En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Marisol Touraine, ministre de la Santé.
 

La ministre de la Santé considère qu'il n'est plus "acceptable que les internes soient corvéables à merci" à l'heure où la France est épinglée par la Commission européenne sur le temps de travail des médecins hospitaliers.

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

14 opinions
  • RACOL
    RACOL     

    de quoi elle s'occupe : cela étant, un médecin urgentiste est un vrai curé, ou imam, .... bref lui ce médecin sert vraiment à quelque chose d'utile, il est au delà du respectable, lui !

  • Ansaldo
    Ansaldo     

    Sil n'est plus "acceptable que les internes soient corvéables à merci" il n'est plus acceptable que le Français soit taxable à merci !

  • louva
    louva     

    Que dira-t-elle demain ? car avec ces socialos, impossible de croire leurs discours !!!! ce sont vraiment des apprentis-sorciers !!!!!!!!!!!!!!!

  • deuxc
    deuxc     

    Si touraine s'en occupe, c'est foutu!

  • Toa Thien
    Toa Thien     

    Citation:! " Repos de sécurité de 11 ans obligatoire" ça fait quand même un peu long ! ! !
    et après on se demandera pourquoi les Français sont parfois considérés comme "paresseux " ! ! ! ! :-0)) "allons, c'est un cas extrême"

  • 7auPoint
    7auPoint     

    Pôv Marisol ! c' est incroyable de candeur ( si elle ne s' est pas mise au courant de la situation dans les hôpitaux ) qui souffrent de sous effectifs , accentués par les 35 heures ( hérésie de la grosse Aubry et de Jospin ) Bref ! les médecins et les internes sont obligés de faire autant d' heures sinon les hôpitaux français vont fermer certains jours ou certaines heures . " On n' a pas fini de rire ! " ......... ( si ce n' était si triste de voir une telle INCOMPÉTENCE ! "

  • Jean Aimarre2
    Jean Aimarre2     

    Semble t il que les 35 heures sont cher au PS. Et il leur a fallut 1 an 1/2 et une réprimande de Bruxelles pour enfin commencer à s'occuper de ce corps de métier ultra-indispensable à n'importe quel citoyen. Y a pas à dire ! Nos gouvernants son vraiment des brèles !!?!!

  • erwan75
    erwan75     

    « Si les 35 heures adoucissent notre vie privée, côté professionnel c'est toujours Ubu roi, résume Cathy Roudaut, infirmière à l'hôpital Beaujon de Clichy (Hauts-de-Seine) : les temps de transmission entre équipes, qui permettaient de parler de nos patients, de rencontrer les médecins, ont disparu. » Et si, en réanimation, où elle exerce, les normes strictes (une infirmière pour 2,5 malades) servent de garde-fous, à quelques couloirs de là, le nombre d'infirmières par lit a baissé. « Elles courent sans cesse d'un patient à l'autre. » Soignants, médecins… tous s'accordent sur un point : aujourd'hui, les 35 heures restent toujours en partie virtuelles : du fait des pénuries persistantes de soignants, tous cumulent, qui des heures supplémentaires, qui des jours de RTT. »

  • erwan75
    erwan75     

    « Autre aberration : « La négociation des médecins a été totalement déconnectée de celle des autres personnels, alors même qu'ils travaillent ensemble ! » pointe François Aubart. « Il arrive encore qu'un bloc opératoire ferme le mardi parce que le chirurgien est en RTT, et le mercredi parce que l'infirmière anesthésiste a fait de même », ironise une surveillante. Dernier reproche, majeur : « Le gouvernement a lancé les 35 heures au pire moment, nous étions déjà en pénurie de personnel », rappelle Jean-Marie Sala, de SUD-Santé. Faute d'étudiants en nombre suffisant, il faudra d'ailleurs attendre plusieurs années avant que les 45 000 créations de postes promises en contrepartie des 35 heures ne deviennent réalité. »

  • erwan75
    erwan75     

    « Octobre 2001. En un temps record, l'accord sur les 35 heures à l'hôpital est paraphé par la totalité des syndicats de médecins. On les comprend… ils escomptaient décrocher entre 5 et 10 jours de RTT, la ministre du Travail, Elisabeth Guigou, leur en propose… 20 ! « C'était trop beau pour être vrai », se souvient le président de la Coordination médicale hospitalière, François Aubart. Et, en intégrant leur pause déjeuner dans leur temps de travail, les 66 000 agents des Hôpitaux de Paris vont de facto passer de 39 heures à 32 h 30 par semaine. Pourquoi une telle générosité ? « Nous étions tétanisés à l'idée de voir les Hôpitaux de Paris faire grève, et contaminer les 800 000 salariés du secteur », se souvient un conseiller ministériel en poste à l'époque. Et les patients dans tout ça ? C'est bien là le problème : faute d'avoir eu l'occasion de réorganiser les services, partout le temps consacré aux malades a diminué, soit parce que certaines consultations ont dû fermer, notamment le samedi, soit parce que la pression au travail s'est accrue. »

Lire la suite des opinions (14)

Votre réponse
Postez un commentaire