En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Interrogations de l'ump sur un mandat de bercy confié à lazard
 

PARIS (Reuters) - L'UMP a interpellé jeudi le gouvernement sur le choix de Lazard comme banque conseil du ministère de l'Economie et des Finances...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • qumath
    qumath     

    petit rappel a un socialo
    L'affaire Pechiney-Triangle est un scandale politico-financier de la fin des années 1980.

    En novembre 1988, la société nationalisée française Pechiney annonce une OPA sur ce titre sur la société américaine Triangle, cotée à New York. Pechiney était particulièrement intéressée par la filiale de Triangle, American National Can (ANC), spécialiste de l’emballage.

    Pechiney est alors une société nationalisée. Des hommes de l’appareil d’État ayant été mis au courant de l’opération, certains d'entre eux en profitent pour commettre alors un délit d'initié. Mais très vite les autorités boursières américaines en avertissent la Commission des opérations de bourse française. Une procédure judiciaire est alors mise en route et neuf acteurs sont inculpés, parmi lesquels :
    Alain Boublil, ancien directeur de cabinet de Pierre Bérégovoy au ministère des Finances, condamné en appel à deux ans d’emprisonnement, dont un avec sursis1,2.
    Jean-Pierre Emden, homme d'affaires français, condamné à dix-huit mois de prison, dont douze avec sursis ;
    Charbel Ghanem, homme d'affaires libanais, condamné à dix-huit mois de prison, dont douze avec sursis ;
    Patrick Gruman, courtier en titres ;
    Roger-Patrice Pelat, homme d'affaires français, un proche du président François Mitterrand ;
    Robert Reiplinger, associé de Max Théret ;
    Max Théret, financier du Parti socialiste ;
    Samir Traboulsi, homme d'affaires libanais

  • 4      Août
    4 Août     

    Depuis quand l'UMP s'inquiète-t-elle des conflits d'intérêts ? N'en avons-nous pas vu depuis 10 ans ? L'UMP a-t-elle moufté quand on a refilé les rennes de l'Europe à Goldman-Sachs ? A-t-elle abrogé la loi Pompidou-Rotschild qui a permis un gigantesque braquage des banques sur les Etats, et qui nous coûte tous les ans plus de 50 milliards ? Non et au contraire, Sarko a fait reconduire cette loi sous la forme de l'article 123 du traité passé en force le 4 février 2008 à Versailles. Qu'ils se taisent donc !!!

  • resiste
    resiste     

    La nature humaine reste ce qu'elle est, même chez ceux qui s'en défendent. Montebourg, est très productif ... pour lui-même.

  • Ah Bon.
    Ah Bon.     

    Incroyable audace ...Plus c'est gros ...La France est très mal barré donc nous avec !

  • Héron
    Héron     

    Reviens vite, ils confient aux banquiers le soin de "faire bouger la gauche"!!! Et Mélenchon reste coi!!!

  • snaredrum
    snaredrum     

    ils sont dans les phares , ils ne savent plus ou aller , tout ce qu'ils font pue l'amateurisme, le blocage idéologique . Ils ont tous les pouvoirs alors bienvenue au pays socialiste , Je ne vois pas leur chef d'escadrille , n'ayant pu empêcher la débacle du parti quand il en avait la direction se et nous sortir de la situation .

Votre réponse
Postez un commentaire