En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Primaire à gauche: "Si François Hollande veut être candidat, il faut qu'il débatte", juge Piketty

Thomas Piketty sur BFMTV, mercredi soir.
 

S'il a déjà dit qu'il ne serait pas candidat lors d'une hypothétique primaire à gauche qu'il appelle de ses vœux, l'économiste Thomas Piketty se montre sévère avec le refus de l'exécutif d'organiser ce scrutin.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

8 opinions
  • 109600
    109600     

    il ressemble plus en plus à Renaud.

  • constantin
    constantin     

    il a rien a faire hollande le chômage toujours en hausse depuis 2012a2017

  • Loubencat
    Loubencat     

    Sous le régime de la cinquième république la primaire est le premier tour de la présidentielle
    Tout le reste n'est qu'agitation médiatique, coûteuse et inutile
    Cette affaire fait le délice des chaînes d'infos permanentes et des journalistes, analystes, sondeurs qui en font les choux gras.
    Pour un parti politique qui se dit gaulliste,organiser une primaire, c'est trahir l'esprit de la constitution et la mémoire du Général De Gaulle
    Mais on sait très bien qu'il n'y a guère plus de gaullistes dans le parti qui prétend s'appeler : « les républicains"

  • MANENTIAL
    MANENTIAL      

    PODEMOS

  • 109600
    109600     

    Encore un "premier de la classe" de gauche qui na jamais bossé.
    Mettez le à la tête du PME en lui demandant de mettre ses biens en caution, et vous verrez le résultat.

  • RedOne
    RedOne     

    Je suis étonné de voir de plus en plus Mr Thomas Piketty interrogé voire plébiscité par les médias comme un expert en politique voire en Economie. Pour mémoire, Mr Thomas Piketty avait a manipulé les chiffres de sa thèse sur l’impôt négatif et l’allocation universelle (Source Contrepoint « Comment Thomas Piketty a manipulé ses chiffres Publié » 16 juin 2011 Économie générale). Pourquoi alors cet attrait et cette fascination pour Mr Thomas Piketty ?

  • Winston
    Winston     

    J'ai du mal à comprendre l’entêtement de cette bande de pinailleurs. Soit le PS de Hollande et Valls est jugé trop à droite selon les tenants de la primaire à gauche et dans ce cas on peut s’étonner de leur insistance pour que le PS y participe. Soit le PS (et François Hollande) est considéré comme partie intégrante de la gauche (même pas sûr que les frondeurs et leurs amis écolos soient d’accord entre eux sur ce sujet) et dans ce cas on peut légitimement se demander pourquoi un président de gauche sortant devrait se soumettre à cet exercice démocratique qui n’a d’autre but que de lui trouver un remplaçant ?
    Aux Etats-Unis un président sortant candidat à sa succession n’est pas confronté à cet exercice à partir du moment où il a gagné la primaire lors de sa première élection. Pourquoi en France devrait-on céder à la demande de primaires de quelques écolos et frondeurs quand on sait que ceux-ci souhaitent le remplacement du président sortant par un nouveau candidat qui serait forcément perdant puisque sa légitimité serait à construire.
    D’autre part toutes les enquêtes montrent qu’en cas de primaire à gauche, Valls arriverait en tête et Hollande serait juste derrière bien avant le candidat hypothétique des frondeurs… donc c’est un non sens absolu de la part des frondeurs d’insister de la sorte dans la mesure où cette primaire serait perdue par cette poignée de trublions PS et que la ligne gagnante serait celle à laquelle ils s’opposent actuellement…. Ligne à laquelle ils sont clairement opposés aujourd’hui et à laquelle ils s’opposeront encore dans l’avenir. Pourquoi croire, si cette ligne sociale-démocrate l’emportait à nouveau, que les frondeurs se montreraient plus loyaux et légitimistes que ce qu’ils l’ont été au cours du mandat présidentiel actuel ?
    La primaire à gauche dès lors semble morte puisqu’ en plus JLM ne souhaite pas y participer.
    Les seules primaires qui vaillent à gauche, à mon sens, seraient celles qui désigneraient les candidats PS-écolos aux législatives. La vraie question qui se pose aux électeurs sympathisants du PS est plutôt celle de la légitimité de certains députés frondeurs ou écolos à conserver leur siège à l’assemblée pour la prochaine mandature 2017-2022, dans la mesure où leur ligne politique (fondée sur l’obstruction plus que sur la proposition politique) n’est pas validée par les sympathisants (toutes les enquêtes le montrent) et qu’ils n’ont jamais respecté l’unité de leur camp.
    En clair s’il y a eu « arnaque » politique comme l’insinuent en permanence les frondeurs et les écolos-extrémistes, elle ne vient pas de Hollande ou Valls qui ont à gérer une situation compliquée mais plutôt de ceux qui dans ce contexte difficile se sont montrés déloyaux à leur égard, ne facilitant pas la tâche du gouvernement et qui ont trahi à de nombreuses reprises non seulement la majorité à laquelle ils sont sensés appartenir mais aussi l’attente des sympathisants PS qui, eux, avaient choisi Hollande à la primaire de 2011.

