En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

"Les enfants appartiennent à l'Etat" : "Je n'ai jamais prononcé cette phrase"

"Les enfants appartiennent à l'Etat" : "Je n'ai jamais prononcé cette phrase"
 

La sénatrice Laurence Rossignol a annoncé ce jeudi sur RMC qu'elle poursuivrait en justice quiconque lui attribuerait ces propos.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

29 opinions
  • Al Azar
    Al Azar     

    Sur le site du Centre National de Documentation Pédagogique, on trouve plusieurs « outils pédagogiques » mis à disposition des professeurs pour se « donner tous les moyens de déconstruire, par le savoir, les préjugés qui s’opposent à l’égalité véritable ». L’impitoyable égalité ne s’arrête pas aux portes de la classe et poursuit les bambins jusque dans la cour de récréation. Ainsi, une fiche technique de six pages, propose, schémas à l’appui, de redéfinir les règles du gendarme et du voleur dans le sens d’une plus grande égalité des chances. « En EPS, les jeux traditionnels ne peuvent être utilisés de manière classique, où les plus faibles sont éliminés, c’est contraire à l’éthique de l’école ! » (Qu’est ce que cette fameuse « éthique de l’école », nous n’en saurons pas plus, mais passons.) Il faut donc imaginer « des jeux où les perdants ne sont pas éliminés » et « bannir la situation de domination/humiliation du « chef » d’équipe qui choisit ses co-équipiers (les plus faibles, souvent des filles, étant choisis en dernier ». Les enfants doivent être considérés comme des entités interchangeables sans caractéristiques physiques, et la méritocratie abandonnée au profit d’un strict égalitarisme. « Ce jeu peut apparaître très agressif aux enfants timides, notamment aux filles qui n’ont pas l’habitude des confrontations, parce qu’il est mouvant (il y a des déplacements dans tous les sens) et que le gendarme a un pouvoir symbolique de mort (« je te prends ta vie ») ». Brrr… on tremble déjà des traumatismes qu’on dû subir les marmots avant que la pédagogie s’en mêle. Il faut donc appliquer une stricte « égalité des chances entre gendarmes et voleurs », insister sur l’usage de la stratégie plutôt que sur celui de l’agilité, tout ce qui est « physique » étant systématiquement dévalorisé comme trop déterministe. Autre belle invention de nos budgétivores désœuvrés, la « danse scolaire du Petit Chaperon Rouge » ; où les filles sont incitées à jouer le loup et les garçons les chaperons, « la lutte contre les stéréotypes (passant) d’abord par la mixité des rôles loup-Chaperon » Mon préféré reste la grande destruction pédagogique de la « figure de la belle ». Ah, la figure de la Belle, cet imaginaire dominant, qui, de Blanche-Neige à la Belle au bois dormant en passant par Cendrillon, participe au « renforcement de stéréotypes précocement institués dans les pratiques de diffusion à l’école et dans les médias ». En effet, dans les « contes patrimoniaux » (entendre Perrault, Grimm et cie) « la belle a un rôle passif du faire valoir du héros », elle ne se définit « que par ses critères de beauté » et véhicule donc une image de la femme soumise et improductive attendant désespérément que le mâle dominant vienne tuer le non moins dominant dragon. Soulignons tout de même que personne ne se souvient des princes de Walt Disney, créatures lisses et effacées qui n’ont pour simple attributs que la beauté, tandis que l’histoire retient le nom des Belles. Contre ces métarécits réactionnaires, il faut donc privilégier « des réécritures qui font la part belle à l’émancipation du personnage féminin », des « princesse qui ne veulent pas se marier », laides pauvres ou méchantes, bref « loin des princesses sages et conventionnelles ». L’arsenal éducatif abonde d’autres outils pour modeler l’indifférenciation des âmes enfantines: montrer que Louis XIV, en véritable drag-queen, portait des souliers à talons et des rubans, raconter l’histoire d’Hector, l’homme extraordinairement fort qui tricote, faire danser les garçons et jouer au rugby les filles. Bref, « tendre vers une culture commune » dans le grand bain de l’indulgence et surtout, beaucoup, mais alors beaucoup, de pédagogie. Rien de bien méchant, pourrait-on dire. Mais tout le problème est que pendant que les serviteurs du grand Mammouth s’ingénient à éduquer des bons petits soldats de l’égalité, ils négligent leur instruction (1 élève sur 5 en sixième serait illettré). Or, je préfère un monde où les filles se rêvent en princesses mais apprennent à lire, qu’un monde d’analphabètes où tout le monde jouerait au rugby ensemble. Qu'on se le dise !

