En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Morel sur la fin de vie : "Trouver des solutions pour ne pas faire souffrir"

Morel sur la fin de vie : "Trouver des solutions pour ne pas faire souffrir"
 

Ce lundi un collectif de citoyens rend ses conclusions sur la fin de vie à François Hollande. Dans ce contexte, une élue EELV du Pas-de-Calais appelle à la légalisation du suicide assisté. Le Dr Vincent Morel estime que ce n'est pas nécessaire.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • CRISTINI
    CRISTINI     

    J'approuve pleinement le Docteur Morel. Responsable du Cercle Bleu, seul mouvement en France qui invite les adultes à se positionner CONTRE ou POUR le prélèvement d'organes, je puis, grâce au travail de notre équipe, sur le terrain, depuis plus de 20 ans, signaler que, si plus de 80% sont "POUR L'EUTHANASIE DE LEURS PROCHES", ils ne le sont pas pour eux. Confrontés à la possibilité d'écrire leur décision, ils refusent, comme plus de 40 enquêtes l'ont confirmé. Ainsi sur 11.000 people-élus-décideurs-pionniers contactés, 200 ont accepté de s'inscrire sur le seul Registre du choix d'Europe. www.cerclebleu.org

  • CRISTINI
    CRISTINI     

    Ce lundi sur RMC la polémique autour de la fin de vie et du droit à mourir dans la dignité est relancée. En effet, François Hollande doit recevoir ce lundi un rapport sur le sujet. Il lui sera remis par un panel de 20 citoyens ayant interrogé les professionnels du secteur. Mais déjà certains élus se prononcent en faveur de la loi à l'image de S. Rousseau (EELV) qui a vu sa mère s'en aller sous ses yeux. Elle réclame une loi sur la fin de vie. Une idée que ne partage pas le docteur Morel. Responsable du service de soins palliatifs du CHU de Rennes, il estime qu'une nouvelle loi n'est pas nécessaire : patients, familles et médecins ont tout à leur disposition.

Votre réponse
Postez un commentaire