En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
55% des Français pensent que la majorité des politiques sont corrompus
 

SONDAGE BFMTV- Selon un sondage exclusif CSA pour BFMTV, 55% des Français pensent que la majorité des politiques sont corrompus.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

38 opinions
  • mumu21
    mumu21     

    55 % !!!!bizarre.....je pensait plus encore;au moins 95 % serait plus realiste!!!!!!!!

  • Bourgeon
    Bourgeon     

    Outre le fait que les Français ne font pas confiance aux élus , il y a consensus sur l'Europe jugée trop libérale de Merkel et l'excès d'immigration: c'est ce qui implique que le peuple adhère aux idées du FN au lieu de se reporter sur l'extrême gauche .
    Hollande conservera son noyau de sympathisants mais ne verra pas sa côte remonter s'il n'en tient pas compte .

  • gerarg
    gerarg     

    Tous c'est pourris devrait touché le RSA du faite qu'ils ont j'aimais travaillé, il sont resté le cul sur une chaise toute leur vie a palabré entre pourris et nous citoyens lambda on auras jamais leurs patrimoine en travaillant toute notre vie et après ils disent qu'ils faut pas faire de différences et que l'ont et tous logé a la même enseigne, mais on va ou la!

  • eric44
    eric44     

    la France arrive 22ème (9ème en Europe) des états les moins corrompus et les politiques ne sont que la partie visible de l'iceberg

  • Hollande007
    Hollande007     

    ils sont tous corrompus du premier au derniers.Ils touchent des commissions sur les marches publics qu ils attribuent ou orientent,ou facilitent, ils touchent de l argent des entreprises,ils touchent de l argents des associations qu ils financent , c est evident.
    Au moins 5% du PIB va dans leur poche, soit 10 milliards d euro par ans!!

    c est bien pour cela qu ils se battent comme des chiens pour avoir et garder leurs places

  • gerarg
    gerarg     

    les politiciens sont que des corrompus qui trafics pour payés leur campagne et qui se permette de faire la moral au autre alors que c'est les plus gros voyous du monde qui vide les nations qui sont les plus faible bande de pourris!!

  • Ginger
    Ginger     

    Que M. Hollande mette de l'ordre dans sa propre maison. Que Mme Trieweiller règle elle-même le salaires de ses secdrétaires, ses affranchissements postaux et les frais de son chauffeur et son garde du corps pour son fils. Ce n'est pas à la société de payer ses frais !

  • Bourgeon
    Bourgeon     

    Après le Président du Sénat qui refuse le "Non cumul des mandats "immédiatement alors qu'il suffirait de laisser sa place au suppléant et le président de l'Assemblée Nationale qui refuse la transparence , la moralisation de la vie publique doit porter sur le rapport à l'argent des élus . Ils sont socialistes : les français doivent partager le travail et le chômage . mais la démocratie sociale-libérale ne les autorise pas à ne rien partager eux-mêmes . c'est en ce sens que les Français les considèrent "pourris " pour la plupart .

  • thierrymartinsgi320
    thierrymartinsgi320     

    Dèsolé de contredire mais c'est le système electoral qui amène à ce pourcentage, car à part avoir vècu sur une autre planète pendant 50 ans, notre système à 2 tours n'exprime nullement un choix pour un candidat dans l'absolu, mais surtout un vote contre celui qui dèplais. En fait le peuple subisse plus que le fait d'assumer! C'est un mauvais système mais les gros partis les plus corrompus par leur nombre d'èlus condamnés dans les affaires sont protégés par ce système. Un mal français dans le pays des jacobins. Fais ce que je dis, pas ce que je fais

  • jpmultimed
    jpmultimed     

    Moralisation de la vie publique. Une simple formule ou une réelle envie de changement ?
    Car entre les fraudes électorales, les fraudes et/ou évasions fiscales, les ententes, les détournements et/ou abus de biens sociaux, les affaires de corruptions, etc., reconnaissons qu’il y a de quoi faire. Car, même si cela ne touche, comme c’est souvent le cas pour d’autres sujets, qu’une tranche minime des personnes concernées, cela est plus que suffisant, pour jeter l’opprobre sur l’ensemble des personnes censées nous représenter au parlement ou ailleurs. Il ne se passe pas une semaine sans qu’un nouveau scandale ne naisse. Mais en regardant bien, notre situation financière, n’est que la résultante de décennies de laisser-faire et de démissions face à ces actes délictueux. En regard de ces pratiques, des idées d’immunités sont nées. Et au travers de ces comportements, nous en avons laissé s’installer et se développer bien d’autres, qui profitent de la jurisprudence initiée par la relaxe ou l’amnistie des élus qui ont transgressé les règles : économies parallèles en commençant par la filière textile et ses milliers d’ateliers clandestins, qui échappent à l’impôt et qui sont vecteurs de travail clandestin. Ils sont tellement nombreux aujourd’hui, que leur éradication mettrait à mal près d’un tiers de l’industrie textile en France. Les trafics de drogue et d’êtres humains, la contrefaçon, les zones de non droits, le blanchiment d’argent, les fraudes fiscales de particuliers ou d’entreprises, les fraudes sociales (Sécurité sociale, allocations familiales, URSAFF, UNEDIC), pour lesquelles nous sommes non seulement inefficaces, mais aussi très laxistes dans notre façon d’appliquer la justice, face à ces pratiques inacceptables. Nous en payons chaque jour un peu plus le prix. S’ajoute à cela les dépenses sans contrôle des gouvernements qui se sont succédés, les dépenses ahurissantes des collectivités régionales et territoriales, qui ont plus que doublé le nombres des élus et des personnels qui émargent à leurs budgets avec nos impôts, sans pour autant prouver leur réelle compétence à nous faciliter le quotidien. Les commissions, qui existent pour certaines depuis des décennies, qui ne siègent plus et qui continuent à être financées pour rien. Elles ont la particularité d’être créées pour évacuer une tension, sont toutes chargées de pondre un rapport, qui finira dans 99% des cas, en classement vertical. Au prix de la page, nous avons les rédacteurs les plus chers du monde. Mais que voulez-vous, il faut bien faire plaisir aux amis. Si l’on cumule les pertes annuelles engendrées par l’ensemble de ces phénomènes, on dépasse allègrement les 100 milliards d’euros par an. Alors, au lieu de taxer toujours les mêmes, ceux qui travaillent et font en sorte de rester debout malgré la tourmente, ceux, grâce à qui vous êtes encore payé, il serait peut-être temps, mesdames et messieurs les élus de vous mettre vraiment au travail, sur ces sujets qui en valent la peine et qui nous concernent tous, au lieu de brasser du vent et de faire du saupoudrage, pour nous donner l’impression que vous méritez votre salaire. Il serait peut-être temps que vous ayez enfin dans vos gènes la culture du résultat. Et surtout du courage. Celui de vous remettre en cause. Nous, on fait notre métier. Faites-donc le vôtre, ça nous changera un peu. Et ça évitera peut-être qu’un jour, la France au travail et que ceux qui ont mérité leur retraite, finissent par vous couper les vivres. Et ayez toujours à l’esprit que si vous voulez être respecté, vous vous devez avant tout, d’être respectable.

Lire la suite des opinions (38)

Votre réponse
Postez un commentaire