Raffarin liste les "cinq erreurs" de Sarkozy en 2012

Jean-Pierre Raffarin dresse un constat sévère pour expliquer l'échec de Nicolas Sarkozy à la dernière élection présidentielle, critiquant notamment sa stratégie de droitisation.

Alexandra Gonzalez avec AFP
Le 20/02/2013 à 13:15
Jean-Pierre Raffarin sonne la charge contre Nicolas Sarkozy. (AMRF - FlickR - Licence CC / Montage BFMTV.com)

L’"envie" de Sarkozy pour 2017 supposée par Juppé fait réagir - 13/02


Jean-Pierre Raffarin ne craint pas les foudres de son parti. Le jour où les Amis de Sarkozy organisent leur premier colloque, l'ancien Premier ministre se livre à un réquisitoire en règle de l'ancien président.

Dans un texte publié dans la revue L'Etat de l'opinion, Jean-Pierre Raffarin explique que selon lui, Nicolas Sarkozy aurait pu gagner la dernière élection présidentielle si il n'avait pas raté "cinq occasions". Passage en revue.



• Erreur n° 1: Fillon Premier ministre

Jean-Pierre Raffarin pointe d'abord le maintien de François Fillon au poste de Premier ministre à l'automne 2010, alors que son remplacement aurait permis au chef de l'Etat de trouver "un second souffle".

• Erreur n °2 : le Sénat "donné" à la gauche
    
L'ancien Premier ministre de Jacques Chirac estime ensuite qu'à l'automne 2011, le "Sénat n'a pas été perdu" par la droite et le centre mais qu'"il a été donné", à cause, entre autres, d'une réforme territoriale "mal portée", d'"une réforme de la taxe professionnelle improvisée" ou d'"une désinvolture permanente vis-à-vis de la Haute Assemblée".

• Erreur n° 3 : une "droitisation" trop clivante
    
Le sénateur fait le procès de la "stratégie de droitisation". Si elle "a réussi à mobiliser l'électorat de droite contre la gauche", "cette stratégie ne pouvait pas être victorieuse tant l'essence même de la fonction présidentielle est le rassemblement."

• Erreur n°4 : un exercice du pouvoir "solitaire"
    
Jean-Pierre Raffarin critique ensuite "l'exercice solitaire de la campagne", une critique qu'il avait déjà formulé en juillet dernier dans les colonnes du Monde, où il disait que "ce quinquennat a été un brillant "exercice solitaire du pouvoir"". Il n'est pas le seul : durant son mandat, Sarkozy a souvent été qualifié d"'hyperprésident".

• Erreur n° 5 : un débat de l'entre-deux-tours "raté"

Jean-Pierre Raffarin juge raté le débat télévisé d'entre-deux-tours face à François Hollande. "Peu de respect pour son adversaire, peu de considération pour ses arguments, peu de distance avec la pression, pas d'humour, pas assez de hauteur." Un inventaire ravageur.

Élections

Les résultats dans votre ville

La question du jour

Etes-vous pour l'instauration d'un forfait aéroport pour les taxis?