En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Régionales: à qui devrait profiter l’abstention?

En 2010, lors du précédent scrutin, un peu moins d'un électeur sur deux s'était rendu aux urnes.
 

A trois jour du premier tour des élections régionales, l'abstention s'annonce une nouvelle fois élevée: moins d'un électeur sur deux devrait se rendre dans son bureau de vote. 

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

33 opinions
  • laveritesvp
    laveritesvp     

    Dans quelques années on regardera ce quinquennat socialiste avec du recul, et on le définira comme l'échec politique le plus flagrant de tous les temps. Les politiques socialistes eux partirons en retraite anticipée dans des paradis fiscaux dans l'anonymat le plus complet. Seul Valls restera se répète tira et rejoindra la droite.

  • laveritesvp
    laveritesvp     

    Dans quelques années on regardera ce quinquennat socialiste avec du recul, et on le définira comme l'échec politique le plus flagrant de tous les temps. Les politiques socialistes eux partirons en retraite anticipée dans des paradis fiscaux dans l'anonymat le plus complet. Seul Valls restera se répète tira et rejoindra la droite.

  • Jojobo
    Jojobo     

    voilà l'amour de la France crié comme DeGaulle en son temps !
    Discours de Robert Ménard, le maire de Béziers hier à Toulon au meeting de Marion Maréchal-Le Pen.

    "Mesdames, Messieurs, Chers amis, Cher Marc-Etienne, Chère Marion,

    Douze jours...
    Dans douze jours nous saurons. Nous saurons si cette région veut vivre ou si elle veut mourir. Dans douze jours, nous saurons si ce pays a compris la terrible leçon du 13 novembre ou si, une fois encore, une majorité de nos compatriotes vont continuer à croire que le mensonge est la vérité et que la vérité est le mensonge.
    Oui, douze petits jours nous séparent de la réponse à cette question essentielle : quand sonnera le premier coup d'arrêt au renoncement et à la décadence ? Venu parmi vous à l'occasion d'une élection régionale, j'aurais aimé vous parler des enjeux régionaux. J’aurais aimé que nous soyons encore aux temps heureux où l'on pouvait faire campagne en proclamant, par exemple, qu'il faut baisser la fiscalité. Est-il normal que la région PACA détienne le record de la carte grise la plus chère de France ? J'aurais aimé vous parler de la dette. Est-il sain que la région PACA soit l’une des régions les plus endettées de France ?
    Mais, moi qui ne suis candidat à rien, qui ne brigue dans cette campagne aucun poste, aucun mandat, aucun titre, si ce n'est celui d’être, à vos côtés, un militant, seulement un militant, je suis libre de ne pas aborder ces questions, libre de dire que l'urgence n'est pas là, que l'impérieuse, que l’absolue urgence n’est pas là.
    Nos régions ont-elles besoin d'un super-prof pour inaugurer des super-lycées ? De super-ingénieurs pour organiser une super-filière-régionale-des-déchets ? De super-geeks pour développer de super-régions-numériques ? Non... Ou pas seulement. Ces indispensables compétences, le Front national les a. Mais l'essentiel n'est plus là. Car ces Régionales ne sont pas une élection comme les autres. Depuis le 13 novembre, elles ne peuvent plus l'être. Ce rendez-vous électoral est devenu un rendez-vous avec l'histoire.

    Dans douze jours, il ne s'agira pas d'élire des technocrates, des experts, des administrateurs ou des politiciens. Il s'agira de nous choisir des chefs. Nous avons besoin de chefs ! D’hommes et de femmes portés – je pèse mes mots - par une conception héroïque du monde, inspirés par un idéal spirituel. Des êtres solides au physique comme au moral.
    Les premiers chrétiens utilisaient l'expression «athlète de la foi» pour désigner les meilleurs d'entre eux. C’est exactement ce dont nous avons besoin dans notre pays aujourd’hui : des athlètes politiques ayant foi en la France, en notre patrie millénaire. Nous avons besoin, selon le mot de Charles Péguy, d'hommes qui bâtissent leur politique sur une mystique. Pas sur un compte d’exploitation ou un budget prévisionnel.

