En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
LA RÉFORME DES RETRAITES À L'HEURE DES ULTIMES ARBITRAGES
 

L'heure des derniers arbitrages approche dans le dossier de la réforme des retraites, où les idées d'une hausse de la Contribution sociale...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

17 opinions
  • fab3781
    fab3781     

    bonjour,
    Pour la dette sociale, il faudrait faire payer les machines faîtes pour enrichir de manière inconsidérée certaines personnes , taxer en douane les entreprises qui se délocalisent pour des profits parfois exhorbitants et faire payer tous les politiques qui bénéficient de privilèges que soit-disant 1789 avait aboli.
    Un autre problème ,c'est l'augmentation du nombre de bureaucrates improductifs qui devient de plus en plus important et dont le salaire est 2 à 100 fois plus élevés que celui d'un ouvrier.
    A titre d'image, avant pour serrer 10 écrous, on utilisait 10 clefs plates et maintenant on utilise 6 clefs et 4 stylos...Cherchez l'erreur

  • 2017 tout commence aujourdhui
    2017 tout commence aujourdhui     

    NANCY : L’EX PRÉSIDENT DE LA CPAM MIS EN EXAMEN « Abus de confiance et escroquerie ». C’est sur ce chef d’accusation que Patrick Del Grande, ex président de la CPAM de Meurthe-et-Moselle, a été mis en examen par le juge d’instruction nancéien Mireille Maubert-Loeffel Nancy. « Abus de confiance et escroquerie ». C’est sur ce chef d’accusation que Patrick Del Grande, ex-président de la CPAM de Meurthe-et-Moselle, a été mis en examen par le juge d’instruction nancéien Mireille Maubert-Loeffel. Placé en garde à vue le 20 mars dans les locaux de la brigade financière du SRPJ de Nancy, l’actuel président de la Fédération nationale BATI-MAT-TP CFTC – un syndicat de défense des salariés du bâtiment – a été présenté le lendemain, mercredi 21 mars, au parquet de Nancy avant d’être entendu par le juge d’instruction. Monsieur Del Grande, 55 ans, est ressorti libre de la cité judiciaire avec cependant la contrainte d’un contrôle judiciaire. La justice lui reproche d’avoir « favorisé » une proche collaboratrice qui a fait valoir ses droits à l’assurance-maladie pour des raisons de santé après avoir été déclarée inapte par la médecine du travail. Cette dernière était liée contractuellement à la Fédération BATI-MAT-TP CFTC ainsi qu’aux Assedic de Lorraine. La salariée aurait indûment bénéficié de largesses indiciaires au moment de son calcul des droits à l’assurance-maladie avec l’attribution d’un indice de traitement qui serait ainsi passé du simple au double. En marge de son activité professionnelle, cette salariée était associée avec le mis en examen dans une affaire immobilière. Contacté hier, monsieur Del Grande, a déclaré « n’avoir rien à se reprocher et ne rien y comprendre dans ce dossier ». Nommé officier dans l’ordre de Légion d’Honneur par décret du 31 décembre 2009 au titre du ministère du Travail, l’intéressé porte ou a porté de multiples casquettes : président du Conseil d’administration de l’Assedic de Lorraine; administrateur à l’ARRCO (caisse de retraite complémentaire des salariés); président du conseil d’administration de la CAF 54 ou encore président de l’organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics (OPP-BTP), une structure chargée notamment d’améliorer les conditions de travail et la prévention des accidents et maladies professionnelles. Pour sa défense, le suspect s’est entouré de deux avocats afin de faire valoir ses arguments au cours de l’instruction. Pour l’un de ses conseils, « cette mise en examen est très contestable et nous espérons un non-lieu »

  • QUINCAP
    QUINCAP     

    Non mais...Réfléchissez, croyez -vous une seconde ,que Mr MAilly, qui a aidé a la ruine des petits travailleurs de force( et qui le payent tout autant) puisque payés par le contribuable, va accepter, de mettre les planqués, des départ a la retraite à la fleur de l'age...et le reste..au même niveau que les vrai travailleurs de force, ce serait reconnaître qu'il a favorisé tout ces planqués, pendant toute sa carrière... Ces Délègues syndicaux devaient être payes par les deniers des syndiques.. ENCORE DES ECONOMIES!!!!

  • sortilege
    sortilege     

    qu'on recupére d'abord les dettes éffacées chaque année avant de s'attaquer aux gens qui travaillent.

  • Travel
    Travel     

    Et les régimes spéciaux qui puissent dans les caisses des régimes généraux, on n'en parle pas... Normal, il y a les ministres et en plus de cela l grève assuré de tous les transports. Donc tous ces gens gardent leur privilèges et c'est toujours les mêmes qui trinquent.

  • karnac
    karnac     

    La propagande quotidienne entretenue par l'état , sur la catastrophe annoncée des retraites , est un leurre , qui a pour effet essentiel , d'anesthésier tout esprit revendicatif des citoyens !

  • pil poil
    pil poil     

    Les politiques qui se succèdent au pouvoir ont tous manqué de courage et on repoussé le tas de sable jusqu'à ce que le système s'effondre. Il y a vingt ans ont pouvait déjà prévoir cette échéance. A quoi servent-ils s'ils sont incapables d'être en anticipation et de faire preuve de bon sens.Mais comme toujours, personne n'est responsable de rien et c'est tellement commode !
    Mais qui va t'on écouter encore une fois pour réformer le système des retraites actuel ? Les syndicats bien sûr. Ces syndicats de gauche qui qui ne représentent personne en France (moins de 10% de syndiqués) mais qui usent toujours de méthodes efficaces : grêves, blocages...). Les politiques ne voient que par les "partenaires sociaux", ils feraient bien de venir sur le terrain rencontrer les vrais travailleurs et se rendraient compte que la pénibilité est souvent là ou l'on en parle pas.
    Quant aux régimes spéciaux : c'est une ineptie que ces syndicats vont bien sûr défendre bec et ongle et qui seront forcément écoutés. La paix sociale sera préservée une fois de plus.

  • euh la
    euh la     

    Le problème des retraites n'existerait pas, si nous n'avions pas 5 millions de chômeurs. Durant 40 ans l'UMP comme de PS (voir a l'époque la bande des 4) ont préféré faire un traitement social du chômage. Au lieu de lutter contre la désindustrialisation. Combien d'usines ont disparu ? Combien de fermeture, de délocalisation effectué au profit des retraités américains via leurs fond de pension, a la mondialisation, etc etc ? Il est grand temps d'avoir une politique de REindustrialisation. Mais encore faut il en avoir la volonté. Stop à la mondialisation qui nous mets en concurrence avec des pays qui exploite ses populations. ON NE POURRA QU ETRE PERDANT.

  • DSKK06
    DSKK06     

    Fallait pas beugler ces 6 dernières années contre Monsieur Sarkozy Monsieur Hollande et toute votre clique pour en arriver aux même conclusions et surtout en faisant croire à l'époque que vous aviez la potion magique, la science infuse et en faisant tout le contraire de ce qu'il faut faire comme par exemple supprimer les retraites à ceux qui non jamais cotisé et surtout aux immigrés qui arrivent de partout et qui nous font les poches, augmenter la CMU et l'étendre pour nous asphyxier davantage...

  • karnac
    karnac     

    Touch'pas à ma retraite ! Surtout si je suis à une caisse régime spécial !

Lire la suite des opinions (17)

Votre réponse
Postez un commentaire