  • castillo2000
    castillo2000     

    @ Yin Yang : Au regret de vous l'écrire à nouveau mais c'est vous qui jouez sur les mots car le fait d'avoir la responsabilités des enfants jusqu'à leurs majorités leur confèrent le droit de décider de ce qu'ils peuvent ou ne pas faire, en clair, ce sont les parents qui ont la charge de décider pour toutes les questions dites importantes et éducatives de l'enfant et cela au regard de la loi - après jouez donc sur les mots "grossiers" qu'il s'agirait de dire que les enfants nous appartient comme des animaux ou voir pire, ce genre de sémantiques douteuses, on nous la sert depuis les années 70 - ensuite l'idée de se substituer à l'autorité parental est un fantasme comme vous dite, je vous rappelle la condamnation de ce père à Grenoble pour avoir fessé son gamin de 9 ans et cela, je le pense, fera jurisprudence sans parler de ces pseudos experts en pédagogie qui non content d'avoir substitués la pédagogie éducative à la place du savoir avec les résultats que l'on connait aujourd'hui mais en plus, ils sont derrière ces campagnes publicitaires ou les parents, ces monstres, battent leurs enfants parce que leurs parents les ont battus - et je le maintiens que les politiciens de gauche comme de droite d'ailleurs bien aidés par les médias se chargent de diaboliser qui ils veulent - justement avec cette fameuse sémantique qui laisse planer les doutes - personnellement, il n'y a pas de fumée sans feux, à présent, ils sont avertis, ils réfléchiront à deux fois et plus avant de mettre en place leurs idéologies -

  • Yin Yang
    Yin Yang     

    Relisez le titre de l'article... qui joue sur les mots ????? "Sous la responsabilité" ne veut pas dire "appartenir", qui joue encore sur les mots ?? Personne n'a parlé de se substituer aux parents, là on ne joue même plus avec les mots, on est carrément dans le fantasme... Mais vous savez, détourner des propos, propager des rumeurs, est l'apanage (comme vous dites) de ceux qui ont envoyé ce fameux sms...

  • Yin Yang
    Yin Yang     

    Non, j'ai juste consulté plusieurs dictionnaires... Pas vous apparemment...

  • castillo2000
    castillo2000     

    @ Yin Yang : vous écrivez : "Elle n'a jamais dit que les enfants appartenaient à l'Etat !!! Elle dit que les enfants n'appartiennent pas à leurs parents !!! " - Vous jouez sur les mots, c'est d'ailleurs l'apanage de ces "élites" lorsqu'ils veulent faire passer leurs idéologies ou se défendre quand ils sont pris la main dans le sac or les enfants sont SOUS LA RESPONSABILITES des parents qui de ce fait, ont le droit et le devoir, d'accepter ou de refuser, tout ce qui concernent leurs enfants à la condition que cela ne leur porte pas atteinte et donc en ce sens, l'Etat ou quiconque ne peut se substituer aux parents et certaines idéologies "libérales" tendraient à faire admettre le contraire.

  • Marie Jeanne Lemoine
    Marie Jeanne Lemoine     

    Je maintiens mes propos in extenso. Vous êtes dans l'erreur. Sans nul doute vous êtes manipulé par les socialos marxistes. Un couple est un homme et une femme. Dans le cas contraire c'est une paire.

  • cytom94
    cytom94     

    Les enfants non émancipés sont à la charge des parents qui en sont pénalement et civilement responsable. Donc oui les enfants appartiennent aux parents jusqu'à leur émancipation. La dernière fois que des "enfants" n'appartenaient pas aux parents, c'est sous Pol-Pot avec les khmers rouges au Cambodge.

  • castillo2000
    castillo2000     

    @ Marie Jeanne Lemoine : je dirais plus socio- libéraux que socialos marxistes - bien que Marx était un libéral n'en déplaise à certains communistes qui ont fais de leur modèle, un symbole de la lutte ouvrière - plus exactement, Holland serait un démocrate libéral bien que là, on se demande ou se trouve la démocratie quand on fait voter des lois qui concerne la société sans consulter le peuple.

  • Yin Yang
    Yin Yang     

    Elle n'a jamais dit que les enfants appartenaient à l'Etat !!! Elle dit que les enfants n'appartiennent pas à leurs parents !!! Et c'est vrai, comme une femme n'appartient pas à son mari...

  • Yin Yang
    Yin Yang     

    NON ! Le mot couple concerne 2 personnes unies par mariage, pacs ou concubinage. La caractéristique mâle ou femelle ne concerne que les animaux... Alors, avant de parler de faute de français, renseignez vous...

Lire la suite des opinions (29)

Votre réponse
Postez un commentaire