    Quand on voit ce que fut notre patrie, quand on voit comment certains l’ont dénaturée, l’ont trahie, l’ont vendue... on voudrait que nous parlions du «développement numérique», de la «démocratie participative», de «l'attractivité des territoires», alors que nous sommes rongés de l'intérieur! On voudrait que nous n'ayons pas envie de vomir. On voudrait que nous nous contentions d'aller «résister» en buvant un café à la terrasse d’un bistrot, en faisant des concours de bougies ou en partageant des pancartes sur internet...
    «Je suis Charlie», «Je suis Paris», «Je suis terrasse», «Je suis chien»... Qu'on les juge émouvantes ou l'accablant témoignage d'une société immature, aucune de ces réactions collectives n'a été et n'est à la hauteur de ce que nous vivons. Imagine-t-on les Français de 1916 se promenant dans les rues de Paris avec un panneau «Je suis Verdun» ? Ou ceux de 1944 accueillant De Gaulle à Notre-Dame avec un panneau «Je suis Charles» ?
    Dans les circonstances qui s'annoncent, il n'est qu'un mot d'ordre possible : «Je suis Français!» Je suis Français et je veux le rester! Je suis Français et je veux retrouver la France, notre France. La France de Louis XIV, la France de Napoléon, la France - je n'ose prononcer son nom sans l'accord du ministère de l'Intérieur... - la France de Charles Martel... Une France où l’on ne mourait pas pour une cigarette refusée, pour un regard échangé. Une France qui n'était pas celle du multiculturel laïque et obligatoire. Une France où un élu du RPR n'aurait jamais été viré de son parti pour avoir cité le général de Gaulle. Une France où Nicolas Sarkozy n'était que le maire de Neuilly et pas encore le porte-valise de l'émir du Qatar.

    Oui, l'enjeu est identitaire. Oui, c'est une question de survie pour la France et pour l'Europe. Et nous n’avons pas le choix: ce sont les socialistes, les communistes, l'ex-RPR, l'ex-UMP, qui ont ouvert les frontières, qui ont prôné le droit du sol, qui ont naturalisé à tour de bras

    mirabelle57
    mirabelle57      (réponse à Jojobo)

    Censure.
    Bravo,pour ce magnifique discours .

  • sortilege
    sortilege     

    pour atténuer la cata , l'abstention aura bien sûr profité au FN , il n'y a pas de raison d'arrêter la propagande !!!!!!!!!

  • Judgedredd
    Judgedredd     

    La seule chose censé est de dire que l'abstention ne profite pas à la démocratie, le reste n'est que pures affabulations.

    Judgedredd
    Judgedredd      (réponse à Judgedredd)

    sensée* bien sûr!

  • MANENTIAL
    MANENTIAL      

    A qui ?
    Au banques ,a la finance biensur
    et meme les resultats,sans jamais passé par les elections
    eles impose et dispose de nos elus

  • Crusader30
    Crusader30     

    Allez bonne nuit aux sympas ,,,,, enfin je ne suis pas méchant ni rancunier,,,, bonne nuit à tous, même Jojobo.... Pasquinel et RIP.....

    MANENTIAL
    MANENTIAL       (réponse à Crusader30)

    bonne les castatriotes leurs suffit
    bonne nuit a toi

  • Crusader30
    Crusader30     

    Je ne me suis jamais planté sur les scores du FN en 40 ans, ma bouteille de champ attend au frais pour dimanche soir et je vais la savourer ......en retraite j'ai le temps...

  • AgentK3
    AgentK3     

    Aux Patriotes biensûr! Eux vont faire l'effort de se déplacer pour mettre un bulletin dans une urne!

  • Greg le millionnaire
    Greg le millionnaire      

    Blanc de blanc plus blanc que blanc un souche + une souche sa donne de la souche pur mdr

Lire la suite des opinions (33)

Votre réponse
Postez un commentaire