En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Les pics de pollution ont poussé les candidats aux municipales à Paris à s'exprimer sur le sujet, quitte à assumer leurs désaccords à une semaine des élections (Photo d'illustration).
 

Avec les pics d'alerte dépassés ces derniers jours, les candidats aux municipales ont été forcés de réagir sur le thème de la pollution, et notamment du diesel. A Paris, leurs déclarations montrent l'absence de consensus sur le sujet... Même à gauche.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

10 opinions
  • Travel
    Travel     

    Le chantage des écolos au PS pour limiter la casse au prochaine éléctions

  • monde meilleur
    monde meilleur     

    la vrai pollution n'est elle pas déjà là depuis des années...Le nauséabond climat qui flotte depuis des années sur notre pays ne cesse malheureusement de s’enrichir à droite d’épisodes faits de scandales, de coups bas, tordus, d’élections internes truquées, d’argent qui sert à rémunérer les copains, de corruption, d’écoutes des uns et des autres, jusqu’aux réunions de l’ancien président de la République.La dénonciation de « pseudo-complot » après cela ne vise qu’à camoufler les faits. Et les faits sont d’une extrême gravité. Mais suffirait-il de s’en tenir là ? Non ! La corruption, les mensonges, le refus du débat d’idées et d’options politiques et économiques, la tromperie ne sont malheureusement pas une exclusivité de la droite et atteignent désormais la République au point de la mettre en cause. Dès lors que l’argent est devenu roi, que l’on a créé les conditions pour que le président de la République décide de tout, pour qu’il soit élu tous les cinq ans avant les députés, faisant ainsi dépendre leur élection de la sienne pour ensuite s’aligner sans coup férir sur les injonctions européo-libérales, la République est de plus en plus malmenée. Pire, le système nourrit désormais en son sein l’irrationnel extrémisme de droite, avec tous les dangers qu’il recèle, comme on le voit désormais depuis des mois. Le profond discrédit du président de la République, qui a laissé croire qu’il allait « inverser la courbe du chômage » et qui utilise l’argument du rétablissement des comptes publics pour mieux augmenter les impôts des moins fortunés, alors qu’il donne de nouveaux cadeaux à un grand patronat qui ne cesse d’en réclamer, sans contrepartie, ajoute encore à la décrépitude de la République mise à mal, car ses fondements dont ceux de l’égalité et de la justice sont sapés. La question d’un nouvel âge de la démocratie, d’une nouvelle République permettant aux citoyennes et aux citoyens de prendre leur destin en main doit être posée avec force. Elle devrait être au cœur des enjeux des débats politiques à venir. Elle s’y trouve dès les élections municipales à venir, à un moment où le pouvoir réduit les possibilités pour les collectivités territoriales de choisir librement leur destin en imposant des concentrations de collectivités et en réduisant leurs moyens financiers au nom du prétendu équilibre des comptes publics qu’imposent les traités européens.

  • strikler
    strikler     

    Pauvres Français, une fois de plus ils se font avoir par le gouvernement et les écolos , 60% de la pollution est véhiculée par le vent et provient d'outre Rhin des centrales à charbon, de l'industrie allemande et des chauffages au bois des pays de l'est et on tape sur les automobilistes qui vont au boulot qui en font les frais , ce n'est pas Hollande qui va aller demander à Merkel de faire en sorte que l'on ne subisse plus la pollution de son industrie et des modes de chauffage au bois ....

  • vasco de gama
    vasco de gama     

    hé oui comme par hasard au moment des elections il y a un pic de pollution et le gouvernement prend des mesures dictées par les verts,le ps leche les bottes des verts de peur de prendre la raclée dans les urnes mdr!!!

  • Marie 65
    Marie 65     

    Lorsqu'il s'agit de pollution et de santé publique, il ne doit pas y avoir de fracture politique. Il n'est plus question de corporatisme droite ou gauche, ce qui prouve que notre pays est totalement sclérosé par les idéologies et les intérêts des lobbies qui se servent des élus pour arriver à leur fin. En attendant c'est nous qui trinquons et payons pour les corrupteurs pollueurs.

  • VIA IZQUIERDA REGION NORD
    VIA IZQUIERDA REGION NORD     

    Le co-président du Parti de gauche (PG), Jean-Luc Mélenchon, était l’invité de l’émission «Tous politiques» sur France Inter, France 24, avec «le Parisien» - «Aujourd’hui en France».


    Le pic de pollution. Oui, la circulation alternée peut être «efficace», mais «il faut faire très attention à l'utilisation des moyens qu'on met en œuvre», prévient le co-président du PG qui craint que «des gens qui ne sont pas responsables de cette situation» soient au final pénalisés. A une semaine du premier tour des élections municipales, Jean-Luc Mélenchon égratigne la majorité à Paris et en Ile-de-France: «C'est pas un bilan très brillant au bout de dix ans de coalition entre EELV et le PS qui dirigent la région, le département et la ville d'en être là.» «Cette pollution, elle vient bien de quelque part, du mode d'organisation des transports en commun.» Quant au fond du problème, le co-président du PG estime qu'il faut mettre en place les moyens pour «sortir des énergies carbonées».

    Les élections municipales. Le co-président du PG prend une nouvelle fois ses distances avec le Parti socialiste - «Je ne suis pas comptable de cette politique » - et assure que son parti ne consentira au mieux, avec lui, qu’à des «fusions techniques» entre les deux tours de l’élection. Soit, des places accordées à «la proportionnelle», l'absence «d'engagement sur la solidarité de gestion» ou de participation «à l'exécutif». Celui qui a âprement affronté la présidente du FN, Marine Le Pen, notamment à l'occasion des élections présidentielle et législatives de 2012, précise en revanche que son parti ne prendra «jamais le risque de faire élire l'extrême droite». En retour, il «demande aux socialistes d'avoir une attitude plus claire vis-à-vis du Front national».

  • belendosses1
    belendosses1     

    La politique et la pollution,une histoire d'amour.

  • Richard38
    Richard38     

    Le diesel n’est pas seul responsable des fortes concentrations de particules dans l’atmosphère. La forte utilisation du charbon en Allemagne et le chauffage urbain y contribuent également. 68 % de la pollution en particules fines est importée depuis d’autres régions, voire d’autres pays...
    Et maintenant se sont les Français qui vont payer!!!

  • strikler
    strikler     

    En cas de pollution on devrait rester chez soi et le gouvernement devrait prendre en charge les jours de travail manqués, avec tout ce qu'il nous pique ce ne serait que justice .....

  • murciurai
    murciurai     

    Et c'est quand qu'ils ferment les aéroports ?

Votre réponse
Postez un commentaire