  • Winston
    Winston     

    J'ai du mal à comprendre l’entêtement de cette bande de pinailleurs. Soit le PS de Hollande et Valls est jugé trop à droite selon les tenants de la primaire à gauche et dans ce cas on peut s’étonner de leur insistance pour que le PS y participe. Soit le PS (et François Hollande) est considéré comme partie intégrante de la gauche (même pas sûr que les frondeurs et leurs amis écolos soient d’accord entre eux sur ce sujet) et dans ce cas on peut légitimement se demander pourquoi un président de gauche sortant devrait se soumettre à cet exercice démocratique qui n’a d’autre but que de lui trouver un remplaçant ?
    Aux Etats-Unis un président sortant candidat à sa succession n’est pas confronté à cet exercice à partir du moment où il a gagné la primaire lors de sa première élection. Pourquoi en France devrait-on céder à la demande de primaires de quelques écolos et frondeurs quand on sait que ceux-ci souhaitent le remplacement du président sortant par un nouveau candidat qui serait forcément perdant puisque sa légitimité serait à construire.
    D’autre part toutes les enquêtes montrent qu’en cas de primaire à gauche, Valls arriverait en tête et Hollande serait juste derrière bien avant le candidat hypothétique des frondeurs… donc c’est un non sens absolu de la part des frondeurs d’insister de la sorte dans la mesure où cette primaire serait perdue par cette poignée de trublions PS et que la ligne gagnante serait celle à laquelle ils s’opposent actuellement…. Ligne à laquelle ils sont clairement opposés aujourd’hui et à laquelle ils s’opposeront encore dans l’avenir. Pourquoi croire, si cette ligne sociale-démocrate l’emportait à nouveau, que les frondeurs se montreraient plus loyaux et légitimistes que ce qu’ils l’ont été au cours du mandat présidentiel actuel ?
    La primaire à gauche dès lors semble morte puisqu’ en plus JLM ne souhaite pas y participer.
    Les seules primaires qui vaillent à gauche, à mon sens, seraient celles qui désigneraient les candidats PS-écolos aux législatives. La vraie question qui se pose aux électeurs sympathisants du PS est plutôt celle de la légitimité de certains députés frondeurs ou écolos à conserver leur siège à l’assemblée pour la prochaine mandature 2017-2022, dans la mesure où leur ligne politique (fondée sur l’obstruction plus que sur la proposition politique) n’est pas validée par les sympathisants (toutes les enquêtes le montrent) et qu’ils n’ont jamais respecté l’unité de leur camp.
    En clair s’il y a eu « arnaque » politique comme l’insinuent en permanence les frondeurs et les écolos-extrémistes, elle ne vient pas de Hollande ou Valls qui ont à gérer une situation compliquée mais plutôt de ceux qui dans ce contexte difficile se sont montrés déloyaux à leur égard, ne facilitant pas la tâche du gouvernement et qui ont trahi à de nombreuses reprises non seulement la majorité à laquelle ils sont sensés appartenir mais aussi l’attente des sympathisants PS qui, eux, avaient choisi Hollande à la primaire de 2011.

Votre réponse
Postez un commentaire