En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Les débats sur la refonte de l'école commencent ce lundi à l'Assemblée.
 

Les députés débattent à partir de lundi sur la projet de loi de Vincent Peillon sur l'école. Des débats qui promettent d'être houleux.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

11 opinions
  • fabriceP
    fabriceP     

    Désengagement de l’Etat : l’école publique en danger

    Depuis 11 mars 2013, le projet de loi sur la refondation de l’école est discuté à l’Assemblée Nationale. Malgré les beaux discours du ministre de l’Education Nationale et des députés socialistes, certains articles de ce projet de loi

    http://www.assemblee-nationale.fr/14/projets/pl0653.asp

    ouvrent la voie au désengagement de l’Etat sur l’école, afin de confier la charge de la gestion et de la rémunération des enseignants du primaire aux municipalités, dans le cadre de la décentralisation et de la réduction des dépenses de l’Etat.

    Ce sera la fin du principe d’égalité des écoles sur le territoire français : les conditions d’enseignement ( nombre de classes, effectifs … ) dépendront des décisions et des moyens financiers des communes.
    Nous subirons une dégradation significative de la qualité de l’enseignement dans les écoles publiques, ainsi qu’une augmentation importante des impôts locaux ( taxes d’habitation, taxes foncières, … )

    La réforme des rythmes scolaires, très coûteuse pour les communes et pour les caisses d’allocations familiales, imposant des activités périscolaires à l’encadrement douteux

    http://lebiendezenfants.clicforum.fr/t132-Les-modalites-d-accueil-des-enfants-sur-le-temps-periscolaire-education-gouv-fr.htm

    et qui n’a aucun intérêt pour les apprentissages et la réussite des enfants, bien au contraire :
    http://media.education.gouv.fr/file/05/3/6053.pdf
    http://www.sne-csen.net/4-jours-c-est-bon-pour-les-enfants_a289.html
    n’est que la première étape de ce processus de désengagement car elle impose aux communes de nouvelles charges sur l’organisation et les personnels des écoles ( c’est d’ailleurs pour cette raison que la majorité des communes repoussent l’application de cette réforme à 2014, à défaut d’avoir le droit de la refuser totalement .)

    La loi de « refondation » de l’école prévoit la mise en place du dispositif « emplois d’avenir professeurs » qui est destiné à envoyer dans les classes un certain nombre d’étudiants qui travailleront à mi-temps pour enseigner à nos enfants, à la place de professeurs des écoles titulaires, formés, et expérimentés, par mesure d’économies.

    La loi de refondation prévoit aussi la fin des redoublements, ce qui aura pour effet de laisser les élèves s’enliser dans leurs difficultés pour le reste de leur scolarité, et cela uniquement par mesure d’économies.
    La loi de refondation prévoit encore l’interdiction des notes et des devoirs. On ne s’y prendrait pas autrement si on voulait tirer l’école publique vers le bas et encourager les parents à envoyer leurs enfants dans le privé.

    Ne laissons pas passer ces réformes néfastes à l’école publique. Nos enfants ne doivent pas faire les frais des restrictions budgétaires et des la politiques de rigueur engagées par ce gouvernement !

