En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

PARIS VEUT CONVAINCRE L'UE ET LES CHEMINOTS SUR SA RÉFORME DU RAIL

PARIS VEUT CONVAINCRE L'UE ET LES CHEMINOTS SUR SA RÉFORME DU RAIL
 

L'unification du rail français dans un groupe public intégré est à la fois compatible avec le droit européen de la concurrence et acceptable par...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • rfp
    rfp     

    Deux choses dans cette optique de travail : Au regard du formidable maillage ferroviaire de notre pays et de fait du potentiel de développement on peut comprendre les appétits de libéralisation. Mais l'exemple Britannique montre les dérives. En parallèle et au regard du massacre commit par un syndicalisme corrompu, régressif (où certains passent de formidable République, sur le dos des autres salariés) qui entrave, interdit tout développement d'initiatives humaines et du coût financier de cette formidable entreprise, on peut souhaiter la libéralisation. Mais voilà, nous sommes face à deux fléaux : le libéralisme débridé et le syndicalisme rouge et intéressé.

  • Louis Tarascon
    Louis Tarascon     

    Les grands marchés de la concurrence . Vive l'Europe et les nuls, non élus qui la gouvernent.

Votre réponse
Postez un commentaire