Marine Le Pen soutient la manifestation contre le mariage pour tous

La présidente du Front national a toutefois annoncé qu'elle ne participera pas à ce qui, selon elle, "est devenu une grossière tentative de récupération politicienne et d'enfumage sociétal de la part de l'UMP et du PS".

T.B. avec AFP
Le 04/01/2013 à 18:05
Marine Le Pen (AFP)

Manifestation anti-mariage gay à la Défense


Marine Le Pen a annoncé vendredi qu'elle soutenait "les élus, militants et sympathisants" du Front national qui iront à la manifestation, "légitime", du 13 janvier contre le mariage homosexuel mais qu'elle n'y participerait pas.

Dans un communiqué, la présidente du FN rappelle l'opposition de son parti "au mariage, à l'adoption et la PMA" (procréation médicalement assistée), "revendications ultra-minoritaires qui, pour la première, n'est même pas soutenue par la majorité des homosexuels et, pour les secondes, consacrent le droit à l'enfant au détriment du droit sacré de l'enfant et en premier lieu celui d'avoir un père et une mère".

Marine Le Pen "soutient par conséquent les élus, militants, sympathisants" du parti d'extrême droite "qui entendent se joindre à cette manifestation contre un projet de loi porté par ce qui n'est plus le parti socialiste mais est devenu le 'parti sociétaliste'".

"Pour autant, le rôle d'un responsable politique étant d'alerter son peuple sur les pièges qu'on lui tend, elle ne participera pas à ce qui est devenu une grossière tentative de récupération politicienne et d'enfumage sociétal de la part de l'UMP et du PS", souligne l'ex-candidate à l'élection présidentielle .

>> L'UMP à la manifestation du 13 janvier contre le mariage homo

Car, ajoute-t-elle, si "cette manifestation citoyenne" est "légitime", elle "ne doit pas masquer la double instrumentalisation dont elle est l'objet de la part de l'UMP et du PS, dans le seul but de faire oublier leur proximité idéologique sur la politique d'austérité, de saccage social, de défense de l'ultralibéralisme destructeur tout comme leurs échecs patents dans la lutte contre l'immigration massive, l'insécurité permanente, le chômage de masse et les vagues de délocalisations".

Marine Le Pen veut un référendum

Si la famille a "toujours été considérée comme l'ennemi à abattre par les socialistes", affirme encore Marine Le Pen, "c'est sous le mandat de Nicolas Sarkozy et grâce au ministre (de l'Education) Luc Chatel que les portes des écoles ont été ouvertes au micro-lobby LGBT afin d'y diffuser auprès de nos enfants la délirante théorie du 'genre'".

La présidente du FN rappelle qu'elle a toujours réclamé que les Français soient consultés par référendum sur la question du mariage et de l'adoption pour les couples homosexuels.

Marine Le Pen s'est exprimée vendredi alors qu'il avait d'abord été question que la position du FN soit discutée lundi prochain en bureau politique. "Nous prendrons (la) décision dans les jours qui viennent", avait indiqué mercredi Florian Philippot, qui lui non plus ne défilera pas, à l'inverse d'un autre vice-président du FN, Louis Aliot, compagnon de Marine Le Pen.

>> Mariage homo : Louis Aliot marchera contre le 13 janvier à Perpignan

Interrogée plusieurs fois en décembre sur cette manifestation, la dirigeante frontiste s'était montrée hésitante sur la stratégie à adopter. "Il est hors de question", avait-elle lâché, "d'apparaître comme des supplétifs" du président de l'UMP Jean-François Copé, qui lui mobilise pour la manif et y participera.

Résultats élections européennes 2014
La question du jour

Consultez-vous les prévisions de trafic avant de prendre la route des vacances?