    http://lebiendezenfants.clicforum.fr/index.php

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    1-Vous croyez que les enfants s'éduquent subitement à l'age de 6 ans ? 2-pas d'accord, ou alors que tous ceux qui sont d'accord fassent leur chèque à l'ordre du trésor public. En primaire on était bien 25 en moyenne et on est tous sorti en sachant écrire et compter. Croire qu'il faut toujours plus d'argent et de moyen c'est une belle sottise, on a la preuve flagrante du contraire, mais quand c'est "l'état qui paye" tout est possible, pas vrai ? Qu'on exclue plutôt ceux qui ralentissent la classe parce que les parents n'ont pas pris la peine de les éduquer correctement, qu'on laisse ces derniers assurer leur éducation ou payer une école privée. L'instruction est obligatoire, pas l'école publique. Pour la rémunération, on "remercie" les profs de collèges et lycées de faire face à des ados, travail moins agréable, salaire plus élevés. Donc changer les salaires n'aurait aucun sens. 3-casiers je vois pas l'intérêt, à part pour accroitre le nombre de vols et de dégradations. Si vous voulez des sacs moins lourds il suffit de mettre les profs face à leurs exigences (qui est jamais arrivé à la fin d'un de ses cahier A4 200 pages ? A seulement la moitié ?). Y a clairement une surenchère absurde. MA matière est meilleure, MA matière mérite un cahier plus gros ... Stop. Corriger dans les écoles, ok. S'ils ont des bureaux pour le faire. Sinon pareil, envoyez vos chèques pour qu'on leur en construise/achète. Et je suis surpris de ne pas vous voir parler du rôle de soutien des parents. Le livre d'école que l'enfant ramène tous les soirs chez lui, à votre avis, il sert à quoi ? 4- il n'y a qu'une minorité qui f**** la m****, toujours les mêmes. Alors où est le courage de monter le niveau pour tous les pauvres gamins qui le suivront, alors que les fauteurs de trouble continueront à faire comme bon leur semble ? C'est aussi absurde que d'interdire les armes pour que les criminels ne s'en servent pas. Les cancres, par définition, ne suivent pas les règles. 5 - Réduire les vacances. Admettons. Donc d'un côté vous obligez les gamins à venir à l'école en période de canicule, sans clim. Sympa. Je suis pas sûr qu'ils soient totalement concentrés, je sais pas pourquoi. C'est d'ailleurs peut être pas pour rien qu'il n'y a pas d'école l'été ... De l'autre côté vous empêchez par mal de parents qui bossent (vous bossez vous ?) de pouvoir organiser leurs congés avec leurs collègues. 8 semaines c'est 4x2 semaines. D'un point de vue organisation du travail c'est très bien ainsi. A part pour le plaisir de dire "ah ah, les profs auront des vacances moins longues" je vois pas du tout à quoi ça servirait. 6- que l'état paie des cotisations. On va prendre de l'argent public pour le mettre dans les caisses publiques. Ca c'est une idée. On va pouvoir embaucher tout plein de fonctionnaires pour gérer tous ces transferts, ça va être fabuleux ;) 7 - je crois comprendre que vous parlez des systèmes communaux pour offrir des vacances aux gamins. Les communes font ce qu'elles veulent de l'agent de leurs contribuables, seuls ces derniers ont leur mot à dire, pas les autres. 8- ok, mais pour que ce soit égalitaire il faut augmenter les salaires des profs. Là aussi, je vous en prie, faites un chèque. Ca va commencer à faire beaucoup. Vous êtes prêt à en assurer la dépense ?

  • lftpasso
    lftpasso     

    Refondation de l'école c'est bien, mais c'est la MENTALITE des professeurs qu'il faut changer.

  • danid
    danid     

    D'accord avec vous. Ils pourrons toujours rajouter des "instits" si ceux ci ne viennent que pour toucher leurs salaires (comme certain députés d'ailleurs) les élèves pourront toujours essayer d'apprendre si les "instits" ne sont pas présent aux cours.

