En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Emmanuel Macron au Carrousel du Louvre à Paris, le 23 février 2017
 

Le candidat du mouvement En Marche! a gagné 3,5 points dans les intentions de vote au premier tour de l'élection présidentielle. Au second tour, il l'emporterait avec 61% des voix, selon un sondage publié ce jeudi.

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • beaudolo
    beaudolo     

    Finalement on en arrive à un rassemblement "couscous", on y trouve de tout dans "En Marche", le problème c'est qu'il faudra gouverner avec le couscous!
    Je crains quand même que les Français refont l'erreur de 2012, ils veulent élire Macron car ils ne veulent plus des autres, non pas pour son programme car pour l'instant ils ne le connaissent pas mais parce qu'il est jeune et nouveau. Cela s'appelle élire un président par défaut, on a vu ce que cela a donné avec Hollande!

    bergheim
    bergheim      (réponse à beaudolo)

    finalement vous avez tout faux sur toute la ligne!

  • petinuage44
    petinuage44     

    Ce que propose Emmanuel Macron, c'est cela même : l'intelligence et le bon sens contre la posture, le dialogue contre la tyrannie des idéologies, l'intérêt général contre l'intérêt partisan.
    Et puis franchement, les 4 conditions posées par Bayrou n'ont rien de problématique : le refus du recyclage des pratiques antérieures, la loi de moralisation de la vie publique, rémunérer davantage le travail, l'introduction de la proportionnelle.
    Par ailleurs, François Bayrou avait soutenu François Hollande en 2012, il se situe dans cette continuité. C'est Bayrou qui soutient Macron, et non l'inverse. Cette ouverture, Mitterrand l' avait bien pratiquée en 1988, avec des ministre centristes dans le gouvernement Rocard; idem pour Martine Aubry et le modem à Lille

  • Et maintenant ?
    Et maintenant ?     

    Contrairement aux autres commentaire, moi je crois qu'avec eux il y a une espoir que ça change.
    La droite, on a connu
    la gauche on a connu
    et surtout avec cette "tare purement francaise" de gauche contre droite et opposition contre majorité.
    C'est la plaie de notre France, ce qui fait échouer tous les programmes.

    Avec cette approche ni gauche ni droite mais le meilleur des deux et suivant le contexte on arrivera à sortir de l'orniere. Grace au BON SENS !!!

  • chris-off
    chris-off     

    Ça y est Macron est président ??!! Et allez c'est parti pour nous bourrer le mou pendant les 3 prochains mois... vive l' information dirigée !!!

  • Cador
    Cador     

    L'Un est trop jeune voire inexpérimenté et l'Autre je préfère n'en rien dire.

  • vanda100
    vanda100     

    On est mal ! Pour ceux qui ont plus de vingt ans, Bayrou ne fait pas illusion. Il a beaucoup déçu dans le passé. C'est un bonimenteur qui endort. En ce sens, Macron et lui se ressemblent...

    Bayrou et Macron ont des égos surdimensionnés et sont loin du profil de président.....

Votre réponse
Postez un commentaire