Manuel Valls veut "insécuriser" les candidats au jihad

Le ministre de l'Intérieur a indiqué mardi avoir donné des consignes aux services de renseignement pour "insécuriser" les individus en lien avec des filières jihadistes.

A.S. avec AFP et Johanne Portal (sujet vidéo)
Le 05/02/2013 à 13:09
Mis à jour le 05/02/2013 à 14:26

Couper le lien entre les filières jihadistes et les Français tentés par le jihad. Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a expliqué avoir demandé aux services de renseignement "d"insécuriser ceux" qui sont "en lien avec les filières jihadistes", après l'interpellation mardi de quatre personnes dans une enquête sur l'une de ces présumées filières.

"Consignes de fermeté"

"Personne parmi ceux se situant dans (les) milieux" des "candidats au jihad ne doit se sentir en insécurité", a-t-il déclaré mardi en fin de matinée au Sénat peu après la séance des questions orales.

"Il faut insécuriser ceux qui sont en lien avec les filières jihadistes" et "j'ai donné des consignes de fermeté" aux services de renseignements leur demandant d'être "attentifs" et "d'interpeller les candidats au jihad".

Le ministre a précisé que "plusieurs réseaux" ou "cellules font l'objet d'une grande attention de nos services" et qu'il fallait être "vigilant".

Quatre arrestations

Sur la présumée filière démantelée mardi, le ministre a déclaré qu'il fallait être "prudent". Il a confirmé que quatre personnes avaient été arrêtées "en lien avec une personne interpellée" il y a quelque mois "sur la frontière entre le Niger et le Mali".

>> A LIRE - "Islamisme radical : quatre interpellations en région parisienne"

Ces suspects "semblaient préparer le passage de personnes voulant se rendre au Sahel dans les rangs jihadistes", a aussi dit le ministre, sans autres commentaires sur l'enquête en cours.

Quatre personnes ont été interpellées mardi matin dans le cadre d'une enquête sur cette filière qui avait été lancée par l'arrestation d'un Français au Niger fin août. Les personnes interpellées en région parisienne l'ont été dans le cadre d'une information judiciaire conduite par le juge antiterroriste Marc Trévidic, a indiqué une source policière.

Élections

Les résultats dans votre ville

La question du jour

Si cela était possible, seriez-vous prêt à habiter sur une autre planète?