En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Le nouveau ministre de l'Ecologie Philippe Martin
 

PORTRAIT - Nommé à la place de Delphine Batho mardi soir, le député du Gers, proche de Fabius et Bartolone, est l'un des pionniers de la "social-écologie".

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • Le General
    Le General     

    Ok mais maintenant il faut m'expliquer pourquoi avec la nouvelle norme écologique de la RT 2012 qui est en application depuis janvier 2013 ,en France il n'est plus possible de construire une maison avec des fenetres en bois ! mais uniquement en PVC a base de pétrole !!

  • DirDir le banni trois fois
    DirDir le banni trois fois     

    Un ministre des impôts de +.

  • Le General
    Le General     

    Le vert est dans le fruit !!

  • Beppe Grillo
    Beppe Grillo     

    Vouliez dire un "ultralibero", pas écolo pour deux ronds, et moins encore socialiste ? Un "fiscalo-verdo-taxeur" en puissance, quoi, un de plus. La croissance toujours ! Plus ils nous épongent, plus nous consommons...

  • louva
    louva     

    Voilà le godillot pour remplacer Batho !!!!

  • Le General
    Le General     

    Cher Cherbourg - Le Canard enchaîné, 27.02.2013

    « Pour aller redire que le gouvernement allait donner un coup d'accélérateur au développement des énergies marines renouvelables, Delphine Batho, ministre de l’Ecologie, du développement durable et de l'énergie, et Bernard Cazeneuve, ministre délégué aux Affaires européennes et ex-député-maire de Cherbourg n'ont pas daigné faire trois heures de train pour se rendre dans cette ville ».

    « Ils ont emprunté un des deux Falcon 900 de la République française (8 921 euros l'heure de vol). Une fois arrivés sur le tarmac de l’aéroport de Maupertus, ils sont montés dans un hélicoptère EC 225 de la marine nationale pour un petit vol de trente cinq minutes au-dessus des eaux du raz Blanchard (coût de l'heure : 6 000 euros). Après quoi les deux ministres ont prononcé un petit discours sous une tente chauffée et dressée tout spécialement pour leur visite, avant de déjeuner à la mairie de Cherbourg puis de repartir sous escorte préfectorale en direction du jet privé de la République.

    Est-ce que cette débauche d’énergie est renouvelable ? »



    Le bilan carbone de cette journée n'est pas précisé...

Votre réponse
Postez un commentaire