En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Manuel Valls lors d'un meeting à Audincourt le 7 décembre 2016
 

"Pas évident", "pas automatique", "prendre le temps de réfléchir": la candidature de l'ancien Premier ministre est loin d'être une évidence à gauche. Pire, celle de Vincent Peillon, qui pourrait être officialisée ce week-end, serait même la partie émergée d'un front "Tout sauf Valls".

  • Même bémol pour l'ancien ministre du Travail. "Je regarde pour le moment", a confié sur RTL François Rebsamen. Prudence pour Martine Aubry. "Je serai présente pour soutenir un candidat qui représente le cœur des valeurs du Parti socialiste", a indiqué la maire de Lille. "C'est Manuel Valls?" lui ont demandé des journalistes. "Ce n'est pas évident, on va voir", a-t-elle répondu. 

    "Tous les hollandais ne rejoindront pas Macron, mais certains sont tentés de ne pas s'impliquer dans la primaire pour se venger de la trahison de Valls", a confié un cadre socialiste à Marianne.

    "Valls n'est pas le candidat naturel"

    Si le dernier sondage Harris Interactive donne Manuel Valls en tête au premier tour avec 45% des voix , il est au coude-à-coude avec Arnaud Montebourg au second (51% contre 49%). Début de campagne en demi-teinte donc pour Manuel Valls. Sans compter que l'ancien Premier ministre s'est fait rabrouer lors de son premier meeting  mercredi à Audincourt, dans le Doubs. "Vous n'avez pas fait que des sottises mais vous en avez fait un paquet", lui a lancé une militante. "Arrêtez de jouer comme des gamins dans une cour de récré", lui a-t-elle également envoyé.

    Le week-end s'annonce difficile pour l'ex-Premier ministre. Christophe Barbier, éditorialiste politique pour BFMTV, a évoqué le "tous azimuts" contre le candidat qui s'amplifie.

    "Peillon qui va annoncer sa candidature, Hamon qui rassemble ses parrainages, Macron qui vit sa vie. Pour Manuel Valls, ce n'est pas un bon moment. Il rêvait d'une campagne TGV, sans s'arrêter à la station primaire, pour foncer vers la présidentielle, il a une campagne TSV." Et a conclu: "Valls n'est pas le candidat naturel."

    A voir aussi

    Votre opinion

    Postez un commentaire

    2 opinions
    • bergheim
      bergheim      

      s'il y a un front anti Valls c'est que les autres candidats sont pratiquement sur que Valls va remporter la primaire!

    • grincheux007
      grincheux007      

      ça va pilonner dans les prochaines semaines ... et en plus, c'est entre gens de gauche. La droite n'a même pas besoin d'en rajouter. C'est de l'auto-destruction.

    Votre réponse
    Postez un commentaire