouvernement aujourd'hui ? Pour elle, "l'échéance politique normale pour un remaniement se situe après le scrutin municipal de 2014. Avant, je n'en vois pas l'utilité, ni la justification. Mais ça n'est pas moi qui décide".

Encore "beaucoup de choses à apporter"

"Vous savez, après les élections législatives, j'aurais pu tout arrêter", note l'ex-ministre. "J'ai au contraire décidé de poursuivre ma carrière politique. Alors évidemment, si l'on juge utile que je rentre dans le dispositif gouvernemental, j'accepterai avec fierté de servir mon pays".

"Au risque de vous paraître immodeste, je considère que j'ai beaucoup de choses à apporter", assure-t-elle. Elle confirme par ailleurs qu'elle siégera au conseil d'aministration de la Banque publique d'investissement pour y représenter l'Association des Régions de France.

Destinée notamment à garantir le financement des PME, cette nouvelle structure bancaire (la loi la créant a été publiée au JO le 1er janvier), "doit être un outil essentiel" pour le "sauvetage" puis "la modernisation du tissu industriel", commente Ségolène Royal.

"Je n'ai pas décliné l'Institut du Monde Arabe que l'on m'a effectivement proposé de diriger, mais j'ai considéré que je pouvais être encore plus utile ailleurs", déclare-t-elle.

Élections

Les résultats dans votre ville

La question du jour

Si cela était possible, seriez-vous prêt à habiter sur une autre planète?