En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
François Hollande à Marseille, mardi 4 juin 2013
 

Syndicalistes en colère, opposants au mariage pour tous ajoutés à un Jean-Claude Gaudin en pleine forme, la journée du chef de l'Etat a été animée.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

89 opinions
  • sinti84
    sinti84     

    si regardons en chine en russie le peuple est heureux libre
    c ça le communisme la dictature!!

  • sinti84
    sinti84     

    Joukov t un attardé mental ou quoi le fn c pas l extreme droite
    quand a ceux que tu pense on est plus en quarante
    de plus Hitler était national socialiste alors change de disque il est rayé

  • polo
    polo     

    Bien fait pou hollande, et il n'est pas assez secoué.

  • JO2013
    JO2013     

    La hausse des impôts due au rabot du quotient familial pour tous, est passée comme une lettre à la poste, grâce à l"explication zélée des médias, qui a expliqué que c'etait seulement les riches. Les Francais vont avoir du mal lorsque la feuille d'imposition va arriver et qu'ils vont constater qu'on les prend pour des cretins. Ce sera trop tard car ils auront déjà voté aux municipales. Pendant ce temps on touche pas auc niches fiscales des parlementaires, ministres, hauts fonctionnaires et bien sur journalistes. Je croyais que la Révolution avait aboli les privilèges et bien non, Moi JE 1ER est la avec sa cour régalienne, qui eux ne baisseront pas d'un centimes leurs avantages pas imposables.

  • 1223
    1223     

    GAUDIN MAIS QU'EST CE QU'IL FAIT ENCORE LA CELUI-LA POUR CE QU'IL FAIT A MARSEILLE, L'HISTOIRE DES PLACES DE PARKING QUE FAISAIENT PAYER CES PETITS TRUANDS. IL N'A RIEN FAIT GAUDIN. C'EST LA PRESSE QUI A DEVOILE CE PHENOMENE. ET BIEN D'AUTRES CHOSES. ET APRES GAUDIN VIENT CRITIQUER. QU'IL LAISSE SA PLACE A UNE AUTRE PERSONNE.

  • lin7
    lin7     

    faut arreter ces abrutis avant qu'ils détruisent totalement le pays ....

  • yogil
    yogil     

    Pas moi non plus, on ne peut pas faire du social en gagnant plus de 5000 € par mois .Tous ces nuls qui ont voté pour lui sont du même niveau d'anerie.

  • DirDir
    DirDir     

    leane sale assassin lâche et veule vous tirez dans le dos de la république mais inquiétez vous! Vous êtes dans une île vous êtes aisément exterminables comme les parasites humains que vous êtes. Cela ne coûtera même pas le prix d'un AK 47 à Marseille, ville que avez pourri comme votre île, votre cloaque répugnant.

  • yogil
    yogil     

    la droite a fait un tout petit peu pour nous maintenir hors de l'eau.
    La gauche nous enfonce sous 100 mètres de l'eau.
    Alors pourquoi ne nous donnerions pas une chance au FN , ils ne peuvent pas faire pire que les 2 autres ! moins de droit aux étrangers(toutes les aides) = plus dans les caisses pour nous les français , ce qui éviterait toutes ces hausses d'impôts et un droit aux logements prioritaires pour nos pauvres français qui eux sont à la rue .

  • erwan75
    erwan75     

    L'accélération des défaillances n'est pas le seul indicateur inquiétant. Des secteurs sont sous pression. Les chiffres d'affaires baissent. Notamment ceux des PME. Et ils ne repartiront pas à la hausse en 2013. «Nous n'avions pas connu ce phénomène depuis 2009», observe Ludovic Sénécaud, président du directoire d'Euler Hermes France. Les carnets de commandes sont en recul. Les chefs d'entreprise hésitent à investir en France. Ils sont de plus en plus nombreux à ne pas demander de financements aux banques par peur d'essuyer un refus. Les investissements en recherche sont au point mort. «Les conséquences sur le tissu industriel ­commencent à être profondes et difficilement réversibles», constate Ludovic Subran. Les sociétés qui exportent en Europe du Sud vont devoir redoubler de vigilance. Elles risquent de subir de plein fouet les conséquences des défauts de paiement de leurs clients en Italie, en Espagne, en Grèce ou au Portugal où les défaillances seront plus nombreuses.

Lire la suite des opinions (89)

Votre réponse
Postez un commentaire