En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
FRANCE, Paris : Mayor of Paris, Anne Hidalgo visits a school on September 18, 2014 in Paris. AFP PHOTO / STEPHANE DE SAKUTIN
 

La retour de la Manif pour tous a entraîné de façon presque mécanique le retour du débat sur la PMA et la GPA. BFMTV.com revient pour vous sur la notion de procréation médicalement assistée et vous explique comment se positionne la classe politique à ce propos.

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • MANENTIAL
    MANENTIAL      

    Les familles, c’est nous !

    Ce dimanche 5 octobre, les rues de Paris et de Bordeaux vont de nouveau être occupées par ladite « Manif pour tous » et ses réseaux réactionnaires de droite et d’extrême-droite se mobilisant contre l’égalité civile et sociale entre les femmes et les hommes et entre les familles. Ceux-ci veulent promouvoir une vision traditionaliste et biologisante de la famille et de l’identité de genre, avec son lot de considérations sexistes, homophobes et transphobes qui ont peu à voir avec leur prétendu slogan « contre la marchandisation de l’humain ».

    Mais de quelles familles parlent-ils ? Car les familles, c’est nous !

    Et nous, les familles, avons effectivement beaucoup à dire contre la politique de Hollande et du Gouvernement Valls. Comment « faire familles », lorsque le chômage et le travail précaire augmentent ? quand on ne boucle pas ses fins de mois mais que le coût du logement, de la santé, de l’alimentation ou des transports grimpent toujours ? quand rien n’est fait contre les temps partiels imposés qui touchent à 80% les femmes ? quand toutes les prestations familiales, telles que la prime à la naissance ou le congé parental, sont passées au rabot de la politique d’austérité dans le budget 2015 de la Sécurité sociale ? Comment faire pleinement familles, lorsque le Gouvernement Valls, toujours à l’écoute du Medef, entend généraliser le travail du dimanche ? Et comment planifier sereinement notre projet familial de façon pleinement voulue, lorsque les maternités et les centres d’IVG ferment à cause de l’austérité qui frappe les hôpitaux publics ?

    Pourtant, familles nous sommes et familles nous resterons, dans notre diversité : pluriparentales et monoparentales, hétéroparentales et homoparentales, familles d’intention et familles recomposées… La loi Taubira de mai 2013 sur le mariage pour tous est restée au milieu du gué en matière d’égalité des familles : restrictions pour l’accès au mariage pour 11 nationalités ; absence de réforme de la filiation qui fait primer le biologique et qui se traduit par l’obligation des parents homosexuels à adopter suite à un jugement les enfants de leurs conjoints, alors que les parents hétérosexuels n’ont besoin que d’une simple déclaration en cas similaire ; non accès à la PMA pour les femmes lesbiennes ; inégalité des droits des familles dans et hors mariage, notamment le blocage des droits pour les couples pacsés.

    Nous n’acceptons pas « l’utilisation des familles » contre l’égalité femmes/hommes et contre l’égalité des droits, par un groupe réactionnaire. Nous n’acceptons pas la parano organisée contre la soi-disant « théorie du genre » qui vise à écarter de l’école toute éducation à l’égalité entre les personnes, à commencer par la lutte contre les stéréotypes de genre dictant la répartition des métiers et des tâches ménagères au sein de nos familles. Le Parti de Gauche entend justement parler pour l’égalité civile et sociale, au nom de toutes les familles, dans leur diversité. Il dénonce la banalisation de la parole réactionnaire sexiste, homophobe et transphobe à laquelle se livrent la « Manif pour tous » et les personnalités politiques qui participent de ce mouvement.

    L’égalité hommes-femmes et l’égalité des droits quels que soient son identité de genre, son orientation sexuelle ou son statut conjugal, doivent être au cœur de notre République. Nous entendons pour cela mener le combat pour une 6eme République réellement égalitaire et émancipatrice en réaffirmant les droits fondamentaux de la personne humaine à maîtriser son corps dans la Constitution.

    Le Parti de Gauche appelle pour les jours à venir :

    -à participer au Rassemblement de toutes les familles, proposé par le groupe All Out, dimanche 5 octobre Place de la République à Paris, après le succès de sa pétition contre la Manif pour tous qui a, à ce jour, déjà rassemblé plus de 180.000 signatures.

    -à rester vigilants et mobilisés contre les listes de parents d’élèves qui se constituent sur cette base anti-égalitaire dans les écoles, à l’occasion des élections de parents d’élèves des 10 et 11 octobre.

    -à participer, le 18 octobre, à Paris (départ Stalingrad 14h) à la marche annuelle des personnes transgenre (Existrans) pour revendiquer le droit au changement d’état-civil libre et gratuit,

    -et à participer le 25 novembre, avec le mouvement féministe, à la manifestation annuelle contre les violences faites aux femmes.

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    La polygamie est interdite en France.
    Si un type veut détourner la loi Française et épouser une énième femme à l'étranger, à son retour on change certainement pas nos lois pour lui rendre la vie plus agréable.
    Quid de leurs enfants "dans une situation d'insécurité juridique inacceptable et blablabla ..." ?
    Réponse (officielle) :
    1 - c'est pas notre problème
    2 - c'est interdit chez nous, détourner nos lois n'est pas acceptable.
    Vous voyez que c'est possible.
    Pourquoi nous faire croire le contraire, si ce n'est pour nous prendre pour des jambons ?

    yin yang
    yin yang      (réponse à HeyBaal)

    Bonsoir, mon post arrive un peu tard, je n'avais pas vu l'article avant (et je n'ai pas l'air d'être la seule, en même temps on en parle beaucoup). Je ne comprends pas ce lien que vous faites avec la polygamie. En France, les hommes et les femmes sont égaux (bon comme en orthographe c'est souvent le masculin qui l'emporte). Mais on essaie et c'est pas facile. On parle bien des enfants ? Et dans ce domaine. Un homme (ou une femme), le parent est égal (au moins en droit...), donc je ne vois pas pourquoi le débat se poserait ?

    HeyBaal
    HeyBaal      (réponse à yin yang)

    Mais surtout je ne vois absolument pas le rapport avec mon message.

    Les gens sont égaux, soit.
    Ils ont besoin de sécurité juridique, soit.
    Et pourtant on le refuse sans sourciller aux uns "au motif que c'est pas notre conception sociétale", alors qu'on nous présente ça comme une injustice absolue pour d'autres.
    Le comble étant quand même d'accorder plus de droits à un enfant inexistant au motif que ses parents sont homosexuels, qu'à un enfant existant au motif que ses parents, lors de leur mariage, avaient encore un lien avec un précédent conjoint.

Votre réponse
Postez un commentaire