En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
The candidates for the right-wing party primaries ahead of the 2017 presidential election (from L) French member of parliament Jean-Francois Cope, former French president Nicolas Sarkozy, former Prime minister and Bordeaux's mayor Alain Juppe, member of parliament Nathalie Kosciusko-Morizet, head of the French Christian democratic party Jean-Frederic Poisson, former Prime minister and member of the parliament Francois Fillon and former Agriculture minister Bruno Le Maire prepare to take part in a televised debate at the studios of France 2 in Paris on November 17, 2016. France's seven centre-right presidential candidates hold their third and final televised debate before the first round of their primary on November 20.
CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / POOL / AFP
 

Réponse indignée de Sarkozy à une question sur des soupçons de financement libyen de sa campagne 2007, Fillon agacé de l'organisation du débat, passe d'armes Sarkozy-Juppé sur l'identité heureuse... Voici les points à retenir du dernier débat avant le premier tour de la primaire dimanche prochain.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • unique arthur
    unique arthur     

    On supprime des fonctionnaires mais on ne touche pas au nombre effarant de politiques.

  • Sang9
    Sang9     

    Déjà, il faudrait demander gentiment à Mr Elkabbach de prendre sa retraite. A 79 ans, il devrait laisser sa place à un jeune. Ce qui m'a choqué c'est la manière sournoise qu'on la plupart des candidats de proposer à nos enfants de faire un choix professionnel dès 11 ans. Cela sous entend qu'ils veulent privatiser l'école, en laissant les industriels aiguiller les futurs travailleurs suivant leur besoin. Franck Lepage, vous l'expliquera mieux que moi sur le ton de l'humour #le système scolaire (à voir)

Votre réponse
Postez un commentaire