  • zoreil29
    zoreil29     

    Depuis plus de 30 ans on constate le résultat affligeant des multiples réformes scolaires : 20% de gamins en situation d'échec !
    Et pourtant revenir aux fondamentaux de l'école serait la solution la plus adéquate et la moins onéreuse !
    Mais pour cela il faudrait avoir le courage d'affronter les lobbing du tourisme et des fonctionnaires ! Et malheureusement nos hommes politiques sont des pleutres !
    1- maternelle : nul besoin de bac+5, des éducateurs seraient largement suffisants !
    Ainsi avec des éduc et des mono pas de soucis de gardes pour les parents
    2- primaire : 1 instituteur pour 15 élèves et rémunéré sur la même base que les professeurs de collège. Ceci afin d'être sûr que les problèmes soient traités et que les élèves passent en 6ème en sachant lire et écrire
    3- collège & lycée :
    - des casiers nominatif pour les élèves dans les couloirs,
    - un système d'enseignement à l'anglo saxone, à savoir cours fondamentaux le matin, puis l'après-midi : ateliers de soutien et cours optionnel (musique, sport, ....) le tout dispensés par des prof enseignant au minimum 2 matières (car en principe si on a bac+5 pour enseigner la musique, on doit savoir au moins maîtriser d'autres matières comme le français par exemple !).
    - Obligation pour les profs de faire leurs corrections et préparations de cours dans l'établissement afin d'être à la disposition des élèves si besoin
    - Tests annuel dès la 4ème pour aider les élèves à leur futur orientations en fonction de leur capacité, personnalité, etc, sous forme de QCM par exemple (comme pour les demandes de formation pour adultes dans les centres AFPA)
    - Apprentissage dès la 4ème si l'élève est en trop grande difficulté, afin qu'il ne sorte pas de l'école à 16 ans sans les bases d'un métier en acquis !
    4- instruction de la notion de respect pour la hiérarchie dès la maternelle ! On appelle pas son instit par son prénom ! Application des lois déjà en place pour les parents fauteurs de troubles ainsi que leur progéniture ! Car l'école se doit d'instruire et non d'éduquer les enfants à la place des parents ! Donc cours et amendes obligatoire pour les parents qui ne savent pas apprendre à leur gosses à dire bonjour, svp, merci au revoir !
    5- réduction des vacances d'été ! car enfin qui n'a jamais entendu un prof faire sa rentrée en disant qu'il est fatigué car ses vacances étaient trop courtes ! 8 semaines cheval en 2 zones c'est assez ! Et pourquoi pas instaurer des classes d'été plus axées sur les arts et la cultures, en petits ateliers durant les vacances d'été, voir les autres petites vacances, sur la moitié seulement des vacances, pour les collèges et lycées ?
    6-statut des fonctionnaires : vaste chantier à revoir entièrement ! car si l'état cotisait à l'ASSEDIC, il y en a plus d'un qui irait dans le secteur marchand au lieu de se planquer dans des cliniques spécialisées pour fonctionnaire en déprime ! et cela permettrait aussi de mettre dehors, plutot qu'au placard, tous les rebut ! car en plus on les mute dans les DOM TOM parfois !
    7- fin des vacances payées à nos frais, pour les DOM-TOM & Métro : sauf sous conditions de ressources !
    8- retraite : idem le privé ! calcul sur les 20 meilleures années ! cela évitera que les 3 dernières années leur coeff ne grimpe en flèche !
    En conclusion : quelques petits sacrifices au regard du devoirs accompli envers la nation !
    Mais j'ai dû oublier plein de choses ! mais à méditer quand on sait que la moyenne comptable est d'un enseignant pour 15 enfants scolarisés !

  • br71
    br71     

    Qui va payer tout ce que propose Peillon ???? Ce gouvernement est " à coté de ses pompes " .

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Concernant les connaissances requises pour s'occuper des enfants, il serait peut être souhaitable que notre "élite" qui n'a jamais eu à le faire (ils paient des nounous pour ça) évitent de parler de ce qu'ils ne connaissent pas. Parce que s'ils attendent que les gamins aient 6 ans avant de commencer leur éducation je leur souhaite bien du courage. Pour autant faut-il bac+5 ? Je ne pense pas. Qu'on arrête de multiplier les années de formation pour des métiers payés au lance pierre. Ce qu'il faudrait c'est une formation spécialisée et plus de poste en crèche pour permettre aux parents de se libérer et d'aller chercher des postes qu'on offre actuellement à des candidats célibataires étrangers.

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Une réforme qui coute sans rien apporter de concret ne devrait même pas dépasser la phase de la proposition. On est en plein amateurisme.

  • leane
    leane     

    C'est pas gentil de facher son électorat.

  • prob5763
    prob5763     

    Faire travailler les enseignants de l'Armée Rouge. Personne n'y est parvenu sous la Cinquième République.

Lire la suite des opinions (11)

Votre réponse
Postez un commentaire