Plainte contre Michèle Alliot-Marie pour complicité d’assassinats

Les familles des victimes du bombardement du camp militaire français de Bouaké en Côte d’Ivoire ont saisi la Cour de justice de la République.

C.P. avec AFP
Le 21/11/2012 à 19:32
Mis à jour le 21/11/2012 à 19:44
Michèle Alliot-Marie (UMP)

L’affaire remonte à 2004. Le 6 novembre précisément, deux avions des forces loyalistes ivoiriennes ouvraient le feu sur le camp de l’armée française à Bouaké, deuxième ville de Côte d’Ivoire, tuant 9 militaires français et un civil américain, et blessant 38 soldats.

Mediapart révèle mercredi que les familles des victimes viennent de porter plainte auprès de la Cour de justice de la République (CJR) pour complicité d'assassinats contre Michèle Alliot-Marie, ministre de la Défense au moment des faits.

L'avocat des familles de militaires, Me Jean Balan, a accusé à plusieurs reprises Mme Alliot-Marie d'avoir, "dès le début de l'affaire", cherché à "saboter l'action de la justice afin d'éviter, à tout prix, que la vérité ne soit connue".

Élections

Les résultats dans votre ville

La question du jour

Faut-il permettre l'ouverture de tous les magasins le dimanche?