En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Vincent Peillon présente sa réforme de l'école à l'Assemblée nationale, lundi 11 mars 2013
 

Le ton est monté mardi à l'Assemblée nationale entre le ministre de l'Education et les députés de l'opposition.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

15 opinions
  • fabriceP
    fabriceP     

    Désengagement de l’Etat : l’école publique en danger

    A partir du 11 mars 2013, le projet de loi sur la refondation de l’école est discuté à l’Assemblée Nationale.
    Malgré les beaux discours du ministre de l’Education Nationale et des députés socialistes, certains articles de ce projet de loi ouvrent la voie au désengagement de l’Etat sur l’école, afin de confier la charge de la gestion et de la rémunération des enseignants du primaire aux municipalités, dans le cadre de la décentralisation et de la réduction des dépenses de l’Etat.

    Ce sera la fin du principe d’égalité des écoles sur le territoire français : les conditions d’enseignement ( nombre de classes, effectifs … ) dépendront des décisions et des moyens financiers des communes.
    Nous subirons une dégradation significative de la qualité de l’enseignement dans les écoles publiques, ainsi qu’une augmentation importante des impôts locaux ( taxes d’habitation, taxes foncières, … )

    L’actuelle réforme des rythmes scolaires – très coûteuse pour les communes et qui n’a aucun intérêt pour les apprentissages et la réussite des enfants, bien au contraire - n’est que la première étape de ce processus de désengagement car elle impose aux communes de nouvelles charges sur l’organisation et les personnels des écoles ( c’est d’ailleurs pour cette raison que la majorité des communes repoussent l’application de cette réforme à 2014, à défaut d’avoir le droit de la refuser totalement .)

    La loi de « refondation » de l’école prévoit aussi la mise en place du dispositif « emplois d’avenir professeurs » qui est destiné à envoyer dans les classes un certain nombre d’étudiants qui travailleront à mi-temps pour enseigner à nos enfants, à la place de professeurs des écoles titulaires, formés, et expérimentés, par mesure d’économies.

    Nos enfants ne doivent pas faire les frais des restrictions budgétaires et de la politique de rigueur engagées par ce gouvernement !

    http://lebiendezenfants.clicforum.fr/index.php

  • leane
    leane     

    Chahuté? Il va se plaindre à maîtresse. La reine de ce que l'on appelle la justice...

  • bijouxbandit
    bijouxbandit     

    Lorsque l'intérêt supérieur du pays est en jeu, il ne faut plus se battre pour que rien ne change ! tout est sclérosé par les pesanteurs et les blocages dans ce pays ! et ça l'empêche de se moderniser ! Et les hauts présidents des syndicats, des fédérations, des sections souvent de mèche avec certains patrons députés et sénateurs pour tous garder leurs privilèges !On continue comme ça et tout les entreprises vont se barrer et personnes ne voudra investir dans notre pays à cause de la bande de "crispés dans leurs « vieux schémas" Tout le monde est d'accord pour réformer la France sauf la plus grande fourmilière de conservateur du monde qu'est la France !

  • oliv
    oliv     

    @ Soyli, Il faut croire que vous ne suivez pas les info depuis longtemps, ou que vous ne les comprenez pas... Leane ne juge pas, Il constate...

  • SOYLI
    SOYLI     

    Voudriez vous que l'on vous juge aussi rapidement que vous le faites ?

  • leane
    leane     

    Pauvre peillon, il est aussi incompétent que ses collègues!

  • valgego
    valgego     

    Nous n'en sommes pas sortis des vieilles lunes de l'utopie , de la qualité au nombre et des corporatistes qui permettent à une variété d'individus de survivre dans une pontificale incompétence ,et d'en faire toujours moins en réclamant toujours plus .Le seul problème n'est pas la quantité mais la qualité ,il faudra bientôt un instituteur par élève et un policier par "jeune"pour former des ânes et des délinquants .J'ai du retirer mon fils de l'école publique pour assurer son avenir : 1 instituteur , 12 élèves ,2 classes ,le maitre au portail à 16h30 (dans la voiture ), communications fuyantes et réussite scolaire à charge des parents .
    Ecole privée (qui hérite des élèves en échec dans le public) : classe de 40 ,moyens limités , enseignants disponibles jusqu'à 18 h ,suivi et compétence ,une réussite exceptionnelle aux examens ....... Une énorme différence, les enseignants ne se plaignent pas,sont fiers (pas glorieux)de leur profession , ne font pas grève sans savoir pourquoi ,impliquent les parents dans la démarche éducative , adaptent les cours et la pédagogie au niveau des élèves ,surveillent les cours de récréation ,font de la morale réactive "au cas concret "et organisent des cours de rattrapage . La seule recette de monsieur Peillon ,comme celle de ses ouailles et de ses supérieurs est de se défausser de son incompétence en en rejetant la faute sur ses prédécesseurs . Lorsque l'on occupe un poste à responsabilité ,il est évident que l'on en assume l'acquis en bien où en mauvais ,sinon il ne fallait pas accepter le poste ,la démocratie n'est pas une péripatéticienne dont on loue les services et dont on se débarrasse après commode usage . De plus on ne colmate pas les dettes en en créant d'autres , lorsque le nombre d'élèves est en diminution et que l'on est incapable d'assurer un redéploiement des moyens de l'état en fonction des nécessités. Il est urgent de chercher ailleurs que dans la défausse les nécessaires ingrédients de la réussite .Monsieur Peillon serait bien inspirer de regarder les écoles privées qu'il a sous le nez et de s'en inspirer ,plutôt que de se ridiculiser dans d'ostentatoires querelles en voulant faire porter à d'autres le bonnet d'âne qui couronne ses augustes mérites

  • oliv
    oliv     

    la guauche à été elue pour obtenir des chose de droite, que la droite n'airait pas pue car le "bon peuple " ne l'aurait pas axepté de la droite, mais qui sont fondamental pour l'economie mondial... en particulier la retraite à 65 ans dommage qu'entre temps , l'emprunte de leur folie s'imprime avec la théorie de genre dans les ecole maternel... honte à la france. manipulé de toute part

  • oliv
    oliv     

    bon sang, quand parleront-ils de la formation pédagogique de enseignants? la grande absente depuit TOUJOURS... l' I.U.F.M. NE SERVAIT A RIEN CAR IL N'I AVAIT PAS DE FORMATION PEDAGOGIQUE DANS LE PROGRAME!!!!!

  • fannni
    fannni     

    Non seulement c'est dehors et sans indemnités, au lieu de passer leur temps comme la Gauche la fait aussi quand elle était dans l'opposition à passer tous leur temps à préparer des élections futurs, ils est temps que les Français se réveillent et cessons de payer tous ces gens qui ne défendent que leurs petites personnes.

Lire la suite des opinions (15)

Votre réponse
Postez un commentaire