Incident à l'Assemblée : "la question du maintien de Valls se pose"

Pour les députés de l'opposition, la phrase de Manuel Valls à l'Assemblée nationale, est "inacceptable" et suppose des excuses publiques. Tour d'horizon des réactions.

M.R.
Le 13/11/2012 à 16:57
Mis à jour le 13/11/2012 à 17:16
Valérie Pécresse a réagi ce mardi sur BFMTV aux propos de Manuel Valls. (BFMTV)

"Le retour du terrorisme c'est vous" la phrase lâchée par Manuel Valls ce mardi dans l'Hémicycle a fait l'effet d'une bombe. Les députés de l'opposition se sont levés, et certains sont partis, huant copieusement le ministre de l'Intérieur. Claude Bartolone a dû interrompre la séance.

Les réactions ont alors fusé à droite comme à gauche. Ainsi, François Fillon a t-il réclamé au président de la république des excuses publiques. "Il est du rôle du chef de l'Etat de rappeler la nécessaire unité de Nation dans la lutte contre le terrorisme" a t-il expliqué dans un communiqué.

>> Suivez en direct la conférence de presse de François Hollande sur bfmtv.com

Pour l'UMP Pierre Lellouche, qui s'est dit "choqué et scandalisé", Manuel Valls a "pété les plombs".












"La question du maintien de Valls dans le gouvernement"

Christian Jacob a lui estimé que "c'est la première fois dans l'histoire de la cinquième république qu'on a un ministre de l'Intérieur qui accuse l'opposition de favoriser le terrorisme". Pour le député UMP, qui juge cette accusation "inacceptable, irresponsable, et intolérable", il "convient que le président de la république se pose la question du maintien de monsieur Valls dans son gouvernement".












"Des excuses à la droite au nom du gouvernement"

Pour Valérie Pécresse, qui n'a pas quitté l'Hémicylce, "ces propos sont littéralement scandaleux. Depuis six mois, nous avons été totalement dans l'union nationale pour la lutte contre le terrorisme. Nous avons soutenu le gouvernement de François Hollande dans ces actions, a poursuivi la députée UMP sur BFMTV.  "Ces déclarations montrent une singulière perte de sang-froid, a affirmé Valérie Pécresse qui attend "que François Hollande présente à la droite de france des excuses au nom de son gouvernement".













"On ne vient pas la ramener"

"Il faut voir les propos de Manuel Valls dans la globalité" a tempéré le député PS Bruno Le Roux. "Je comprends l'esprit de ce que disait Manuel Valls. Quand il y a eu de tels dysfonctionnements, quand on n'a pas su éviter des incidents, comme ceux que l'on a connu à Toulouse et à Montauban, alors on ne vient pas la ramener comme cela".

>> Manuel Valls sera l'invité de Jean-Jacques Bourdin mercredi à 8h35 sur BFMTV et RMC












"On ne peut pas offrir ce genre d'image"

Claude Bartolone, le président PS de l'Assemblée, a quant à lui noté que "lorsque l'on assiste d'un seul coup à une Assemblée qui se déchaîne, avec des députés qui se lèvent pour aller menacer le ministre, quelles que soient ses déclarations, l'on ne peut pas offrir ce genre d'image de la représentation nationale". Claude Bartolone attend désormais de voir les "explications données" par les différents groupes.

Élections

Les résultats dans votre ville

La question du jour

Selon vous, le gouvernement Valls conduit-il une politique d’austérité?