En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
La cour des comptes fâche le ministère de l'intérieur
 

PARIS (Reuters) - La Cour des comptes a relevé jeudi de nombreuses imperfections dans l'organisation et la gestion des forces de sécurité publique,...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

28 opinions
  • ange bleu
    ange bleu     

    faudrait pas "prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages" citation celebre les gens voient tres bien que pour traquer la "delinquance routiere" on met les moyens mais pour les interventions contre les delinquants il n'y a plus rien des sous pot des radars on en trouve et des "flics" pour les mettre derriere les dits radars c'est sans probleme mais pour les interventions suite a des delits alors la on vous dit que ils ne peuvent pas intervenir par manque de moyens , a quand les comités de "vigilants" comme aux USA et la gare aux derapages !!!!

  • MME DUGENOU
    MME DUGENOU     

    Tout est dit :5vICTOR HUGO "Napoléon le Petit" :
    Louis Bonaparte est un homme de moyenne taille, […] c’est un personnage vulgaire, puéril, théâtral et vain. Certes, ce cerveau est trouble, ce cerveau a des lacunes, mais on peut y déchiffrer par endroits plusieurs pensées de suite et suffisamment enchaînées. C’est un livre où il y a des pages arrachées. A tout moment quelque chose manque. Louis Bonaparte a une idée fixe, mais une idée fixe n’est pas l’idiotisme. Il sait ce qu’il veut, et il y va. A travers la justice, à travers la loi, à travers la raison, à travers l’honnêteté, à travers l’humanité, soit, mais il y va. Ce n’est pas un idiot. C’est tout simplement un homme d’un autre temps que le nôtre. Il semble absurde et fou parce qu’il est dépareillé.

    Seulement il oublie ou il ignore qu’au temps où nous sommes, ses actions auront à traverser ces grands effluves de moralité humaine dégagés par nos trois siècles lettrés et par la révolution française, et que, dans ce milieu, ses actions prendront leur vraie figure et apparaîtront ce qu’elles sont, hideuses.

    M. Louis Bonaparte se laisse volontiers entrevoir socialiste. Il sent qu’il y a là pour lui une sorte de champ vague, exploitable à l’ambition.

    Alors il ne parle pas, il ment. Cet homme ment comme les autres hommes respirent. Il annonce une intention honnête, prenez garde ; il affirme, méfiez vous ; il fait un serment, tremblez. Machiavel a fait des petits.

    Annoncer une énormité dont le monde se récrie, la désavouer avec indignation, jurer ses grands dieux, se déclarer honnête homme, puis au moment où l’on se rassure et où l’on rit de l’énormité en question, l’exécuter.

    On est de son cercle intime ; il laisse entrevoir un projet qui semble, non immoral, on n’y regarde pas de si près, mais insensé et dangereux, et dangereux pour lui-même ; on élève des objections ; il écoute, ne répond pas, cède quelquefois pour deux ou trois jours, puis reprend son dessein, et fait sa volonté.

    Grâce à cette façon de faire, il a toujours à son service l’inattendu, grande force ; et, ne rencontrant en lui-même aucun obstacle intérieur dans ce que les autres hommes appellent conscience, il pousse son dessein, n’importe à travers quoi, nous l’avons dit, n’importe sur quoi, et touche son but.

    Il recule quelquefois, non devant l’effet moral de ses actes, mais devant l’effet matériel.

    Dans ses entreprises il a besoin d’aides et de collaborateurs ; il lui faut ce qu’il appelle lui-même "des hommes". Diogène les cherchait tenant une lanterne, lui il les cherche un billet de banque à la main. Il les trouve. De certains côtés de la nature humaine produisent toute une espèce de personnages dont il est le centre naturel et qui se groupent nécessairement autour de lui selon cette mystérieuse loi de gravitation qui ne régit pas moins l’être moral que l’atome cosmique.

    Aujourd’hui il en est environné, ces hommes lui font cour et cortège ; ils mêlent leur rayonnement au sien. A de certaines époques de l’histoire, il y a des pléiades de grands hommes ; à d’autres époques, il y a des pléiades de chenapans.

  • Paysdecons
    Paysdecons     

    si c'est pour l'entretien des fauteuils qui n'ont jamais servi...

  • Gratdauph
    Gratdauph     

    Normal! Comme on dit, il n'y a que la vérité qui blesse!!!
    Et tout ceci donne raison à Marine Le Pen!

  • Ladèche
    Ladèche     

    Quand ZEBULON et sa troupe d'incapables vont sortir la tête du sable et voir vraiment la réalité en pleine face ,qu'ils s'étonnent pas que les français d'en bas ,votent une autre politique que la politique de l'autruche qui consiste à ne rien voir.

  • bibi++++++++++
    bibi++++++++++     

    ce gouvernement échoue dans tout ce qu'il gère,mais faut surtout pas le faire savoir....
    fermer vos gueules nous sommes les meilleurs et surtout //n'oubliez pas votez pour nous!!!!!!

  • waddle 13
    waddle 13     

    tout va bien ici !! jean claude gaudin le crie tellement fort ...

  • cruchott
    cruchott     

    Ils sont plus souvent sur les routes pour s'occuper de la petite délinquance routière car la ce sont des gens solvables, que dans les cites ou le trafic de stupéfiants explose, mais la c'est très risques pour eux

  • DébileProfond
    DébileProfond     

    Selon Copé et ses adjoints réduire les effectifs des forces de l'ordre ne suffissent plus pour renforcer la sécurité. Il faut leur enlever leurs vacances ainsi que le passage au 42 heures avec une retraite à 70 ans. La délinquance des finances publiques a assez durée !. Nous allons lutter contre ces policiers qui ne branle rien en augmentant les bavures et leurs propres suicides pour conforter les vraies victimes; Nos adorables suédois. Les chiffres que nos ennemies politiques vantes en objectifs accomplis avec méritent, ils ne concernent pas la réalité comme les chiffres sur l'emploi. Nous avons fait confiance à Sarko lorsque nous avons vu sa détermination convaincante contre la violence. Résultante de réformes surtout pour faire des économies en se partageant des augmentations et commissions au passage. Il faut être aveugle pour voir que notre pays n'est plus dirigé; le gouvernement en France c'est un bateau pleins de rat affamés qui bouffes tout ce qu'ils peuvent tant que le bateau flotte encore; voila la triste réalité.

  • 6FR4
    6FR4     

    " En août 2008, Christian clavier faisait part de sa colère : sa villa
    du Bronzé en Corse était occupée par des militants indépendantistes.
    La polémique a enflé quand la superbe propriété, située à Porto-
    Vecchio sur la plage de la Palombaggia, a bénéficié d'une protection
    de la gendarmerie. Un an plus tard, le coût de ces mesures se serait
    élevé à 400 000 euros selon le Canard Enchaîné, mais l'amitié de
    l'acteur avec le président Nicolas Sarkozy ne serait en rien liée à ce
    traitement de faveur. "

    Quand la cour des comptes dit " qu'il y a pas assez de gendarmes dans un endroit et beaucoup de trop dans un autre ! "

Lire la suite des opinions (28)

Votre réponse
Postez un commentaire