En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Candidate for the left-wing primaries ahead of the 2017 presidential election, Benoit Hamon, arrives to take part in the show "L'Emission politique" at the studios of French television channel France 2 in Saint-Cloud, west of Paris, on December 8, 2016. 
FRANCOIS GUILLOT / AFP
 

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • pascalgigi
    pascalgigi     

    Le revenu de base ou universel : une confusion entre équité et égalitarisme (part 1)

    Égalité n’est pas équité.
    Le travers philosophique récurrent, confondant les deux notions, hante la philosophie des droits de l’Homme jusqu’à la devise nationale française.
    Il se devine par la genèse historico-politique de cette philosophie conjointe à un travers logique plus fondamental.
    Les abus n’inégalité inéquitables à l’évidence ont généré la fusion de notions distinctes.
    Les abus inégalitaires capitalistes actuels remettent le couvert avec l’idéologie biaisée du RdB.

    « Les inégalités sociales marquées se montrent souvent sources de transgressions remarquables du principe d’équité. »

    Sur ce terreau intervient alors une suite d’approximations voire d’erreurs logiques.

    1. D’abord, la sentence initiale se transforme abusivement en loi d’implication : « toute inégalité implique iniquité. »
    Chacun imaginera la longue liste de contre-exemples à cette fausse loi, voire même des exemples où l’équité se fonde a contrario sur l’inégalité (le handicap technique en sport, l’impôt sur la fortune, ...).
    On remarquera déjà ici que le financement du RdB nie le principe égalitariste qui le fonde : si l’impôt est personnalisable pourquoi pas le montant du RdB ? Cela sent la finesse philosophique et la mûre réflexion.

    Confusion entre équité et égalitarisme (2)

    2. Admettant cette fausse implication valide, on en déduirait sa contraposée : « toute situation équitable implique que l’égalitarisme a été respecté au départ ». Cette proposition a la même validité logique que la précédente. On lui devine aussi des contre-exemples comparables.

    3. Mais la loufoquerie flagrante apparait dans la transformation abusive de l’implication en sa réciproque, laquelle n’a pas la même validité logique : « toute iniquité implique une inégalité ». Cette forme est trop abstraite pour se répandre dans la culture populaire et on lui préféré alors la forme équivalente suivante, de même validité logique ...

    4. La contraposée de la réciproque : « toute égalité implique équité ! ».
    Monstruosité philosophique ! Les contre-exemples à cette ineptie sont innombrables mais la puissance de l’idéologie introduit cette monstruosité dans le discours sans soulever le tollé.

    Voilà sommairement exposée l’entourloupe rhétorique de l’égalitarisme dogmatique.

    Confusion entre équité et égalitarisme (3)

    La proposition de départ qui exprimait une notion de fréquence s’est d’abord transformée abusivement en implication universelle absolue.
    Puis par une aberration logique magistrale, celle implication s’est transformée en sa réciproque exprimée sous la forme plus familière de la contraposée de cette réciproque, à l’encontre de toute logique : « l’égalité fonde l’équité ».

    Ce barbarisme logique naïf hante la philosophie des droits de l’Homme.
    Cette ineptie prend dans les applications politiques une allure dogmatique propre à l’idéologie politico-religieuse.

    Elle réapparaît de manière monstrueusement évidente dans les fondements philosophiques (à supposer que ces élucubrations libertariennes hâtives relèvent de la philosophie), les principes juridiques et les théories économiques de la propagande idéologique du revenu de base.
    Mais ce qui fait de surcroit de cette idéologie une théorie bricolée et incohérente se révèle ensuite dans le fait que son financement s’articule sur des principes en radicale contradiction avec ceux de la construction théorique de l’allocation elle-même.

    Confusion entre équité et égalitarisme (4)

    Le financement par la fiscalité se fonde idéologiquement sur un principe inégalitaire : l’impôt est personnalisé (il ne peut revêtir qu’une apparence égalitaire dans le cas du taux fixe et universel ... mais c’est encore un bricolage égalitaire tout aussi disjoint de l’équité. Encore un symptôme de cette chère schizophrénie comptable).
    Le montant de l’allocation reste par contre impersonnel et se fonde sur un égalitarisme radical et aveugle, totalement dépersonnalisé et déguisé fallacieusement en oripeaux éthiques : « universel et inconditionnel » ...
    ... en plus explicite « impersonnel » pour parler juste : voici une entourloupe rhétorique supplémentaire de cette sournoise idéologie totalitariste !

    On sent ici le moteur orwellien de la dérive totalitaire en marche.
    Cette idéologie réductrice et dogmatique suinte la dystopie totalitariste en germe.
    Visionner des vidéos du MFRB fait froid dans le dos. On y voit des moutons (intellectuels autoproclamés et d’une suffisance bobo sans borne) lobotomisés par l’idéologie dogmatique, inaptes à changer la moindre virgule de leur crédo qu’ils répètent en boucle (chiffres réducteurs à l’appui) et formatés par un m

Votre réponse
Postez un commentaire