En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Claude Guéant
 

Avant 2002, les "fonds spéciaux" étaient utilisés pour rémunérer les collaborateurs ministériels en toute opacité. Lionel Jospin avait réformé le système avant de quitter Matignon.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

35 opinions
  • anga
    anga     

    de vrais " mafiosos "!

  • anga
    anga     

    de vrais " mafiosos "!

  • franciseure
    franciseure     

    c'est pas de sa faute à Thomas, il a des dons de peintre avec les pieds et il a vendu pour 7millions d'euros de tableaux payé en liquide depuis qu'il n'a plus de compte bancaire, son papa lui ayant retiré sa procuration que lui avait donné sa grand mère qui elle même 'lavait acquit de son grand père qui avait gagné à l'euromillions.

  • untelle
    untelle     

    La cellule qui s'intéresse à la fraude fiscale et sociale a été saisie après l'achat par Thomas Fabius d'un bien immobilier de 280 m2 pour 7 millions d'euros. Le hic : le fils Fabius serait non-imposable et n'aurait fait l'objet d'aucune enquête fiscale. Voici ce que révèle Le Point dans son édition de jeudi.

    La cellule de renseignement financier Tracfin, qui s'intéresse aussi à la fraude fiscale et sociale, a reçu un signalement après l'acquisition par Thomas Fabius, fils du ministre des Affaires étrangères, d'un appartement à 7 millions d'euros, a indiqué une source proche à l'AFP. C'est l'hebdomadaire Le Point qui a publié mardi sur son site internet en forme d'avant-goût d'un article à paraître dans son édition datée de jeudi selon lequel "le parquet de Paris s'intéresse aux conditions d'achat d'un somptueux pied-à-terre acquis l'an passé pour sept millions d'euros" par Thomas Fabius, fils de
    Laurent Fabius.

    Le magazine précise que le jeune homme, âgé alors de 31 ans, a acquis en juin 2012 l'ancien appartement du réalisateur Claude Zidi, un 280 m2 sur l'une des "artères les plus huppées" de Paris. "Comment le fils du numéro deux du gouvernement, qui ne paie pas d'impôts sur le revenu alors qu'il est résident fiscal en France, a-t-il pu acquérir un bien de sept millions d'euros sans que les services de Bercy cherchent à en savoir plus", s'interroge le magazine. Et d'ajouter : "A notre connaissance, Thomas Fabius n'a fait l'objet d'aucune enquête fiscale. Et cela, malgré un signalement de Tracfin", a relevé Le Point. Contactés par l'AFP, le parquet de Paris n'a pas souhaité faire de commentaires, tandis que Tracfin n'a ni confirmé, ni infirmé ces informations.

    Des précédents

    Une source proche du dossier a précisé à l'AFP qu'un signalement avait été adressé à Tracfin concernant cette transaction. Le Point précise que Thomas Fabius lui a expliqué avoir contracté un prêt bancaire pour réaliser cette opération, avec comme garantie sa société TF conseils. "Mais quand on se penche sur les comptes de ladite société, on ne trouve trace d'aucun salaire, ni dividende" et elle aurait réalisé un bénéfice de 92.532 euros en 2010 et de 11.880 en 2011, poursuit le magazine, ajoutant que le jeune homme aurait indiqué à un agent immobilier avoir "un budget de 7,5 millions d'euros, en partie gagné au jeu". "Au cabinet du ministre, on assure n'être en rien concerné par les affaires de Thomas Fabius, tout en précisant que celui-ci ‘n'a bénéficié d'aucune donation ou héritage familial'", écrit Le Point.

    Des sources judiciaires et proches de l'enquête ont indiqué à l'AFP en septembre 2012 que Thomas Fabius était visé par une enquête préliminaire pour "tentative d'escroquerie et faux" à la suite d'une plainte pour des faits reprochés datant de novembre 2011. Dans un autre dossier, il a été condamné en juin 2011 à 15.000 euros d'amende, dont 10.000 avec sursis, pour abus de confiance par le tribunal correctionnel de Paris, dans le cadre d'une procédure de plaider-coupable, procédure destinée à éviter un procès à condition que l'intéressé reconnaisse sa culpabilité et accepte la peine proposée.

  • Coq francais
    Coq francais     

    Et avec quoi guéant payait il ses barbouzes qui cambriolaient et faisaient pressions contre des investigateurs, des opposants ou des témoins gênants?

  • Aramis
    Aramis     

    Des croûtes payées à prix d'or et du travail au black , et Guéant le ravi de service qui ignore tout des pratiques de blanchiment d'argent sale . à part mettre des radars que foutait ce mec au ministère de l’intérieur . heureusement que depuis que Valls est là on arrête les voleurs et les trafiquants la preuve .

  • Chopin12
    Chopin12     

    Je précise l'erreur de frappe : il s'agit de 100 euros.

  • Chopin12
    Chopin12     

    Ce matin à la radio sur RMC (émission des GG), un homme a raconté qu'il était chauffeur dans le cadre de son service national à l'Elysée en 2006. Lorsqu'il lui arrivait de faire une heure supplémentaire, il lui était remis un billet de la main à la main de 100 os. Il a ajouté que les autres chauffeurs qui travaillaient dans le cadre d'un contrat de travail normal recevaient aussi cette somme lorsqu'ils dépassaient leur temps de travail. Naturellement, étant payé de la main à la main, cela ne figurait pas sur la déclaration de revenus. On peut dire que c'était du "noir". Alors Bachelot elle repassera avec la date qu'elle avance : 2001....

  • rozalie
    rozalie     

    Voter pour punir les autres.....en voilà une quelle est bonne !!! pas étonnant que l'on soit dans une telle merde avec des raisonnements comme ça !!!

  • boubou
    boubou     

    oh la gaffe, il avoue que l'ancien gouvernement ne respectait pas la loi pour son propre intérêt... si seulement c'était une surprise

Lire la suite des opinions (35)

Votre réponse
Postez un commentaire